$@FwLOVariable(libelleProg,Équipement des forces)

$@FwLOVariable(annee,2019)

$@FwLOVariable(numProg,146)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre,Bilan stratégique)

$@FwLOStyle(styleB3Programme, non)

Bilan stratégique du rapport annuel de performances


Général d'armée François LECOINTRE / Ingénieur général de l'armement de classe exceptionnelle Joël BARRE

Chef d'état-major des armées / Délégué général pour l'armement

Responsable du programme n° 146 : Équipement des forces




Le programme 146 « Équipement des forces » vise à mettre à disposition des armées les armements et matériels nécessaires à la réalisation de leurs missions. Il concourt par ailleurs au développement et au maintien des savoir-faire industriels français ou européens.


Un programme co-piloté


Le programme 146 est co-piloté par le chef d’état-major des armées (CEMA) et le délégué général pour l’armement (DGA), au titre de leurs responsabilités respectives. Ces responsabilités s’exercent dans les domaines de la cohérence capacitaire et du format des armées, de la recherche, de la coopération internationale dans le secteur de l’armement ainsi que du maintien et du développement de la base industrielle et technologique de défense. Ce co-pilotage est réalisé à travers plusieurs instances de gouvernance dont le comité directeur du programme au cours duquel sont rendus les arbitrages et fixés les objectifs de performance.


2019 : remontée de l’effort de défense de la France


Face à des menaces intenses, diversifiées et durables, l’ambition 2030 des Armées s’appuie sur un modèle d’armée complet et équilibré capable de garantir le socle fondamental des aptitudes nécessaires à notre défense. La première annuité d’exécution de la loi de programmation (LPM) 2019 – 2025 a concrétisé cette ambition en lançant le renouvellement de la capacité de guerre électronique et poursuivant l’effort de modernisation des équipements conventionnels. Cette annuité a également permis la réduction des manques capacitaires qui s’avèrent critiques dans certains segments d’équipement.


Les engagements au profit de l’équipement des forces pour l’année 2019 se sont élevés à 13,4 Md€. Les paiements se sont élevés à 10,8 Md€ consommant ainsi la totalité des ressources disponibles. L’annulation de 167 M€ s’est traduite par le report en 2020 de paiements attendus en 2019. Néanmoins cette annulation n’a eu aucun impact sur les livraisons.


Pour les quatre systèmes de forces conventionnels, les principales livraisons concernent 5 équipements portatifs pour les communications numérisées tactiques et de théâtre (CONTACT), un avion de guet aérien HAWKEYE mis à niveau, un système de 3 drones MALE Reaper, 26 radars tactiques terrestres MURIN, 90 postes d’exploitation rénovés du système d’aide à l’interprétation multi-capteurs (SAIM), un centre de contrôle local d’aérodrome SCCOA 3, un radar « haute et moyenne altitude 3D » (HMA 3D), 12 000 fusils d’assaut de nouvelle génération HK416 F (arme individuelle future - AIF), 2 avions ATL2 rénovés phase 1, 1 650 ensembles parachutistes du combattant (EPC), 8 kits pour missiles Exocet SM 39, une frégate multi-missions (FREMM ASM), 10 missiles Aster 30 pour frégate de défense aérienne (FDA), un lot de missiles de croisière navals (MdCN) pour FREMM, 67 postes de tir du missile moyenne portée (MMP) et 225 munitions, 1 pod de désignation laser de nouvelle génération (PDL NG), 92 véhicules blindés multi-rôles lourds Griffon, 2 avion de transport A400M Atlas, un avion C-130J ravitailleurs, 4 avions pour la formation modernisée et entraînement différencié des équipages de chasse (FoMEDEC), un avion de type Multi-Rôle Transport Tanker (MRTT) Phénix, 10 hélicoptères NH90 (2 en version navale et 8 en version terrestre), 499 véhicules légers tactiques polyvalents non protégés (VLTP NP), 2 bâtiments de soutien et d'assistance hauturiers (BSAH), 56 missiles d’interception à domaine élargi (MIDE) Meteor, un bâtiment multi-missions (B2M) et un patrouilleur léger guyanais (PLG), 12 stations navales de communication haut débit par satellite (COMCEPT), 34 modules projetables du système d’information des armées (SIA), 200 kits de numérisation du système d’information de l’armée de terre (SI TERRE), 2 hélicoptères Cougar rénovés, 3 hélicoptères Tigre et un équipement de largage de moyens de récupération en mer SAR (Search and Rescue) pour Falcon 50.


Les principales commandes concernent 503 véhicules « contactisés » (issus du programme d’intégration CONTACT - PIC), 2 avions avec la capacité universelle de guerre électronique (CUGE) avec une plate-forme d’entraînement, 1 système central d’entraînement au combat (CERBERE), une charge utile ROEM MALE, un radar fixe d’approche SCCOA 4.2, 4 terminaux Liaison 16 pour les systèmes de détection et de commandement aéroporté (SDCA), 27 modules projetables du système d’information des armées (SIA), 12 000 fusils d’assaut de nouvelle génération HK416 F (arme individuelle future - AIF), le 6e  sous-marin nucléaire d’attaque Barracuda, 10 avions Mirage 2000D rénovés, 125 postes de tir du missile moyenne portée (MMP), 120 véhicules blindés légers (VBL) régénérés, 4 pétroliers ravitailleurs Flotte logistique (FLOTLOG), 60 missiles d’interception à domaine élargi (MIDE) Meteor et 6 patrouilleurs outre-mer (POM),  un incrément du système d’information du combat SCORPION (SICS) et les 2 180 derniers VLTP NP.


Ont été lancés en réalisation les programmes d’armement CUGE, FLOTLOG, POM, SYRACUSE IV étape 2 (satellites de communication) et OMEGA (radionavigation par satellite sécurisée).


Le système de forces « Dissuasion », garantie fondamentale de la sécurité nationale, est au cœur des moyens qui permettent à la France d’affirmer son autonomie stratégique. En 2019, la crédibilité technique des composantes océanique et aéroportée, incluant le volet simulation, a été renforcée, notamment par la poursuite des travaux de développement du sous-marin nucléaire lanceur d’engin de 3ème génération (SNLE 3G), des travaux de développement et de production du missile M.51 dans ses différentes versions et des opérations de réalisation de la rénovation à mi-vie du système d’arme nucléaire ASMPA (air-sol moyenne portée).




Récapitulation des objectifs et des indicateurs de performance


Objectif 1

Mettre à la disposition des armées les armements et matériels nécessaires au succès des opérations des forces armées

Indicateur 1.1

Taux de réalisation des équipements

Indicateur 1.2

Evolution annuelle moyenne des délais de réalisation des opérations d'armement principales

Indicateur 1.3

Taux de progression du lancement des nouveaux programmes en coopération

Objectif 2

Assurer une efficience maximale de la dépense d'équipement des forces

Indicateur 2.1

Efficience du processus de paiement

Indicateur 2.2

Evolution annuelle moyenne des devis à terminaison des opérations d'armement principales