$@FwLOVariable(annee,2021)

$@FwLOVariable(numProg,178)

$@FwLOVariable(libelleProg,Préparation et emploi des forces)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre,Justification au premier euro)

$@FwLOStyle(styleB3Programme, non)

Justification au premier euro


Éléments transversaux au programme

 

Éléments de synthèse du programme



 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Numéro et intitulé de l'action
ou de la sous-action

Titre 2
Dépenses
de personnel

Autres titres

Total

Titre 2
Dépenses
de personnel

Autres titres

Total

01 – Planification des moyens et conduite des opérations

0

731 712 066

731 712 066

0

686 776 339

686 776 339

01.10 – Emploi des forces

0

311 300 885

311 300 885

0

298 039 887

298 039 887

01.11 – Renseignement d'intérêt militaire

0

55 795 238

55 795 238

0

54 701 214

54 701 214

01.14 – Systèmes d'information et de communication

0

351 869 808

351 869 808

0

321 539 027

321 539 027

01.21 – Infrastructures SIC

0

12 746 135

12 746 135

0

12 496 211

12 496 211

02 – Préparation des forces terrestres

0

2 095 626 017

2 095 626 017

0

1 537 852 716

1 537 852 716

02.01 – Commandement et activités des forces terrestres

0

186 420 500

186 420 500

0

181 236 074

181 236 074

02.05 – Ressources humaines des forces terrestres

0

87 271 204

87 271 204

0

86 479 498

86 479 498

02.07 – Maintien en condition opérationnelle du matériel des forces terrestres

0

1 423 117 774

1 423 117 774

0

954 724 878

954 724 878

02.08 – Environnement opérationnel des forces terrestres

0

266 561 245

266 561 245

0

247 621 665

247 621 665

02.11 – Infrastructures terrestres

0

132 255 294

132 255 294

0

67 790 601

67 790 601

03 – Préparation des forces navales

0

3 776 310 905

3 776 310 905

0

2 609 838 034

2 609 838 034

03.01 – Commandement et activités des forces navales

0

362 660 329

362 660 329

0

318 120 758

318 120 758

03.05 – Ressources humaines des forces navales

0

67 032 500

67 032 500

0

65 518 873

65 518 873

03.07 – Maintien en condition opérationnelle du matériel des forces navales

0

2 982 249 493

2 982 249 493

0

1 955 481 869

1 955 481 869

03.08 – Environnement opérationnel des forces navales

0

133 869 182

133 869 182

0

91 810 961

91 810 961

03.11 – Infrastructures maritimes

0

230 499 401

230 499 401

0

178 905 573

178 905 573

04 – Préparation des forces aériennes

0

9 006 504 389

9 006 504 389

0

2 458 290 866

2 458 290 866

04.02 – Commandement et activités centralisées des forces aériennes

0

20 571 199

20 571 199

0

20 167 842

20 167 842

04.03 – Activités des forces aériennes

0

262 503 945

262 503 945

0

260 710 018

260 710 018

04.04 – Activités des forces aériennes stratégiques

0

935 204 177

935 204 177

0

158 754 533

158 754 533

04.05 – Ressources humaines des forces aériennes

0

127 159 175

127 159 175

0

125 791 202

125 791 202

04.06 – Entretien et équipements des forces aériennes

0

7 550 414 504

7 550 414 504

0

1 784 337 753

1 784 337 753

04.09 – Service industriel aéronautique (SIAé)

0

0

0

0

0

0

04.11 – Infrastructures aériennes

0

84 415 660

84 415 660

0

82 808 215

82 808 215

04.12 – Activités spatiales

0

26 235 729

26 235 729

0

25 721 303

25 721 303

05 – Logistique et soutien interarmées

0

2 560 184 990

2 560 184 990

0

2 194 498 768

2 194 498 768

05.11 – Infrastructures de santé

0

147 748 459

147 748 459

0

48 251 041

48 251 041

05.80 – Fonction santé

0

224 181 129

224 181 129

0

130 023 205

130 023 205

05.82 – Soutien des forces par les bases de défense

0

1 206 110 922

1 206 110 922

0

999 633 934

999 633 934

05.83 – Soutiens complémentaires

0

179 857 721

179 857 721

0

141 625 216

141 625 216

05.84 – Service interarmées des munitions

0

15 755 602

15 755 602

0

16 721 178

16 721 178

05.85 – Service du commissariat aux armées

0

643 676 184

643 676 184

0

669 910 928

669 910 928

05.89 – Infrastructure des soutiens

0

142 854 973

142 854 973

0

188 333 266

188 333 266

06 – Surcoûts liés aux opérations extérieures

0

820 000 000

820 000 000

0

820 000 000

820 000 000

07 – Surcoûts liés aux opérations intérieures

0

30 000 000

30 000 000

0

30 000 000

30 000 000

Total

0

19 020 338 367

19 020 338 367

0

10 337 256 723

10 337 256 723





Répartition des crédits par OS - AE 2021Répartition des crédits par OS - CP 2021
 TBF1t
Opérations stratégiques 
 Titre 3  Titre 5  Titre 6  Titre 7  Total  Titre 3  Titre 5  Titre 6  Titre 7  Total 
 AOP
Activités Opérationnelles 
  1 421,08   6,39   -   -   1 427,46    1 372,60   7,69   -   -   1 380,29 
 FAS
Fonctionnement et Act Spécifiques 
  1 579,16   0,11   98,02   0,31   1 677,60    1 335,90   0,11   96,14   0,31   1 432,46 
 DIS
Dissuasion 
  1 525,09   201,18   -   -   1 726,27    497,64   148,90   -   -   646,54 
 EPM
Entretien Programmé du matériel 
  11 097,20   32,12   -   -   11 129,32    4 059,73   60,42   -   -   4 120,15 
 EPP
Entretien Programmé du Personnel 
  236,72   36,31   -   -   273,03    254,28   37,27   -   -   291,55 
 EAC
Equipements d'accompagnement et de cohérence 
  491,33   626,36   75,20   1,25   1 194,14    423,00   578,81   75,20   1,25   1 078,26 
 INFRA
Infrastructures de défense 
  -   793,31   -   -   793,31    -   669,77   -   -   669,77 
 RENS
Renseignement 
  20,68   28,68   -   -   49,36    28,15   20,24   -   -   48,39 
 OPEX
Opérations Extérieures 
  775,00   -   45,00   -   820,00    775,00   -   45,00   -   820,00 
 MISSINT   30,00   -   -   -   30,00    30,00   -   -   -   30,00 
 Total   17 176,26    1 724,46    218,22    1,56    19 120,49    8 776,30    1 523,20   216,34    1,56    10 517,40 




 TBF3
Opérations stratégiques 
EngagementsPaiements
RàP à fin 2019Eng 2020Eng 20212020202120222023>2023Total
 AOP   210,01   -   -   186,25   18,43   2,10   2,12   1,11   210,01 
  -   1 710,93   -   1 325,55   175,63   27,35   23,15   159,26   1 710,93 
  -   -   1 461,76   -   1 223,53   197,42   30,66   10,16   1 461,76 
 FAS   725,61   -   -   431,08   117,31   33,67   14,17   129,37   725,61 
  -   1 694,03   -   1 060,33   394,24   123,45   68,39   47,62   1 694,03 
  -   -   1 697,80   -   946,50   718,66   8,14   24,50   1 697,80 
 DIS   1 826,82   -   -   538,41   356,18   280,27   252,80   399,17   1 826,82 
  -   411,11   -   212,33   107,59   67,03   21,71   2,45   411,11 
  -   -   1 720,19   -   182,77   288,27   292,79   956,36   1 720,19 
 EPM   9 161,70   -   -   2 742,28   1 706,82   1 213,81   1 014,84   2 483,95   9 161,70 
  -   10 055,79   -   1 913,75   1 392,22   1 190,04   1 114,91   4 444,87   10 055,79 
  -   -   11 264,35   -   1 062,69   1 523,06   1 437,19   7 241,41   11 264,35 
 EPP   184,69   -   -   155,43   19,26   10,00   -   -   184,69 
  -   379,98   -   221,65   122,43   11,90   24,00   -   379,98 
  -   -   273,63   -   150,46   123,17   -   -   273,63 
 EAC   875,05   -   -   492,61   244,37   79,65   10,14   48,28   875,05 
  -   1 179,29   -   527,23   432,80   110,40   63,36   45,50   1 179,29 
  -   -   1 197,75   -   424,71   534,76   153,83   84,46   1 197,75 
 INFRA   817,04   -   -   469,61   228,45   84,81   26,60   7,56   817,04 
  -   780,24   -   251,21   307,94   151,50   60,50   9,08   780,24 
  -   -   721,31   -   161,16   387,51   107,95   64,69   721,31 
 RENS   41,96   -   -   27,91   13,16   0,89   -   -   41,96 
  -   50,24   -   24,55   21,49   4,20   -   -   50,24 
  -   -   49,36   -   13,74   25,21   10,41   -   49,36 
 OPEX   16,87   -   -   16,87   -   -   -   -   16,87 
  -   495,49   -   480,37   15,12   -   -   -   495,49 
  -   -   844,00   -   828,88   15,12   -   -   844,00 
 MISSINT   -   -   -   -   -   -   -   -   - 
  -   30,00   -   30,00   -   -   -   -   30,00 
  -   -   30,00   -   30,00   -   -   -   30,00 
 Total   13 859,75   16 787,10   19 260,16   11 107,43   10 697,89   7 204,22   4 737,67   16 159,80   49 907,00 



 TBF2
Opérations stratégiques 
AEANE fin 2020AE affectées 2021Total AEEngagement 2021
 EAC   -   -   -   - 
 EPM   452,70   -   452,70   93,44 
 INFRA   244,73   200,47   445,20   128,48 
 DIS   0,76   8,70   9,46   2,62 
 Total   698,20   209,17   907,37   224,53 







Évolution du périmètre du programme


   Transferts en crédits

Prog
Source
/ Cible

T2
Hors Cas
pensions

T2
CAS
pensions

Total T2

AE
Hors T2

CP
Hors T2

Total AE

Total CP

Transferts entrants

 

 

 

