$@FwLOVariable(libelleProg,Recherche culturelle et culture scientifique)

$@FwLOVariable(annee,2019)

$@FwLOVariable(numProg,186)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre,Bilan stratégique)

$@FwLOStyle(styleB3Programme, non)

Bilan stratégique du rapport annuel de performances


Arnaud ROFFIGNON

Secrétaire général adjoint du ministère de la Culture et de la Communication

Responsable du programme n° 186 : Recherche culturelle et culture scientifique




Le programme 186 « Recherche culturelle et culture scientifique » vise, d’une part, à mener en propre et à soutenir des actions de recherche spécifiques à la culture, et, d’autre part, à promouvoir auprès du public le plus large la culture scientifique et technique afin de conforter la position d’excellence que la France occupe en la matière dans l’espace européen et international. Les actions menées concernent tant le patrimoine culturel national (archéologie, histoire de l’art, ethnologie, etc.) dans ses aspects de connaissance et de conservation, que la création, en lien avec le réseau de « l'enseignement supérieur Culture » (architecture, arts plastiques, spectacle vivant, audiovisuel etc.) et les industries culturelles, vues principalement sous l’angle de la sociologie et de l’économie.

Les axes stratégiques définis par le ministère de la Culture dans ce domaine sont les suivants :

  • produire des connaissances scientifiques et techniques au meilleur niveau national, européen et international ;
  • promouvoir la recherche culturelle auprès du public le plus large ;
  • renforcer la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle notamment en s’appuyant sur Universcience, établissement public, opérateur référent dans ce domaine.

 

Le développement de la recherche culturelle

 

En 2019, le ministère de la Culture a poursuivi la mise en œuvre de la stratégie ministérielle de recherche, en liaison étroite avec la stratégie nationale de la recherche (SNR) pilotée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation. Le ministère a également débuté l’évaluation de sa stratégie ministérielle en s’appuyant sur un comité de pilotage dédié.

 

Par ailleurs, le ministère a favorisé l'intégration de la recherche dans les établissements d'enseignement supérieur relevant de sa tutelle ou de son contrôle pédagogique (patrimoine, architecture, arts visuels et spectacle vivant), et ce en articulation avec la stratégie nationale de l’enseignement supérieur (STRANES).

 

Le ministère a également mis en place le Conseil national de l’enseignement supérieur et de recherche artistiques et culturels (CNESERAC), créé par la loi relative à la liberté de création, l’architecture et du patrimoine (LCAP) du 7 juillet 2016. Ce Conseil a pour mission d’assurer la cohérence des formations et de la recherche et donne à cet égard un avis sur les orientations générales de la politique du ministère en matière d’enseignement supérieur et de recherche dans le domaine de la création artistique, de l’architecture et du patrimoine. Il s’est réuni à deux reprises en 2019 et a examiné, à cette occasion, des questions structurantes pour l’enseignement supérieur et la recherche Culture. Il a aussi permis l’instauration de deux commissions d’études spécialisées « vie étudiante » et « recherche ». La commission d’études « recherche » s'est réunie deux fois en 2019 et a produit une motion à destination de la Direction générale de la recherche et de l’innovation du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour la prise en compte des caractéristiques de la recherche Culture dans le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). À travers la stratégie de recherche, le ministère de la Culture s’est attaché à soutenir le développement de l’interdisciplinarité, indispensable à la progression des connaissances dans les différents domaines de la recherche culturelle, mais aussi à promouvoir le dialogue avec la société grâce aux nouvelles approches des sciences participatives. Il a notamment contribué et participé à la Nuit européenne des chercheurs 2019. Il a également lancé deux enquêtes successives sur les modalités d’archivage au sein des unités de recherche de l’Accord-cadre liant le ministère de la Culture au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et a produit un rapport complet (état des lieux et préconisations) sur cette question. Ce rapport fait actuellement l’objet d’une discussion entre le CNRS et le ministère de la Culture sur l’élaboration d’un plan commun de sensibilisation des chercheurs aux données de la recherche et à leur communication.

 

La coordination et la mise en cohérence transversales, tant dans les services centraux que dans les établissements publics en relation avec les instances nationales de la recherche publique, reposent sur le partenariat avec les grands acteurs de la recherche publique et de l’enseignement supérieur et notamment sur l’accord-cadre avec le CNRS, renouvelé le 21 avril 2016 pour 5 ans. 

