Calendrier

Une année entière est nécessaire pour élaborer le budget de l’État. Celui-ci est adopté au plus tard le 31 décembre de chaque année, pour un an, à l’issue d’un long processus démocratique.

Les graphiques nécessitent JavaScript pour s'afficher. S'ils ne s'affichent pas, cliquez sur le lien "Télécharger" ci-dessous pour télécharger les données

2 déc
Situation mensuelle budgétaire
Situation mensuelle du budget de l'État au 31 octobre 2022

Le solde général d’exécution au 31 octobre 2022 s’établit à -143,215 Md€ contre -171,620 Md€ à fin octobre 2021.

Les dépenses totales s’établissent à 424,835 Md€ au 31 octobre 2022 contre 412,787 Md€ à fin octobre 2021. Les dépenses du budget général au 31 octobre 2022 atteignent 367,078 Md€ contre 356,004 Md€ à fin octobre 2021 tandis que les prélèvements sur recettes s’établissent à 57,757 Md€ au 31 octobre 2022 contre 56,784 Md€ à fin octobre 2021.

Les recettes du budget général (nettes de remboursements et dégrèvements) au 31 octobre 2022 s’établissent, y compris fonds de concours, à 281,164 Md€ contre 243,894 Md€ à fin octobre 2021. Hors fonds de concours, elles s’élèvent à 275,688 Md€ au 31 octobre 2022 contre 238,128 Md€ à fin octobre 2021.

30 nov
Circulaire
Publication de la circulaire 1BE-22-4110 (NOR ECOB2234274C) relative au lancement de la gestion budgétaire 2023 et à la mise en place de la réserve de précaution

La direction du Budget a publié ce mercredi 30 novembre la circulaire 1BE-22-4110 (NOR ECOB2234274C) relative au lancement de la gestion budgétaire 2023 et à la mise en place de la réserve de précaution.

Panorama des Finances publiques

L'État ne recouvre pas la totalité de la dépense publique. Même s’il est sollicité pour aider à équilibrer les budgets d’autres acteurs publics dont les budgets sont pourtant bien distincts de celui de l’État (budget des administrations de sécurité sociale et des administrations locales), l’État ne représente qu'une part minoritaire de la dépense publique en France.

Qui dépense l'argent public ? (en milliards d'€ - source : Insee 2021

Les graphiques nécessitent JavaScript pour s'afficher. S'ils ne s'affichent pas, cliquez sur le lien "Télécharger" ci-dessous pour télécharger les données

Quelques chiffres clés du budget 2021
Loi de finances initiale 2021
218,3 Md€
Recettes nettes du budget général de l'État (y compris fonds de concours)
Les recettes nettes du budget général de l'État comprennent les recettes fiscales (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, taxe sur la valeur ajoutée et autres contributions) et les recettes non fiscales.

Les fonds de concours comprennent le prélèvement sur les recettes de l'État au profit des collectivités territoriales et de l'Union européenne.
Loi de finances initiale 2021
390,6 Md€
Dépenses nettes pour les missions du budget général (y compris fonds de concours)
Loi de finances initiale 2021
-172,4 Md€
Solde du budget général
Zoom sur un indicateur de performance

Le budget de l’État est organisé autour d’une logique de résultats : une stratégie, des objectifs, des indicateurs et des cibles de résultats sont définis pour chaque programme de dépense. Ainsi, le Parlement et les citoyens peuvent apprécier la qualité de la gestion des politiques publiques en comparant les résultats attendus et les résultats atteints.

Les graphiques nécessitent JavaScript pour s'afficher. S'ils ne s'affichent pas, cliquez sur le lien "Télécharger" ci-dessous pour télécharger les données

Volume de biométhane injecté
TWh
Mission
Ecologie, développement et mobilité durables
Volume de biométhane injecté

Le soutien au développement des énergies renouvelables constitue un axe majeur de la politique énergétique, renforcé par la loi relative à l’énergie et au climat de 2019, qui a notamment acté l’objectif de porter à 33 % au moins la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique finale en 2030.

Pour l’électricité, l’objectif est de porter la part des énergies renouvelables à 40 % de la production d’électricité en 2030.

Concernant le gaz naturel, l’objectif fixé dans le code de l'énergie est de porter la part des énergies renouvelables à 10% de la consommation à l’horizon 2030. Cet objectif passe par un développement de l’injection du biométhane dans les réseaux de transport et de distribution de gaz naturel. Les surcoûts supportés par les fournisseurs de gaz naturel au titre de l’achat du biométhane injecté donnent lieu à compensation, par référence au prix moyen constaté sur le marché de gros du gaz naturel.

Pour en savoir plus, consultez :

Derniers articles publiés