+29 352 394

+29 352 394

+29 352 394

+29 352 394

Prise en charge directe de l'alimentation-DSNJ

167 ►

 

 

 

+24 088

+24 088

+24 088

+24 088

Ecole de l'Air-effectifs complémentaires

212 ►

 

 

 

+675 581

+675 581

+675 581

+675 581

Dissolution SPAC- transfert au P 178

212 ►

 

 

 

+28 652 725

+28 652 725

+28 652 725

+28 652 725

Transferts sortants

 

 

 

-120 326

-120 326

-120 326

-120 326

Adhésion des établissements publics dans le champ de l'action sociale interministérielle

► 148

 

 

 

-6 320

-6 320

-6 320

-6 320

Enveloppe mutualisée formation

► 212

 

 

 

-10 000

-10 000

-10 000

-10 000

Renforcement de la sécurité de l’Hôtel national des invalides (HT2)

► 152

 

 

 

-65 688

-65 688

-65 688

-65 688

Réorganisation du GSPI de Rueil-Malmaison par le MINARM (HT2)

► 152

 

 

 

-38 318

-38 318

-38 318

-38 318

 

   Transferts en ETPT

Prog
Source
/ Cible

ETPT
ministériels

ETPT
hors État

Transferts entrants

 

+10

Ecole de l'Air-effectifs complémentaires

212 ►

 

+10

Transferts sortants

 

-2

Ecole de l'Air-ouvriers de l'Etat

► 212

 

-2

 

 

   Mesures de périmètre

T2
Hors Cas
pensions

T2
CAS
pensions

Total T2

AE
Hors T2

CP
Hors T2

Total AE

Total CP

Mesures entrantes

 

 

 

 

 

 

 

Évolution de la fiscalité - Compensation de la taxe sur les salaires Ecole de l'air

 

 

 

+21 732

+21 732

+21 732

+21 732

Évolution de la fiscalité - TVA externalisation restauration-hébergement-loisir (RHL)

 

 

 

+860 000

+860 000

+860 000

+860 000

Mesures sortantes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dépenses pluriannuelles

 

 

Échéancier des crédits de paiement (hors titre 2)


Estimation des restes à payer au 31/12/2020

Engagements sur années
antérieures non couverts
par des paiements
au 31/12/2019
(RAP 2019)

 

Engagements sur années
antérieures non couverts
par des paiements au
31/12/2019 y.c. travaux
de fin de gestion
postérieurs au RAP 2019
 

 

AE (LFI + LFRs) 2020
+ reports 2019 vers 2020
+ prévision de FdC et AdP

 

CP (LFI + LFRs) 2020
+ reports 2019 vers 2020
+ prévision de FdC et AdP

 

Évaluation des
engagements non couverts
par des paiements
au 31/12/2020

13 119 357 516

 

0

 

18 323 953 206

 

10 333 054 619

 

19 539 417 385

Échéancier des CP à ouvrir

AE

 

CP 2021

 

CP 2022

 

CP 2023

 

CP au-delà de 2023

 

Évaluation des
engagements
non couverts par
des paiements au 31/12/2020

 

CP demandés
sur AE antérieures à 2021
CP PLF
CP FdC et AdP

 

Estimation des CP 2022
sur AE antérieures à 2021

 

Estimation des CP 2023
sur AE antérieures à 2021

 

Estimation des CP
au-delà de 2023
sur AE antérieures à 2021

19 539 417 385

 

0
0

 

3 391 054 979

 

2 696 704 665

 

13 451 657 741

 

AE nouvelles pour 2021
AE PLF
AE FdC et AdP

 

CP demandés
sur AE nouvelles en 2021
CP PLF
CP FdC et AdP
 

 

Estimation des CP 2022
sur AE nouvelles en 2021

 

Estimation des CP 2023
sur AE nouvelles en 2021

 

Estimation des CP
au-delà de 2023
sur AE nouvelles en 2021

19 020 338 367
304 449 983

 

10 337 256 723
304 449 983

 

3 813 161 524

 

2 040 962 465

 

2 828 957 655

 

Totaux

 

10 641 706 706

 

7 204 216 503

 

4 737 667 130

 

16 280 615 396

 

 

Clés d'ouverture des crédits de paiement sur AE 2021

 

 

CP 2021 demandés
sur AE nouvelles
en 2021 / AE 2021
 

 

CP 2022
sur AE nouvelles
en 2021 / AE 2021

 

CP 2023
sur AE nouvelles
en 2021 / AE 2021

 

CP au-delà de 2023
sur AE nouvelles
en 2021 / AE 2021

 

 

55,07 %

 

19,73 %

 

10,56 %

 

14,64 %

 

 

Justification par action

 

ACTION    3,8 %

01 – Planification des moyens et conduite des opérations


 

Titre 2

Hors titre 2

Total

FdC et AdP
attendus

Autorisations d'engagement

0

731 712 066

731 712 066

24 000

Crédits de paiement

0

686 776 339

686 776 339

24 000



Éléments de la dépense par nature


Titre et catégorie

Autorisations
d'engagement

Crédits
de paiement

Dépenses de fonctionnement

258 038 438

253 706 307

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

258 038 438

253 706 307

Dépenses d’investissement

305 596 794

266 867 254

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

301 795 294

264 710 254

Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

3 801 500

2 157 000

Dépenses d’intervention

168 076 834

166 202 778

Transferts aux ménages

168 076 834

166 202 778

Transferts aux autres collectivités

 

 

Total

731 712 066

686 776 339

 

 

Sous-action

01.10 – Emploi des forces



 Contenu de la sous-ACTION

a. Besoins opérationnel


La sous-action 10 « Emploi des forces » rassemble les crédits de l’état-major des armées (EMA) et des organismes et états-majors interarmées (OIA et EMIA) qui lui sont rattachés. Ces crédits financent les missions suivantes :

  • préparer et conduire les opérations militaires à l’échelon central, dans un cadre national ou multinational ;
  • définir et suivre certains programmes d’équipements interarmées ;
  • concevoir l’organisation générale des forces en métropole, outre-mer et à l’étranger, l’organisation interarmées et l’organisation territoriale interarmées de défense ;
  • conduire une réflexion prospective permanente sur les choix capacitaires des armées ;
  • programmer les exercices à l’échelon central au profit des forces armées, organiser et financer des exercices interarmées de niveau opératif et multinational ;
  • préparer et conduire les opérations militaires au niveau déconcentré, dans un cadre national ou multinational ;
  • anticiper, prévenir et piloter les situations de crise ;
  • piloter et coordonner l’ensemble des activités de cyberdéfense et de stratégie militaire d’influence du ministère des armées ;
  • participer aux commandements intégrés de l’OTAN et de l’UE ainsi qu’au financement de leurs exercices interarmées et de leurs investissements capacitaires ;
  • promouvoir la coopération militaire avec les pays partenaires de la France ;
  • piloter la performance et les crédits du programme 178 et du domaine interarmées ;
  • inspecter les forces armées et le matériel d’armement ;
  • veiller à la mise en œuvre des accords de maîtrise des armements et des accords de désarmement ;
  • assurer la formation supérieure des cadres militaires et conduire la recherche stratégique des armées ;
  • conduire et financer des actions sur l’environnement, en dehors de celles conduites par l’action 6 ;
  • financer les équipements mineurs des organismes et états-majors interarmées ;
  • assurer le transport stratégique au profit de l’EMA, des armées, des services interarmées, à destination des forces de présence et de souveraineté, hors opérations extérieures, ou pour les besoins de la préparation opérationnelle.


b. Unités concernées


Cette sous-action finance les activités :

  • de l’état-major des armées (EMA), dont le commandant de la cyberdéfense (COMCYBER) ;
  • du commandement des opérations spéciales (COS) ;
  • du commandement pour les opérations interarmées (CPOIA) dont dépend le centre de simulation, de formation, d’entraînement et d’expérimentation (CSFEE) ;
  • des états-majors interarmées (EMIA) des forces de présence (Djibouti, Côte-d’Ivoire, Émirats Arabes Unis, Gabon et Sénégal) et des forces de souveraineté outre-mer (Guyane, Antilles, Réunion, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française) ;
  • de la direction de l’enseignement militaire supérieur (DEMS), qui réunit le centre des hautes études militaires (CHEM), l’École de Guerre (EdG) et le centre de documentation de l’école militaire (CDEM) ;
  • du centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations (CICDE) ;
  • de l’inspection des armées (IDA) ;
  • de l’unité française de vérification (UFV) (qui sera transférée en gestion 2021 vers l’action 4) ;
  • de la section ciel ouvert (SCO) ;
  • de l’établissement géographique interarmées (EGI) ;
  • du centre du soutien des opérations et des acheminements (CSOA) ;
  • du commandement des programmes interarmées et de la cyberprotection (CPIC) ;
  • du centre interarmées pour l’administration de l’interopérabilité opérationnelle (CIADIOS) ;
  • du réseau interarmées de défense du territoire (états-majors interarmées des sept zones de défense et délégués militaires départementaux terre, mer et air) ;
  • du réseau des postes permanents à l’étranger (PPE) opérationnels en état-major de l’OTAN et de l’UE, des officiers d’échange et de liaison ;
  • du centre interarmées des actions sur l’environnement (CIAE) ;
  • du centre interarmées de soutien météorologique des forces (CISMF).


c. Activités principales des forces prévues en 2021


Activités internationales :

  • emploi des forces, transport stratégique, planification et conduite des opérations impliquant les forces armées dans le monde ;
  • activités d’entraînement interalliées ou régionales ;
  • participation permanente à la structure militaire intégrée de l’OTAN ;
  • coopération militaire internationale ;
  • visites et échanges dans le cadre du rayonnement international ;
  • cessions de matériels militaires et actions de coopération capacitaire au profit de forces alliées ;
  • missions permanentes de prévention des crises et intensification des actions de coopération régionale à l’étranger pour les forces de présence et de souveraineté ;
  •  préparation et conduite des opérations de lutte contre le terrorisme, de recherche de renseignement et de protection des ressortissants français.