 

Le ministère de la Culture a veillé à l'intégration de la recherche culturelle dans les dispositifs nationaux de soutien, comme les programmes de l'Agence nationale de la recherche (ANR) et les Programmes d’Investissements d’Avenir (PIA), en accompagnant les projets de Labex et d’Equipex et plus récemment d’Ecoles universitaires de recherche (EUR), dont deux lauréats incluent des structures de recherche et de formation soutenues par le ministère de la Culture. 

 

En outre, le ministère de la Culture a été associé par le ministère chargé de la Recherche à l’élaboration des thématiques culturelles au sein du programme-cadre européen de recherche et d’innovation « Horizon 2020 ». Dans ce cadre, il a encouragé la participation de ses équipes de recherche à ce programme européen de recherche et d’innovation en soutenant, via le Relais Culture Europe, des actions de veille sur les appels à projets européens et d’aide au montage de projets. Le ministère de la Culture est également impliqué dans les discussions autour du futur programme cadre de recherche et d’innovation « Horizon Europe ». Il a lui-même coordonné plusieurs appels à proposition de recherche, s’inscrivant dans un programme scientifique pluriannuel portant sur les consommations et les pratiques culturelles.

 

Le ministère de la Culture a également appuyé le développement de l’infrastructure de recherche « E-RIHS » (European Research Infrastructure for Heritage Sciences) sur les sciences du patrimoine, infrastructure inscrite dans les feuilles de route nationale et européenne des infrastructures de recherche en 2016. Il a également participé à l’initiative de coordination conjointe de recherche « Patrimoine culturel et changement global : un défi pour l’Europe ». Les services et établissements publics du ministère ont par ailleurs contribué à la « Très grande infrastructure de recherche » (TGIR) « Huma-Num » qui représente la France dans l’infrastructure de recherche européenne « DARIAH » (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities).

 

Enfin, l’information vers la communauté scientifique du ministère et vers les différents réseaux de partenaires en France et à l’étranger continue à être assurée par la diffusion de la revue « Culture et Recherche » dont les deux numéros en 2019 ont été consacrés à la recherche archéologique et à la recherche culturelle participative.

 

La diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle

 

Au sein du Conseil national de la culture scientifique, technique et industrielle (CNSTI), placé auprès des ministères chargés de la Recherche et de la Culture, le ministère est associé à la mise en œuvre de la stratégie nationale de la culture scientifique, technique et industrielle (SNCSTI).

 

En matière de promotion de la culture scientifique et technique et de la diffusion des résultats de la recherche auprès du public le plus large, le ministère de la Culture s’appuie principalement sur l’opérateur « Universcience » pour rendre accessibles à tous les publics les savoirs scientifiques, techniques et industriels, et pour présenter les enjeux de société liés à leurs évolutions.

 

La programmation des expositions d’Universcience s’est déployée selon six lignes éditoriales précisées dans son projet d’établissement 2016-2020, qui assurent l’équilibre de sa programmation sur ses deux sites d’activité, La Cité des Sciences et le Palais de la Découverte :

  • la science, toute une histoire / Grands acteurs et récits de science ;
  • attention, science fraîche / Les dernières avancées de la recherche ;
  • les mains dans le cambouis / Le génie technique à l’œuvre ;
  • société science / Les mutations de notre monde ;
  • chemins de traverse / La science là où on ne l’attend pas ;
  • petits curieux / La science élémentaire pour les enfants.

 

 

 



Récapitulation des objectifs et des indicateurs de performance


Objectif 1

Promouvoir, auprès du public le plus large, la recherche culturelle et la culture scientifique et technique

Indicateur 1.1

Évolution du nombre annuel de visiteurs physiques d'Universcience, opérateur de la culture scientifique et technique

Indicateur 1.2

Taux de satisfaction des visiteurs d'Universcience

Objectif 2

Renforcer l'autonomie financière des établissements publics diffusant la culture scientifique et technique notamment par l'amélioration de la part de leurs ressources propres

Indicateur 2.1

Part des ressources propres d'Universcience, opérateur de la culture scientifique et technique