$@FwLOVariable(libelleProg,Pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre et autres pensions)

$@FwLOVariable(annee,2019)

$@FwLOVariable(numProg,743)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre,Bilan stratégique)

$@FwLOStyle(styleB3Programme, non)

Bilan stratégique du rapport annuel de performances


Guillaume TALON

Directeur du service des retraites de l'État (Direction générale des finances publiques)

Responsable du programme n° 743 : Pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre et autres pensions


Précisions sur le changement de responsable du programme

Le programme pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre et autres pensions (n° 743) est composé de deux ensembles de dépenses de pensions et autres avantages à vocation viagère :

  • les pensions versées au titre du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre (PMIVG) ;

  • les pensions, rentes et allocations de régimes de retraite ou équivalents dont l’État est directement redevable, notamment au titre d’engagements historiques et de reconnaissance de la Nation.

Ces différentes dépenses ont la particularité commune d’être exclusivement prises en charge par la solidarité nationale. Elles ne mettent pas en œuvre de logique contributive, à la différence du programme pensions civiles et militaires de retraite et allocations temporaires d’invalidité (n°741), pour lequel les recettes sont, pour l’essentiel, assurées par des contributions employeurs et des cotisations salariales.

Le programme 743 est un programme miroir : à chacune de ses actions correspond une dépense située dans des programmes ministériels du budget général, dits programmes support. Les dépenses de ces programmes support constituent les seules recettes, hors indus, du programme 743. Les objectifs de ce circuit financier sont d’identifier, avec les deux autres programmes du CAS Pensions, l’ensemble des dépenses de pensions financées directement par l’État et de contribuer à l’identification des engagements viagers de l’État. Compte tenu de sa nature, le programme 743 ne comporte ni objectif, ni indicateur de performance et la justification au premier euro de ses actions est présente dans les documents budgétaires des programmes support correspondants.


Pilotage et acteurs

Ce programme fait intervenir plusieurs gestionnaires et comptables :

  • le SRE, service à compétence nationale de la direction générale des finances publiques (DGFiP), qui liquide et concède les pensions relevant du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre et les pensions d’Alsace-Moselle ; il paye les dernières rentes « accident du travail » de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française) et assure l’animation des centres de gestion des retraites de la DGFiP ;

  • les programmes ministériels qui versent les différentes subventions d’équilibre, notamment le programme n° 169, sous la responsabilité du ministère des armées, qui finance les pensions militaires d’invalidité, la retraite du combattant et les allocations de reconnaissance des anciens supplétifs ;

  • le réseau de la DGFiP, notamment les centres de gestion des retraites, qui assure le paiement des pensions civiles ou militaires. Il est également responsable du paiement des pensions militaires d’invalidité, des retraites du combattant, des pensions des ministres des cultes d’Alsace-Moselle, ainsi que des traitements attachés à la Légion d’honneur et à la médaille militaire. La direction spécialisée des finances publiques pour l’étranger (DSFiPE) assure le paiement des pensions à l’étranger ;

  • la Caisse des dépôts et consignations, qui assure la gestion, pour le compte de l’État, du régime d’indemnisation des sapeurs-pompiers volontaires et anciens agents de la défense passive victimes d’accidents ainsi que du régime des pensions des anciens agents du chemin de fer franco-éthiopien ;

  • l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG) qui assure, depuis 2015, pour le compte de l’État, la gestion des allocations de reconnaissance des anciens supplétifs de l’armée française ;

  • l’Association pour la prévoyance collective (APC), qui assure la gestion, pour le compte de l’État, des allocations sur-complémentaires de retraite versées à certains anciens agents de l’ORTF non-journalistes.

Structuration en actions

Ce programme se décline en sept actions, en fonction de la nature des différentes allocations :

action 1 – Reconnaissance de la Nation pour la retraite du combattant, la Légion d’honneur et la médaille militaire

action 2 – Réparation pour les pensions militaires d’invalidité

action 3 – Pensions d’Alsace-Moselle

action 4 – Allocations de reconnaissance des anciens supplétifs

action 5 – Pensions des anciens agents du chemin de fer franco-éthiopien

action 6 – Pensions des sapeurs-pompiers et anciens agents de la défense passive victimes d’accident

action 7 – Pensions de l’ORTF


Le programme 743 est en sur-exécution en 2019, à +32 M€ en dépenses et à +5 M€ en recettes ce qui se traduit par un solde budgétaire négatif de -27 M€. Le dépassement de la prévision LFI a pu être couvert sans difficulté par les reports de crédits en dépenses et par le solde comptable cumulé en recettes. En effet, afin de le solde comptable cumulé du programme 743, en accord avec la Direction du Budget, l'appel de fonds de fin d'année adressé au programme support 169 géré par le ministère des Armées a été réduit de 31,8 M€. Fin 2019, les crédits reportables s'élèvent à 76 M€ et le solde cumulé du programme à 8 M€.