Activités nationales :

  • emploi des forces, transport stratégique, commandement des opérations militaires et commandement organique des organismes interarmées ;
  • cyberdéfense (emploi des forces, entrainement, formation) ;
  • coordination de l’action du ministère des armées avec celle des autres ministères notamment dans le cadre de l’opération « Sentinelle » ;
  • définition des concepts et doctrines d’emploi des forces dans un contexte interarmées ;
  • protection des intérêts français outre-mer (territoire, population, économie, etc.) par les forces de souveraineté ;
  • organisation d’exercices interarmées et mise en œuvre du commandement interarmées de théâtre pour les opérations nationales ;
  • enseignement militaire supérieur de deuxième degré (école de guerre) et de troisième degré (centre des hautes études militaires).

principales mesures de l’annÉe

Le PLF 2021 s’inscrit dans les orientations de la loi de programmation militaire 2019-2025 en faisant porter les priorités sur le financement des organisations internationales et la cyberdéfense.

DÉPENSES DE l’AGRÉGAT FONCTIONNEMENT

Les dépenses de fonctionnement des programmes de la mission défense sont réparties entre deux opérations stratégiques : activités opérationnelles (AOP) et fonctionnement et activités spécifiques (FAS), dont le contenu est développé ci-dessous.


1. Description


Les crédits d’AOP de la sous-action 10 financent principalement les dépenses de préparation et d’emploi, hors opérations extérieures et missions intérieures, des organismes interarmées et des postes permanents à l'étranger (PPE), ainsi que les actions de coopération régionale des forces de présence et de souveraineté.

Les crédits de FAS de la sous-action 10 financent les contributions de la France au fonctionnement de l'OTAN (structures de commandement intégré et agences), hors opérations extérieures, certaines subventions versées à l’UE, la communication et les relations publiques des organismes interarmées et des postes permanents à l'étranger opérationnels et les formations réalisées par la DEMS ou effectuées au profit des personnels de l’EMA et des OIA.


2. Aspects financiers


Tableau des autorisations d’engagement et des crédits de paiement (en €)



OS

OB

Prévisions de crédits 2021

Unité d'œuvre

Volume

Ratio
(en CP)

AE

CP

 AOP

Activités et entraînement des forces

15 540 290

14 194 402

-

-

ND

 Déplacements et transports

53 100 000

53 100 000

-

-

ND

 Sous-total AOP

68 640 290

67 294 402


 FAS

Relations bilatérales et Etats-majors interalliés

95 576 834

93 702 778

-

-

ND

Communication et relations publiques

2 632 587

3 293 137

-

-

ND

 Prestations intellectuelles

1 587 000

1 304 000

Nombre de prestations de conseil ou d'AMOA

40

32 600

 Soutien des ressources humaines

3 896 641

3 359 753

Nombre de jours de formation

566

5 936

 Sous-total FAS

103 693 062

101 659 668


 Total Agrégat fonctionnement

172 333 352

168 954 070



3. Commentaires


Les crédits prévus au PLF 2021 s’élèvent à 172,33 M€ en AE et 168,95 M€ en CP. Ils affichent une hausse de 8,1 % par rapport au PLF 2020.


OS AOP


L’opération stratégique (OS) « activités opérationnelles » représente 68,64 M€ en AE et 67,29 M€ en CP. Elle est en augmentation de l’ordre de 7 % par rapport au PLF 2020 en raison des dépenses de transports stratégiques. Le poste transports stratégiques intègre les l’activités 2021 dont 18 exercices planifiés à ce jour ainsi que les exercices 2020 reportés en 2021.


L’OB « activités et entraînement des forces » valorisée à 15,54 M€ en AE et 14,19 M€ en CP affiche une hausse par rapport au PLF 2020 (18,7 % en AE et 20.8 % en CP), qui s’explique notamment par une augmentation des activités de coopération et d’entrainements menées par les forces de présence et de souveraineté.


Cette OB couvre les dépenses relatives :

  • aux exercices interarmées conduits en outre-mer et à l’étranger ;
  • aux activités des états-majors et organismes interarmées, en particulier l’établissement géographique des armées (EGI) et la direction de l’enseignement militaire supérieur (DEMS) ;
  • aux activités opérationnelles cyber ;
  • aux actions civilo-militaires ;
  • aux actions de coopération régionale des forces de présence et de souveraineté.


L’OB « déplacements et transports » (53,10 M€ en AE et CP), en hausse de 4,1 % par rapport à l’exercice précédent, regroupe les dépenses relatives aux déplacements des personnels (10 M€) et au transport stratégique lié au ravitaillement des forces prépositionnées et aux exercices interarmées (43,10 M€ en AE et en CP). La hausse sur le post-acheminement FRET est due à l’augmentation des  besoins pour la préparation opérationnelle et au report de plusieurs exercices de 20 sur 21. De même le recours à la voie maritime civile permet de couvrir des destinations non desservies par les navires affrétés et d’assurer une partie du ravitaillement des forces repositionnées et des théâtres d’opérations.


OS FAS


L’opération stratégique (OS) « fonctionnement et activités spécifiques » (FAS) représente 103,69 M€ en AE et 101,66 M€ en CP. Elle augmente de 8,8 % en AE et en CP par rapport à 2020, afin de répondre à l’augmentation des contributions françaises au budget de fonctionnement et des pensions de l’OTAN, en particulier l’évolution de la structure de commandement de l’OTAN (Nato Command Structure).


L’OB « relations bilatérales et états-majors interalliés » représente 95,58 M€ en AE et 93,70 M€ en CP, en augmentation de 8,2 % en AE et en CP par rapport au PLF 2020. Elle regroupe les dépenses des militaires insérés dans des états-majors internationaux (2,7 M€ en AE et CP), et les contributions internationales suivantes liées au fonctionnement des institutions :

  • contributions françaises au fonctionnement de l'OTAN, correspondant au budget militaire de fonctionnement des états-majors et des agences (77,78 M€ en AE et 75,91 en CP) et aux pensions des personnels civils servant en leur sein (12,96 M€ en AE et CP) ;
  • contributions françaises à l’Union Européenne (2,13 M€ en AE et CP) regroupant le financement du centre satellitaire de l’Union Européenne (CSUE) de Torrejon (2,11 M€) et la participation française au centre de coordination des mouvements en Europe (MCCE) pour 0,02 M€.

L’OB « communication et relations publiques » couvre les dépenses de représentation des autorités des états-majors et organismes interarmées de cette sous-action, et plus particulièrement celles du chef d’état-major des armées, de son état-major, ainsi que les dépenses de communication de l’école de guerre. Sa ressource est quasi équivalente à celle du PLF 2020 (2,63 M€ en AE et 3,29 en CP).


L’OB « soutien des ressources humaines » regroupe essentiellement les dépenses de formation de la DEMS ainsi que les actions de formations de la cyberdéfense. Les ressources sont en hausse de 40 % en AE et 24% en CP au regard du PLF 2020. Cette hausse s’explique essentiellement par le coût des actions de formation menées dans le domaine CYBER.


L’OB « prestations intellectuelles » est stable en AE (1,58 M€) et augmente de 41,9% en CP (1,30 M€). Cette OB couvre les aides à la maîtrise d’ouvrage (AMOA) et les études demandées par l’état-major des armées et ses OIA, en particulier les études liées à l’innovation pilotée par l’officier général chargé de l’innovation de l’EMA.


DÉPENSES DE l’AGRÉGAT ÉQUIPEMENT

OPÉRATION STRATÉGIQUE: EAC (Équipements d’accompagnement)


1. Description


Les crédits d’équipements d’accompagnement et de cohérence de la sous-action 10 comprennent les contributions au budget d’investissement de l’OTAN, les dépenses d’équipement de l’EMA (dont la cyberdéfense) et de ses OIA, ainsi que les acquisitions d’équipements réalisées dans le cadre de la coopération opérationnelle (programme RECAMP [renforcement des capacités africaines de maintien de la paix] et politique des cessions liée aux plans d’actions de renforcement de la coopération militaire en contre-terrorisme).


2. Aspects financiers


Autorisations d'engagement et crédits de paiement (en €).



Niveau

Description

Prévisions de crédits 2021

Unité d'œuvre

Volume

Ratio
(en CP)

AE

CP

OP

EAC-AFAIA

138 967 533

129 085 817

-

-

ND

Total

138 967 533

129 085 817



3. Commentaires


La dotation de l’OS « équipements d’accompagnement et de cohérence », 138,97 M€ en AE et 129,09 M€ en CP, est en augmentation par rapport au PLF 2020 (+11,6% en AE et +7,7 % en CP), permettant ainsi de couvrir l’augmentation des contributions internationales, tout en préservant le RECAMP via l’acquisition d’équipements en vue de cessions gratuites à nos partenaires.


Cette OS finance :  

  • des dépenses d’investissement liées à la participation de la France à l’OTAN ;
  • des équipements expérimentaux au profit de l’état-major du COS ;
  • des investissements des organismes interarmées OIA (y compris guerre électronique, cyberprotection et simulation interarmées) ;
  • des matériels nécessaires à l’exécution des politiques de coopérations militaires (RECAMP, contre-terrorisme).





 

 

Sous-action

01.11 – Renseignement d'intérêt militaire


 Contenu de la sous-ACTION

a. Besoins opérationnels


La direction du renseignement militaire (DRM) et ses organismes extérieurs sont directement impliqués dans la conduite des opérations militaires. Ils contribuent aux travaux de planification opérationnelle et d’anticipation des crises dans le cadre du programme 178 « Préparation et emploi de forces », en liaison avec les activités menées dans le cadre du programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense ».


b. Unités concernées


En 2021, les effectifs théoriques de la DRM seront de 2 079 agents (contre 2 090 effectifs théoriques et 1 938 réalisés en 2020).


Les unités de la sous-action sont les suivantes :

  • organismes de l'administration centrale (Paris et Creil) : échelon de commandement et de direction, traitement de l'information ;
  • CF3I (Creil) : centre de formation interarmées à l’interprétation de l'imagerie ;
  • CF3E (Creil) : centre de formation et d’emploi relatif aux émissions électromagnétiques ;
  • CI3RH (Creil) : centre interarmées de recherche et de recueil du renseignement humain ;
  • CRGI (Creil) : centre de renseignement géospatial interarmées ;
  • CRAC (Creil) : centre de recherche et d’analyse du cyberespace ;
  • CFIAR (Strasbourg et Creil) : centre de formation interarmées au renseignement ;
  • DAT (9) : détachements avancés des transmissions.


c. Activités principales des forces prévues en 2021


Sur le plan capacitaire, les acquisitions d’équipements et leur maintien en condition opérationnelle portent sur l’ensemble des modes de recueil du renseignement et sur les capacités d’exploitation.

La crise de la COVID-19 n’a pas eu de répercussion sur le plan capacitaire (certains achats ont simplement été reportés de quelques mois, mais sur la même année).


En 2021, la DRM poursuivra son investissement dans la transformation de ses SIC en vue de répondre à l’augmentation des flux à traiter. L’amélioration des réseaux d’échange est nécessaire afin d’irriguer tous les acteurs (dont les théâtres d’opérations) et d’être en mesure d’accueillir le socle ARTEMIS. En effet, l’avènement des technologies du Big Data a un impact significatif sur le périmètre des systèmes d’information. En conséquence, des évolutions du socle informatique de la DRM et de la fonction interarmées du renseignement (FIR) sont nécessaires pour améliorer les capacités multi-intercepteurs dans les domaines du renseignement d’origine image (ROIM), cyber (ROC), humain (ROHUM), géospatial (GEOINT) et électromagnétique (ROEM), et permettre l’intégration de la capacité Big Data. En outre, pour assurer un croisement rapide et automatique des données de renseignement d’intérêt militaire provenant de différents capteurs (ROIM, ROC, ROHUM, GEOINT, ROEM) avec une disponibilité quasi immédiate, une centralisation des données brutes techniques dans des entrepôts uniques s’avère nécessaire.


L’effort sera également porté sur les capacités d’exploitation avec le renforcement des moyens permettant de traiter la croissance exponentielle des données liée à l’arrivée de nouveaux capteurs. Concernant le domaine du renseignement d’origine cyber, le développement d’un moteur de recherche spécifique et d’outils pour l’investigation sur supports numériques seront privilégiés afin d’augmenter la capacité renseignement.


Dans le domaine du ROHUM, l’objectif sera le développement d’applicatifs (biométrie et gestion de sources) pour outiller le CI3RH et équiper des unités spécialisées.


Dans le domaine du ROIM, l’exploitation de données massives issues des nouveaux capteurs spatiaux et la poursuite de l’acquisition et du maintien en condition de systèmes spécifiques seront les principaux enjeux.

Enfin, dans le domaine du ROEM, l’objectif visé sera le lancement de nouvelles capacités spatiales et l’exploitation des données associées en liaison avec les armées. En parallèle, la réorganisation des DAT se poursuivra afin d’être toujours plus efficiente.


Dans le domaine de l’infrastructure et du stationnement, la base aérienne 110 de Creil poursuivra sa densification pour accompagner la montée en puissance du soutien, du CI3RH, du CRAC, et surtout le déménagement du CFIAR de Strasbourg vers Creil.


principales mesures de l’annÉe

La DRM intensifie ses actions dans le sens d’un meilleur traitement des données reçues (capteurs plus performants, accords avec les partenaires nationaux et internationaux), ce qui impose un changement de technologie d’hébergement et une extension à de nouveaux sites militaires pour mettre en œuvre de véritables outils Big Data. La ressource prévue en 2021, en légère baisse de 3%, par rapport à l’exercice 2020, devrait permettre à la DRM d’héberger l’ensemble des données collectées et de faire du multi-intercepteurs (ROIM-ROC-ROHUM-GEOINT-ROEM), c’est-à-dire le croisement automatique de données du renseignement d’intérêt militaire provenant de différents capteurs par l’ajout d’outils performants tout en améliorant la disponibilité et la sécurité de l’accès à l’information pour la fonction interarmées du renseignement (FIR) et les théâtres d’opérations.


Le déménagement du CFIAR de Strasbourg sur Creil sera l’une des principales échéances de l’année.


DÉPENSES DE l’AGRÉGAT FONCTIONNEMENT

Les dépenses de fonctionnement des programmes de la mission défense sont réparties entre deux opérations stratégiques : activités opérationnelles (AOP) et fonctionnement et activités spécifiques (FAS), dont le contenu est développé ci-dessous.


1. Description 


Les OS AOP et FAS regroupent des dépenses liées directement à la réalisation des missions de la DRM : déplacements dans le cadre de missions opérationnelles et partenariats avec des services de renseignement étrangers, acquisition de documentation, achat et soutien de matériels techniques, formations de spécialité du renseignement et réception de hautes autorités et de partenaires étrangers.


2. Aspects financiers :


Tableau des autorisations d’engagement et des crédits de paiement (en €)


 TBF1r
OS 
 OB Prévisions de crédits 2021 Unité d'œuvre  Volume  Ratio
(en CP) 
 AE  CP 
 AOP  Activités et entraînement des forces   2 080 000   2 551 575   -   -  ND 
 Déplacements et transports   3 688 704   3 104 017  nombre de jours de déplacement   -  ND 
 Sous-total AOP   5 768 704    5 655 592     
 FAS  Communication et relations publiques   200 000   200 000   -   -  ND 
 Soutien des ressources humaines   470 360   457 216  nombre de jours de formation   -  ND 
 Sous-total FAS   670 360    657 216 


 Total Agrégat fonctionnement   6 439 064    6 312 808 



3. Commentaires


OS AOP

La ressource dédiée à l’OS AOP augmente de 3% en AE et CP, par rapport au PLF 2020.


Outre les dépenses liées aux coûts de télécommunication de la DRM, à la documentation et à l’entretien des installations spécialisées (DAT et CFIAR) et aux études, la prévision de crédits inscrite permet également de consolider les moyens financiers nécessaires en matière d’étude et de soutien technique des centres experts.


L’OB « déplacements et transports » recouvre les dépenses liées aux frais de missions vers l’étranger et vers la métropole et le transport des matériels spécifiques de la DRM à destination des détachements hors métropole (Polynésie Française, Afrique, Nouvelle-Calédonie, Antilles). En augmentation de près de 21 % en AE par rapport à 2020, cela s’explique par le déménagement du CFIAR à l’été 2021.


OS FAS

La ressource dédiée à l’OS FAS reste stable par rapport au PLF 2020.

Cette opération stratégique regroupe les opérations budgétaires « communication et relations publiques » et « soutien des ressources humaines ».

L’OB « communication et relations publiques » permet de financer les frais de représentation de la DRM (réception d’autorités françaises et de délégations étrangères ou de services partenaires), ainsi que les activités bilatérales avec des pays étrangers pour un total de 0,20 M€.


L’OB « soutien des ressources humaines » regroupe les dépenses liées aux formations propres au renseignement militaire dispensées au profit du personnel de la DRM et de la fonction interarmées du renseignement dans les domaines des outils de théâtre, des télécommunications, des moyens acoustiques et des transmissions.


DÉPENSES DE l’AGRÉGAT ÉQUIPEMENT

OPÉRATION STRATÉGIQUE : RENSEIGNEMENT


1. Description 


Les crédits de l’opération stratégique « renseignement d’intérêt militaire » sont destinés à financer l’acquisition et l’entretien des matériels spécifiques pour le renseignement d’intérêt militaire.


2. Aspects financiers 


Autorisations d'engagement et crédits de paiement (en €)


 TBF1r
Niveau 
 Description Prévisions de crédits 2021
 AE  CP 
 OB  Renseignement d'intérêt militaire   49 356 174   48 388 406 
 Total   49 356 174    48 388 406 


3. Commentaires


La ressource prévue pour 2021, en légère baisse (-4%) par rapport à l’exercice précédent, permettra de poursuivre le développement des capacités stratégiques (notamment multi-Int : ROIM, ROC, ROHUM, GEOINT, ROEM) et de financer l’intégration de la capacité Big Data. Cela se traduira notamment par l’acquisition de matériels opérationnels pour 24,20 M€ et de logiciels opérationnels pour 3,30 M€ et enfin par l’entretien du parc de matériels et logiciels existants pour 11,30 M€.

 

 

Sous-action

01.14 – Systèmes d'information et de communication


 Contenu de la sous-ACTION

a. Besoins opérationnels


Cette sous-action comprend les crédits de fonctionnement (hors fonctionnement assuré par les bases de défense) et d'investissement de la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information de la défense (DIRISI) en métropole, outre-mer et à l’étranger, ainsi que des organismes qui lui sont rattachés organiquement.


Ces organismes ont pour mission de gérer et de maintenir en condition des matériels de télécommunication, de communication et d’information, au profit des armées et services du ministère de la défense.

Cette mission s’inscrit dans les grandes fonctions stratégiques définies par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, et particulièrement :

  • la fonction « connaissance et anticipation » grâce à la maîtrise de l’information ;
  • la fonction « dissuasion », en assurant la permanence des transmissions ;
  • la fonction « protection », notamment en se prémunissant contre les attaques informatiques majeures ;
  • la fonction « intervention », en fournissant aux forces les moyens en systèmes d’information et de communication (SIC) adaptés.


b. Unités concernées


La DIRISI est articulée autour de 4 échelons :

  • un échelon central au travers de la direction centrale ;
  • un échelon national, composé de l’état-major opérationnel, du service projet, du service ingénierie contractuelle et logistique, de cinq pôles opérationnels, du centre national de soutien opérationnel et des centres à vocation nationale ;
  • un échelon intermédiaire, constitué de directions locales (7), outre-mer (5) et à l’étranger (5) ;
  • un échelon de proximité, constitué de centres interarmées des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'information (CIRISI).


c. Activités principales des forces prévues en 2021


La DIRISI assure auprès des organismes en métropole, outre-mer, à l’étranger et sur les théâtres d’opérations stabilisés et de tous les bâtiments de surface, sous-marins, aéronefs, les missions suivantes :

  • la mise en œuvre :
    • des réseaux de transit et de desserte de la défense, qu’ils soient permanents ou de circonstance ;
    • des réseaux nucléaires ;
    • des réseaux d’élongation (réseaux satellitaires et radio) ;
    • des systèmes de commandement, de contrôle et de surveillance opérationnelle ;
    • des fonctions communes relevant de la gestion des fréquences au profit de toutes les entités du ministère et de la sécurité des systèmes d’information (SSI).


  • l’infogérance (gestion des systèmes d’information par l’opérateur DIRISI) :
    • des systèmes et services du socle commun au ministère de la défense, services IP (Internet Protocol) à savoir INTERNET, INTRANET défense ;
    • des moyens de sécurité des systèmes d’information ;
    • des services d’information métiers ou applicatifs communs et d’usage commun.


  • la cybersécurité dans ses trois composantes que sont la protection, la résilience et la défense :
    • la cohérence d’ensemble des SIC de la défense ;
    • la mise en œuvre des systèmes d’information, d’administration et de gestion (SIAG) et de certains systèmes d’information opérationnels et de communication (SIOC) ;
    • le déploiement des systèmes d’information de sûreté sur les sites majeurs ;
    • la passation et la gestion des contrats de location des liaisons (téléphonie fixe et mobile, réseaux, satellites civils…) ;
    • la mise à niveau des réseaux sécurisés du ministère.


Principales mesures de l’annÉe

Les actions de la DIRISI en 2021 auront pour objectifs :

  • de répondre à l’ensemble des missions opérationnelles confiées aux forces armées, par l’appui SIC des opérations extérieures (OPEX), des missions intérieures (MISSINT) et de la préparation opérationnelle des forces ;
  • d’appuyer les armées, directions et services dans le cadre de la politique d’ambition numérique du ministère des armées et du plan de transformation associé, en particulier au travers du déploiement progressif du projet « plateforme défense » piloté par la direction générale du numérique (DGNUM) et d’une organisation RH et finances adaptée au développement agile des systèmes d’information ;
  • de garantir le fonctionnement du ministère en mettant à niveau l’ensemble de l’info-structure dont les réseaux et en renforçant sa cybersécurité ;
  • de poursuivre sa propre transformation en automatisant les processus de la DIRISI suivant une approche orientée services et utilisateur et en recherchant le meilleur équilibre possible entre le « faire » et le « faire-faire ».


DÉPENSES DE l’AGRÉGAT FONCTIONNEMENT

Les dépenses de fonctionnement des programmes de la mission défense sont réparties entre deux opérations stratégiques : activités opérationnelles (AOP) et fonctionnement et activités spécifiques (FAS), dont le contenu est développé ci-dessous.


1. Description


Les crédits de l’OS AOP visent à assurer la disponibilité des SIC du ministère et se composent pour une large part de crédits de déplacement des personnels. Les crédits de l’OS FAS doivent permettre de garantir la disponibilité du matériel informatique des entités du ministère des armées. L’essentiel des crédits de cette OS financent les dépenses de soutien des ressources humaines et de fonctionnement courant.


2. Aspects financiers


TBF1r
OS
OBPrévisions de crédits 2021Unité d'œuvreVolume Ratio
 (en CP)
AECP
AOPActivités et entraînement des forces1 269 0001 269 000--ND
Déplacements et transports5 322 3025 281 512nombre de jours de déplacement46 280114
Systèmes d'information et de commandement1 150 0001 039 000--ND
Sous-total AOP 7 741 3027 589 512
FASMobilité personnels30 60030 000Nombre de mutation avec changement de résidence74 286
Communication et relations publiques200 000200 000--ND
Fonctionnement courant2 085 4452 040 646Effectifs soutenus7 611268
Soutien des ressources humaines723 500709 300nombre de jours de formation17 73340
Sous-total FAS3 039 5452 979 946
Total Agrégat fonctionnement10 780 84710 569 458


3. Commentaires


Les crédits de fonctionnement, 10,78 M€ d’AE et 10,57 M€ de CP sont globalement stables par rapport à l’an passé en AE (-0,4 %) et CP (-0,6 %).


OS AOP


L’opération stratégique AOP est en baisse par rapport à 2020 (-16 %) en raison du transfert des crédits pour le gardiennage (1,40 M€), depuis l’OB « systèmes d’information et de commandement » vers l’OS FAS.


OS FAS


Les crédits dédiés à l’OS FAS, en augmentation par rapport à 2020 (+93 %), s’expliquent par le transfert du marché de gardiennage de l’OS AOP vers l’OS FAS/OB « fonctionnement courant » pour un montant de 1,40 M€.


DÉPENSES DE l’AGRÉGAT ÉQUIPEMENT

OPÉRATION STRATÉGIQUE : EAC (Équipements d’accompagnement)


1. Description


Les crédits liés à cette opération stratégique permettent à la DIRISI d’investir pour mettre à disposition du ministère des armées des réseaux de télécommunication adaptés aux besoins de ses forces et accompagner les investissements SIC liés à la réforme globale du ministère.


2. Aspects financiers


 TBF1r
Niveau 
 Description Prévisions de crédits 2021
 AE  CP 
 OB  Délivrer SIC   39 874 238   37 640 000 
 OB  Exploiter   16 038 282   12 250 000 
 OB  Ingéniériser   21 631 795   19 950 000 
 OB  Sécuriser   43 207 340   35 859 146 
 OB  Transporter   91 624 712   86 144 491 
 OB  Soutenir   6 249 773   5 500 000 
 OB  DIRISI - Restructurations   68 784 370   61 000 000 
 Total   287 410 510    258 343 637 



3. Commentaires

La ressource dédiée à cette OS est en légère augmentation de 2,9 % en AE par rapport au PLF 2020. Elle s’explique  : par la volonté de faire évoluer le système d'information du ministère afin de porter l’ambition numérique du ministère des armées, et par la montée en puissance de nouveau projets en terme de service d’hébergement rationalisé afin de proposer un modèle d’exploitation soutenable par la DIRISI.


OB « ingéniériser »

Cette OB (21,63 M€ en AE et 19,95 M€ en CP) finance les études concernant principalement la réalisation d’expertises et de conseils (projets, marchés) au profit des projets ministériels tels que le déploiement des Intranets : Intranet opérationnel, Intranets classifiés, Intranet Défense modernisé et son annuaire; des projets d’aide à la transformation de l’opérateur qui inclut les projets de systèmes d’information métiers spécifiques à la DIRISI et l’assistance à la mise en œuvre de la plateforme technique et le projet «  plateforme défense » porté par la DGNUM comprenant un panel de services communs au ministère.


La diminution de 14 % en AE et 20% en CP par rapport au PLF 2020 est due au transfert de projets vers l’OB « sécuriser », tels que l’évolution des services de mobilité et de valorisation de la donnée et la mise en place du modèle « zéro-trust ».


OB « sécuriser »

Cette OB porte les ressources dédiées à l’amélioration de la couverture des outils de cybersécurité déployés au sein du ministère et à la garantie du domaine régalien du chiffre du périmètre interarmées, indispensables au maintien d’un bon niveau de cyberdéfense du ministère des armées.

Les crédits de cette OB sont en augmentation de presque 13 % en AE (43,21 M€) et en baisse de 6% (35,86 M€ en CP).

Outre l’acquisition de nouvelles licences Splunk (permettant la gestion de l’information et des évènements de sécurité) ou de nouveaux besoins tels que OSACA (administration de l’intradef afin d’augmentation la sécurité du réseau), les principales évolutions s’inscrivent dans le cadre de la transformation numérique du ministère des armées afin de porter l’ambition numérique du ministère (Cloud, Big data,mobilité, approche plateforme, etc.). Cette ambition vise à fournir aux armées, direction et services un niveau de résilience et d’ouverture adéquate sur la durée. Cela doit permettre au Ministère d’affronter les nouvelles menaces (déstabilisation, espionnage, sabotage) par le biais des actions suivantes : 

  • lancement des travaux de développement d’un nouveau modèle de sécurité à l’état de l’art ;
  • amélioration de l’environnement de travail (dont l’augmentation de l’accès à Internet) ;
  • lancement des travaux sur le traitement massif de données et les échanges inter applicatifs.

Ces engagements n’engendreront pas tous des paiements en 2021, ce qui explique la baisse de CP sur l’OB.


OB « DIRISI-restructurations »

Cette OB, en augmentation de 5,6 %, regroupe l’activité « infogérer » (26,28 M€ en AE et 25 M€ en CP) et l’activité « DIRISI transformation » (42,50 M€ en AE et 36 M€ en CP).


La mission principale portée par l’activité Infogérer est la mise en place et le MCO/MCS (maintien en condition opérationnelle / maintien en condition de sécurité) d’un service d’hébergement rationalisé, qui permet la concentration des moyens techniques d’hébergement des systèmes d’informations sur un nombre limité de sites, dont quatre sites principaux et une dizaine de sites secondaires remis en conformité avec les besoins des nouvelles technologies à forte densité.


Ne pouvant proposer un modèle d’exploitation soutenable par la DIRISI à horizon 2021-2025, de nouveaux projets ont été lancés dès 2019 et montent en puissance en 2021 : d’une part, la mise au format Cloud des solutions d’hébergement pour y apporter self-service et automatisation, que ce soit sur l’hébergement Internet ou Intradef, d’autre part la mise en place de solutions type DevOps (développement opérationnel) pour fluidifier le passage du développeur à l’exploitant, et enfin l’organisation de solutions techniques de résilience pour permettre aux SI de reprendre dans un autre datacenter.


Par ailleurs, la DIRISI poursuit sa transformation par la mise en œuvre de deux leviers principaux pour compenser le déficit structurel RH :

  • l’automatisation (15,2 M€ en AE et 14 M€ en CP) : définition et implémentation des processus services et ressources IT ainsi que l’acquisition de licences et de montée de version de DIGITRANS ;
  • le recours accru au faire-faire (27,3 M€ en AE et 12 M€ en CP) : assistance aux marchés, appui aux déploiements SI et SC, fabrique numérique, appui à l’exploitation et aux nouveaux services, formation.

OB « transporter »

L’OB « transporter » (91,62 M€ en AE et 86,14 M€ en CP) est en légère augmentation en AE, en raison de la prise en compte de 4 nouveaux besoins :

  • accompagnement DESCARTES (2,7 M€ en AE) : réalisation des services d'infrastructure réseau tant pour DESCARTES que dans le cadre du Cloud permettant de proposer une offre de services réseaux sécurisée, maitrisée et agile ;
  • besoins réseaux – transfert hors du Fort de Vincennes (4 M€ en AE) ;
  • simulation distribuée et les expérimentations SIMDEX V2 (0,7 M€ en AE) - pour évoluer vers une nouvelle structure afin de répondre aux besoins des armées et des directions et assurer la continuité de services des abonnés actuels de SIMDEX tout en répondant aux nouveaux challenges de la simulation ;
  • rénovation et revalorisation du système de messagerie ACP 127 mis en œuvre au sein du MINARM (0,54 M€ en AE) pour poursuivre la revalorisation du système et lui permettre de perdurer jusqu’en 2023.

En complément des projets nouveaux, la DIRISI a donné la priorité au financement des réseaux de transport et des abonnements afférant pour accroitre les débits, en limitant les ressources dédiées pour les réseaux locaux, par des mesures d’économies tant pour les besoins nouveaux réseaux qu’au titre de la rénovation et remise à niveau des dessertes des datacenters.


OB « délivrer SIC »

L’OB « délivrer SIC » (39,87 M€ en AE et 37,64 M€ en CP) est stable et est essentiellement dédiée au financement de l’accord-cadre Microsoft (5,69 M€ en AE et CP), au renouvellement par tranche du parc bureautique du ministère des armées, en métropole et hors métropole (26,55 M€ en AE et CP), afin d'éviter l'obsolescence technique du matériel, au développement du système d’information métier de la DIRISI concourant au dialogue avec les grands comptes bénéficiaires de l’opérateur, ainsi qu’à l’équipement de niveau opératif (mis en œuvre dans un cadre interarmées).

Cette OB permet également la réalisation du plan d’investissement outre-mer SIC (PIOM), qui comprend le segment SIC infrastructure de télécommunication d’usage général, les courants faibles, le renouvellement des éléments actifs de réseau (EAR), le maintien en état de fonctionnement des systèmes d’information opérationnel, des faisceaux hertziens, de l’évolution du système radio RAMSIN pour les évacuations des ressortissants de toutes les forces de souveraineté (5 zones) et les forces de présences (5 zones).


OB « exploiter »

L’OB « exploiter » (16,04 M€ en AE et 12,25 M€ en CP), en baisse de 4 % en AE, supporte les dépenses de fournitures de services en métropole, outre-mer et en opérations comme le raccordement au réseau Internet (4,13 M€) dont l’ISPT (internet sur poste de travail), l’ensemble des projets de l’Intranet sensible de la Défense (Intradef, Intraced). Elle inclut également :

  • les servitudes et gestion des fréquences ;
  • les SI internes à la DIRISI ;
  • des prestations d’assistance d’exploitation et au développement au profit du centre national de mise en œuvre des systèmes d’information (CNMO) et des centres de service.

La baisse significative de 43% en CP est davantage liée à un niveau important de CP en 2020 pour régler une partie du reste à payer.


OB « soutenir »

L’OB « soutenir » (6,25 M€ en AE et 5.50 M€ en CP) est stable et finance le projet COBALT visant à une combinaison optimale de la bureautique, de l’assistance aux usagers, de la logistique et de la télé-administration qui comporte deux postes de dépense :

  • le service logistique COBALT dont la livraison et l’installation du poste de travail ainsi que la réforme du matériel bureautique ;
  • les dépenses d’achats et d’entretien des matériels de manutention logistique ;
  • MCO du logiciel G-Stock.

La baisse de 12% en CP s’explique par une prévision d’engagements tardifs sur certains besoins.


FdC - AdP

A titre indicatif, la répartition des fonds de concours et des attributions de produits attendus par opération budgétaire est la suivante :


 TBF1n
OS 
 OB  Prévisions crédits 2021 (AE=CP) 
 EAC  Exploiter   15 000 


OPÉRATION STRATÉGIQUE : EPM (entretien programmé des matEriels)

1. Description


Cette opération stratégique permet le maintien en condition opérationnelle des systèmes d’information et de communication et de leur environnement, placés sous la responsabilité de la DIRISI.


2. Aspects financiers


 TBF1r
Niveau 
 Description Prévisions de crédits 2021
 AE  CP 
 OB  EPM des SIC   53 678 451   52 625 932 
 Total   53 678 451   52 625 932 


3. Commentaires

La ressource dédiée à cette OS (53,68 M€ en AE et 52,63 M€ en CP) est en augmentation de l’ordre de 20 %.


L’opération budgétaire « EPM des SIC » porte sur 4 domaines :

  • le démantèlement des pylônes et l’élimination des déchets ;
  • le maintien en condition opérationnelle des systèmes informatiques, des réseaux locaux et des serveurs comprenant notamment du matériel de chiffrement et des articles contrôlés de la sécurité des systèmes d’information ;
  • le maintien en condition opérationnelle des systèmes de communication (dont DESCARTES)  ;
  • l’approvisionnement, le stockage et l’entreposage du matériel nécessaire au soutien.


L’augmentation est due essentiellement aux :

  • systèmes de chiffrement « ECHINOPS » (0,85 M€ en AE et CP) ;
  • systèmes de chiffrement « CRYPSIS » (2,6 M€ en AE et CP) ;
  • MCO DESCARTES ISR (2 M€ en AE et CP) ;
  • MCO des terminaux téléphoniques par contrat « SYMPHONIE » (1 M€ en AE et CP) ;
  • MCO DESCARTES composante ATM (1M€ en AE et CP) ;
  • MCO de composantes de centres d’hébergement de données (HELISS-NG, IRIS, PISARO, SIMDIS) (1,5 M€ en AE et CP) ;
  • études et adaptations pylônes dans le cadre de DESCARTES (0,75 M€ en AE et CP).

 

 

Sous-action

01.21 – Infrastructures SIC


Contenu de la sous-ACTION

a. Besoins opérationnels


La sous-action « infrastructures SIC » définit les programmes d’infrastructure à initier et à conduire dans les établissements de la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information de la défense (DIRISI) en métropole, outre-mer et à l’étranger, ainsi que des organismes qui lui sont rattachés organiquement afin, d’une part, de répondre à l’ambition opérationnelle dans ce domaine et, d’autre part, de garantir un niveau optimal de disponibilité des installations de la DIRISI.


b. Unités concernées


La DIRISI est articulée autour de 4 échelons :

  • un échelon central au travers de la direction centrale ;
  • un échelon national, composé de l’état-major opérationnel, du service projet, du service ingénierie contractuelle et logistique, de cinq pôles opérationnels, du centre national de soutien opérationnel et des centres à vocation nationale ;
  • un échelon intermédiaire, constitué de directions locales (7), outre-mer (5) et à l’étranger (5) ;
  • un échelon de proximité, constitué de centres interarmées des réseaux d'infrastructure et des systèmes d'information (CIRISI).


c. Activités principales des forces prévues en 2021

Après le déploiement sur deux sites en 2020, le système d’information SIPS (système intégré de protection de site) sera généralisé en 2021 au sein d’entités de la DIRISI afin de présenter au responsable une situation tactique de la sécurité du site.

Principales mesures de l’annÉe

L’année 2021 verra la poursuite du déploiement du SIPS et la réalisation des infrastructures accueil SIC.

DÉPENSES DE l’AGRÉGAT ÉQUIPEMENT

OPÉRATION STRATÉGIQUE : INFRA (INFRASTRUCTURES)

 1. Description 


Cette opération stratégique permet la réalisation d’infrastructure opérationnelles ou de garnison.


2. Aspects financiers


 TBF1r
Niveau 
 Description Prévisions de crédits 2021
 AE  CP 
 Niveau  Description  AE  CP 
 OB  Préparation opérationnelle des fonctions de cdt et rens   7 057 956   8 502 833 
 OB  Réalisation des infrastructures des bases de défense   5 688 179   3 993 378 
 Total   12 746 135    12 496 211 


3. Commentaires


La dotation 2021 est stable par rapport à l’an passé mais traduit à la fois une baisse sur l’OB « réalisation des infrastructures des bases de défense » et un transfert entrant sur l’OB « préparation opérationnelle des fonctions de commandement et de renseignement » dans la continuité du redéploiement des crédits infrastructures du programme vers les armées, directions et services du programme 178 opérés en 2020.

Un transfert de crédits du BOP soutien des forces vers le BOP DIRISI a été fait au budget 2021 afin de financer les opérations immobilières au bénéfice des entités de l’opérateur DIRISI.


OB « Réalisation des infrastructures des bases de défense »

Cette OB (5,69 M€ en AE) est en très nette baisse (- 56 %) en raison d’une évolution calendaire du déploiement du SIPS, système d’information local qui permet de fusionner et de présenter de manière ergonomique les moyens de surveillance et de contrôle du site concerné.

En effet, les déploiements 2021 ne pourront débuter au mieux qu’au printemps en raison du temps de contractualisation des marchés et se poursuivront jusqu’en 2025.

En revanche, les CP sont en forte augmentation (+ 53 %) mais ils ne sont que le reflet d’une ressource faible en 2020 et de la prise en compte des engagements 2020 tardifs.


OB « Préparation opérationnelle des fonctions de commandement et renseignement »

L’activité Infrastructure des SIC est destinée à financer les opérations immobilières au bénéfice de la DIRISI.

Ces investissements portent sur l’adaptation capacitaire, la sécurité protection et la transformation de la DIRISI.

Ainsi 2021, verra la poursuite des travaux :

  • au profit de la composante hébergement informatique (réalisation du datacenter auxiliaire à Lille Kléber, fiabilisation des datacenters de Creil et de Maisons-Laffitte) ;
  • de mise à hauteur de la sécurité protection de ses points d’importance vitale ainsi que des locaux techniques de la composante transport et desserte (réseaux sécurisés, réseaux résilients (nationaux et outre-mer)) ;
  • des opérations immobilières relatives au stationnement de ses formations dans les bases de défense (schéma directeur immobilier et dans le cadre de la transformation de la DIRISI).


 

 

ACTION    11,0 %

02 – Préparation des forces terrestres


 

Titre 2

Hors titre 2

Total

FdC et AdP
attendus

Autorisations d'engagement

0

2 095 626 017

2 095 626 017

6 000 000

Crédits de paiement

0

1 537 852 716

1 537 852 716

6 000 000


ÉLÉMENTS DE LA DÉPENSE PAR NATURE

Au regard du retour marqué de la force militaire comme mode de règlement des conflits, selon des formes connues, directes et assumées, le retour d’un conflit majeur est désormais une hypothèse crédible.  Mais l’usage de la force se fait également selon des modes d’action nouveaux et imprévisibles, privilégiant l’intimidation et la manipulation, dans une forme de guerre nouvelle, indiscernable et non revendiquée, pour obtenir par le fait accompli des gains stratégiques. Par ailleurs, l’évolution du contexte stratégique est marqué une incertitude grandissante, dont la pandémie COVID n’est qu’une des manifestations.

Aussi, les forces terrestres doivent-elles se préparer à vaincre un adversaire symétrique et à être capables d’agir dans l’ensemble des champs de confrontation, y compris les champs immatériels.

Ce contexte justifie les priorités accordées par l’armée de terre, qui maintient un haut niveau d’engagement en opérations extérieures et sur le territoire national, à la préparation opérationnelle et au renforcement de ses capacités dans tous les champs de la confrontation. Cet effort se traduira notamment dans la préparation opérationnelle qui sera dimensionnée pour répondre à un engagement majeur, en élevant le standard opérationnel des unités et en recherchant une capacité d’engagement immédiat. Naturellement, une attention particulière sera portée au recrutement et à la formation des hommes et des femmes, qui constituent la force vive de l’armée de terre, afin de pouvoir faire face aux défis de la haute intensité.

Par ailleurs, la dynamique de modernisation de l’armée de terre, portée notamment par l’arrivée du système SCORPION, s’accompagnera de la poursuite de la transformation du MCO, qui vise à accroître la disponibilité des matériels dédiés à l’entraînement des équipages. L’armée de terre s’engagera de plus dans un vaste chantier de simplification de son fonctionnement, tout en poursuivant ses actions en faveur de la transformation numérique et du développement de l’innovation.

Enfin, il faut mentionner que la crise sanitaire survenue en 2020 a engendré des perturbations pour l’armée de terre (retards de recrutements, de formation, etc, …) liée au ralentissement de l’activité générale du pays : elle est mobilisée pour les résorber au plus vite.



Éléments de la dépense par nature


Titre et catégorie

Autorisations
d'engagement

Crédits
de paiement

Dépenses de fonctionnement

1 816 900 662

1 326 371 859

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

1 816 900 662

1 326 371 859

Dépenses d’investissement

274 025 355

206 780 857

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

274 025 355

206 780 857

Dépenses d’intervention

4 700 000

4 700 000

Transferts aux autres collectivités

4 700 000

4 700 000

Total

2 095 626 017

1 537 852 716

 

 

Sous-action

02.01 – Commandement et activités des forces terrestres


a. Besoins opérationnels

Dans le domaine de la préparation des forces, le chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT) est responsable de l’instruction et de l’entraînement des forces aéroterrestres. A ce titre, il soumet au chef d’état-major des armées (CEMA) les concepts et doctrines d’emploi de son périmètre et rend compte de l’aptitude opérationnelle des forces. Enfin, il propose les plans de mobilisation du personnel et du matériel.


b. Unités concernées

Cette sous-action regroupe l’état-major de l’armée de terre et les unités de la force opérationnelle terrestre (FOT - 77 000 hommes). Son format et son périmètre répondent au modèle d’armée « Au contact » initié en 2015 et mis en œuvre à compter de l’été 2016.


Ce modèle repose sur la capacité des forces terrestres à intervenir sur les théâtres d’opérations extérieures et sur le territoire national. Il se traduit par des forces organisées autour de :

  • un état major de commandement des forces terrestres (CFT) ;
  • un état major multirôle, certifié par l’OTAN, de niveau commandement de théâtre interarmées, pour la préparation opérationnelle interarmées et interalliés (corps de réaction rapide - France / CRR-Fr) ;
  • un état major de niveau corps d’armée regroupant des contingents de cinq pays européens et de cinq pays associés (corps de réaction rapide européen / Eurocorps) ;
  • trois commandements divisionnaires autonomes pour le territoire national (COM TN), les forces spéciales Terre (COM FST) et l’aviation légère de l’armée de Terre (COM ALAT) ;
  • une force interarmes SCORPION composée de deux divisions, comprenant la brigade francoallemande ;
  • un commandement de l’entraînement et des écoles du combat interarmes (COM E2CIA), de niveau divisionnaire, regroupant les centres d’entraînement spécialisés, la force d’expertise du combat SCORPION (FECS), ainsi que cinq organismes de formation (les écoles de l’infanterie, de la cavalerie, du génie et de l’artillerie, ainsi que le centre interarmées de défense NRBC) ;
  • quatre commandements spécialisés de niveau divisionnaire, pour le renseignement (COMRENS), les systèmes d’information et de communication des forces (COMSIC), la logistique des forces (COMLOG) et la maintenance des forces (COMMF), regroupant les moyens et expertises de chaque domaine pour mieux les connecter à l’interarmes comme à l’interarmées ;
  • un étatmajor spécialisé outremer et étranger (EMSOME) pour le suivi et la coordination de l’emploi des unités de présence et de souveraineté, et pour l’action de l’armée de terre au titre du partenariat militaire opérationnel (PMO).

Les commandements de niveau divisionnaire regroupent les moyens de commandement, de combat et de formation constituant les capacités de l’armée de terre.


c. Activités principales prévues en 2021

Conformément à son contrat opérationnel, l’armée de terre poursuivra les objectifs suivants dans le domaine de la préparation opérationnelle, tout en menant en parallèle la transformation capacitaire SCORPION :

  • optimisation de l’emploi des capacités de préparation opérationnelle, en métropole, en outremer et à l’étranger (au travers des bases de préparation opérationnelle interarmes) ;
  • accroissement de la qualité des activités de préparation opérationnelle, en s’appuyant sur une plus grande disponibilité des parcs majeurs ;
  • positionnement de l’entraînement sur le haut du spectre, pour faire face aux menaces émergentes et répondre à l’ambition d’une armée de terre de premier plan ;
  • maintien d’un volume global de jours de préparation opérationnelle (JPO) identique à celui de 2019, soit 81 JPO (stabilité sur 2019 – 2021, puis progression sur 2022 – 2025) ;
  • renforcement des partenariats internationaux majeurs (OTAN, EtatsUnis, Royaume-Uni, Allemagne), incluant la préparation des prises d’alertes au profit de l’OTAN (NATO Response Force (NRF) 2022) ;
  • déploiement d’un premier GTIA SCORPION en opération extérieure ;
  • consolidation de la capacité opérationnelle de la réserve rénovée ;
  • affermissement de l’esprit guerrier par un renforcement de l’aguerrissement au combat et de la maîtrise de la haute technologie.

L’année 2021 sera également caractérisée par une réaffirmation des spécificités des brigades interarmes. Celle-ci doit permettre de gagner en efficacité dans les engagements opérationnels en clarifiant l’offre des capacités aéroterrestres propres à chacune. Elle se traduira par une différenciation progressive en matière d’équipements majeurs, de formation et d’entraînement.

Par ailleurs, les forces terrestres mettront à profit les enseignements de la crise sanitaire pour pouvoir continuer à s’entrainer sous contrainte COVID durable et résorber les retards contractés en 2020.

Les forces terrestres participeront à des exercices multinationaux (dont OTAN, UE) et nationaux à des fins d’entraînement mais aussi de certification de dispositifs d’alerte. S’y ajoute la poursuite de la mission opérationnelle LYNX en Estonie (dispositif eFP, Enhanced Forward Presence) au profit de l’OTAN aux côtés de nos deux principaux alliés européens.

Les unités prépositionnées conduiront la préparation opérationnelle générique de leurs formations et participeront aux exercices multinationaux, bilatéraux et interarmées dans leur zone respective, en océan Indien, aux Antilles, en Guyane et dans le Pacifique, sans oublier que celles déployées en Guyane ont la particularité de participer au dispositif interministériel de lutte contre l’orpaillage clandestin (opération HARPIE) ainsi qu’à la protection du centre spatial guyanais de Kourou (opération TITAN).

 

 

Sous-action

02.05 – Ressources humaines des forces terrestres


a. Besoins opérationnels

La direction des ressources humaines de l’armée de terre (DRHAT) a la responsabilité de fournir, à l’armée de terre et aux autres organismes du ministère, la ressource humaine nécessaire, d’un point de vue qualitatif et quantitatif, pour répondre au contrat opérationnel. Il s’agit de concilier la satisfaction des besoins des formations d’emploi et la ressource en personnel. A cet effet, la DRHAT mobilise les différents leviers dont elle dispose (le recrutement, la formation initiale du personnel militaire et le plan annuel de mutation) et qui représentent le cœur de son activité.


b. Unités concernées

Sous les ordres du général directeur, la DHRAT compte, pour mener sa mission, un service du pilotage de la performance, trois sous-directions et un pôle spécialisé :

  • le service de pilotage de la performance est en charge du lien RHsolde-pensions, de la transformation numérique, du pilotage des domaines de spécialités de la gestion des ressources humaines et des métiers du soutien commun ;
  • la sousdirection recrutement (SDR) programme et pilote le plan de recrutement externe annuel des officiers, sous-officiers et militaires du rang. Elle s’appuie sur les cinq groupements de recrutement et de sélection (GRS) répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain et outre-mer, comprenant 103 bureaux « terre » (dont 6 stationnés outremer) et des centres d’information et de recrutement des armées (CIRFA). La SDR est également chargée des concours de promotion interne ;
  • il est à noter que le recrutement au profit de la légion étrangère est assuré par le bureau de gestion du personnel non officier de la direction des ressources humaines de la légion étrangère, le groupement de recrutement de la légion étrangère (GRLE) et les six postes d’information de la légion étrangère ;
  • la sousdirection gestion arrête le plan annuel de mutation (PAM), déterminant physique de la mobilité des personnels militaires  dans une logique métier ;
  • la sousdirection des études et de la politique assure les analyses prospectives et le pilotage budgétaire ;
  • enfin, regroupées au sein du département RHformation, les écoles de formation initiale (écoles de Saint-Cyr Coëtquidan pour les officiers et école nationale des sous-officiers d’active à Saint-Maixent pour les sous-officiers), ainsi que quatre des six lycées militaires de la Défense.


c. Activités principales prévues en 2021

La consolidation de la force opérationnelle terrestre à 77 000 hommes implique pour l’année à venir :

  • la poursuite d’une manœuvre soutenue de recrutements externes (16 600 candidats et potentiellement jusqu’à 17 000) assurant le maintien des effectifs et permettant de rattraper le retard pris en 2020 en raison de la crise sanitaire ;
  • la densification de la formation nécessaire à l’absorption des flux élevés de recrutement de 2020 à 2026, et notamment celle des spécialistes des filières déficitaires, afin d’assurer la montée en compétence, enjeu majeur de l’armée de terre sur cette période. Cela se traduit concrètement par la poursuite de la montée en puissance du centre technique de l’armée de terre (CETAT), avec l’ouverture de la dernière classe de 15 élèves (mention complémentaire systèmes) pour la filière des maintenanciers aéronautiques et la création d’une filière de formation des maintenanciers mobilité terrestre à compter de septembre 2021 (2 classes de 15 élèves) ;
  • l’élargissement de l’offre de formation des lycées militaires au titre de l’aide au recrutement. Après la création de deux BTS « systèmes numériques – électronique » et « communication » au sein des lycées militaires d’Aix et de SaintCyr l’Ecole, un Bac professionnel « systèmes numériques option réseaux informatiques et systèmes de communication » (SN-RISC) est mis en place à La Réunion, au sein du régiment du service militaire adapté (RSMA) (44 élèves).


 

 

Sous-action

02.07 – Maintien en condition opérationnelle du matériel des forces terrestres


a. Besoins opérationnels


L’objectif est de garantir intégralement, dans une logique de stricte suffisance, les moyens en service nécessaires aux forces en vue de leur préparation à la projection et de leur engagement, dans le cadre de la mise en œuvre des contrats opérationnels de l’armée de terre.


b. Unités concernées

La chaine maintenance de l’armée de terre est articulée de la manière suivante :

  • une maîtrise d’ouvrage assurée par l’état major de l’armée de terre (EMAT) ;
  • des maîtrises d’ouvrage déléguées (MOAd) assurées par les services de soutien suivants :
    • le service de soutien de la flotte (SSF) pour le MCO des matériels nautiques et de plongée ;
    • la direction de la maintenance aéronautique (DMAé) pour le MCO des matériels aéronautiques ;
    • la structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels terrestres (SIMMT) pour le MCO des matériels terrestres ;
    • des maîtrises d’œuvre industrielles, dont certaines sont étatiques :
      • le service de maintenance industrielle terrestre (SMITer) pour le milieu terrestre ;
      • les bases navales pour le milieu nautique en outre-mer ;
      • le service industriel de l’aéronautique (SIAé) pour le milieu aéroterrestre ;
    • des maîtrises d’œuvre opérationnelles :
      • le commandement de la maintenance des forces (COM MF) avec les régiments du matériel et les sections de maintenance des forces ;
      • le commandement de l’aviation légère de l’armée de terre (COMALAT) avec les régiments d’hélicoptères, le détachement avions, le régiment de soutien (9e RSAM) et l’école de l’ALAT (EALAT) pour les hélicoptères et avions, ainsi que, pour les drones, le 61e régiment d’artillerie et l’ensemble des unités les mettant en œuvre.


c. Activités principales des forces prévues en 2021

Les principaux parcs de matériels terrestres sont les suivants :


Matériels majeurs soutenus

Parc en service

en 2021 (fin d’année)[CPL1] 

Age moyen (ans) du parc

en service au 1er janvier 2021

Leclerc*

222*

18

AMX 10 RCR

247

35

Canon TRF1

12

28

Canon AuF1

32

34

Canon CAESAR

76

10

VBCI

628

9

VAB

2651

35

* Hors DCL et MARS


Les matériels majeurs soutenus par les organismes de maintenance des matériels aéroterrestres seront les suivants en 2021 :

Matériels majeurs soutenus

Parc en service en 2021

(fin d’année)

Age moyen (ans) du parc en service au 1er janvier 2021

Hélicoptères



Fennec

18

26

Gazelle

86

35

Tigre

68

8

Cougar

24

29

Puma

38

45

Caracal

8

15

NH90

47

4

Total du parc hélicoptères

297

23

Avions



PC6

5

28

TBM 700

8

23

Total du parc avions

13

24

Le retour d’expérience de l’armée de terre de la crise de la COVID-19 a mis en exergue la nécessité de faire un effort particulier pour accroître, d’une part sa résilience par la constitution de stocks de pièces de rechange, et d’autre part son autonomie stratégique, par l’acquisition de lots de déploiement.



 

 

Sous-action

02.08 – Environnement opérationnel des forces terrestres


a. Besoins opérationnels

Cette sous-action correspond aux objectifs suivants :

  • acquérir des munitions dans le cadre de la gestion des stocks ;
  • acquérir des équipements de cohérence opérationnels en petites séries, des équipements techniques, de l’outillage, des moyens de stockage et d’instrumentation ;
  • assurer la fonction « accueil, filtrage, gardiennage (AFG) » des différentes emprises de l’armée de Terre, fonction transférée aux armées depuis 2019 ;
  • à partir de 2021, assurer le soutien et la mise en œuvre de la politique interarmées du sport.


b. Unités concernées

Il s’agit d’organismes chargés de l’acquisition des équipements d’accompagnement et de cohérence (EAC) au profit de l’armée de terre, ainsi que les organismes ne pouvant être rattachés aux autres sous-actions de soutien, notamment :

  • la section technique de l’armée de terre (STAT) ;
  • le groupement aéromobile de la section technique de l’armée de terre (GAMSTAT) ;
  • le centre national des sports de la défense (CNSD), organisme à vocation interarmées qui est transféré en 2021 au sein de l’armée de terre.


c. Activités principales des forces prévues en 2021

A l’instar des années précédentes, les acquisitions d’équipements de préparation opérationnelle se poursuivent selon un plan d’équipement piloté par l’état-major de l’armée de terre. Ces investissements permettront d’optimiser le temps consacré à l’instruction et à l’entraînement et de garantir les mêmes conditions d’entraînement aux troupes terrestres (véhicules, armement de petit calibre, munitions, simulation, etc.).

Le transfert du CNSD au sein de l’armée de terre s’accompagne de celui de la gestion du partenariat public-privé (PPP) contractualisée avec la société Quartier Sport Défense qui englobe les travaux de réhabilitation et l’exploitation du CNSD (quartier Guynemer abritant l’école interarmées du sport), ainsi que celui de la mise en œuvre de la politique « sport 2025 ».



 

 

Sous-action

02.11 – Infrastructures terrestres


a. Besoins opérationnels

Cette sous-action a pour vocation de réaliser les infrastructures spécifiques à l’armée de terre concourant à la préparation opérationnelle. Elle recouvre les dépenses pour la construction, la modernisation et le maintien en condition (partie maintenance lourde) des infrastructures opérationnelles de l’armée de terre.


b. Unités concernées

Cette politique est mise en œuvre par une chaîne infrastructure pilotée par l’EMAT qui s’appuie au niveau zonal sur les divisions terre des états-majors de zone de défense et sécurité (EMZDS). Celles-ci font remonter les besoins cohérents exprimés par l’ensemble des formations administratives de l’armée de terre. La maîtrise d’ouvrage reste, par ailleurs, déléguée au service d’infrastructure de la défense (SID).


c. Activités principales des forces prévues en 2021

En 2021, les ressources dédiées permettront de :

  • réaliser et entretenir les infrastructures de préparation opérationnelle (IPO) de l’armée de terre dans l’ensemble de ses formations, sur ses espaces collectifs d’instruction (ECI) et ses espaces d’entraînement de niveau 1, 2 et 3 ;
  • réaliser et entretenir les infrastructures de commandement et d’instruction spécifiques de l’armée de terre, y compris celles concourant à la préparation de l’avenir (Battle Lab Terre) ; 
  • réaliser et entretenir les infrastructures d’accueil, de stockage, de mise en œuvre et de maintien en condition des matériels en dotation dans l’armée de terre, hors programmes d’infrastructure majeurs relevant du P146 (SCORPION, hélicoptère nouvelle génération) ;
  • finaliser la montée en puissance de la force opérationnelle terrestre ;
  • réaliser et entretenir les infrastructures participant à la fonction « défense sécurité » des formations et emprises de l’armée de terre ;
  • réaliser certaines opérations de maintien en condition des infrastructures de l’armée de terre ;
  • réaliser les opérations de mise aux normes des infrastructures métiers de l’armée de terre.

 

Éléments de la dépense par nature


DÉPENSES DE l’AGRÉGAT FONCTIONNEMENT

Les dépenses de fonctionnement des programmes de la mission défense sont réparties entre deux opérations stratégiques (OS) : activités opérationnelles (AOP) et fonctionnement et activités spécifiques (FAS), dont le contenu est développé ci-dessous.


1. Description

L’OS AOP regroupe les crédits dédiés au financement des activités d’entraînement, de préparation opérationnelle (PO) et de formation des forces terrestres, en particulier :

  • les activités coordonnées (grands exercices) ;
  • les activités de mise en condition finale (MCF) avant projection ;
  • les activités de préparation opérationnelle métier (POM) et interarmes (POIA) ;
  • la formation initiale ;
  • la formation de spécialité ;
  • le sport militaire, dont la reconstruction et la réinsertion par le sport des blessés, ainsi que la filière équestre.

De même, elle porte toutes les dépenses dédiées aux missions intérieures (MISSINT), à l’environnement de la préparation opérationnelle et aux activités de prestations et astreintes.


L’OS FAS regroupe l’ensemble des crédits liés au fonctionnement de l’armée de terre hors administration générale et soutien commun (AGSC). Ces crédits sont répartis pour l’essentiel en quatre catégories principales :

  • les dépenses liées au recrutement, à la formation et à l’instruction du personnel militaire de l’armée de terre au sein ou à l’extérieur du ministère des armées ;
  • les dépenses relatives à la mobilité du personnel ;
  • les dépenses relatives aux travaux de réhabilitation et à l’exploitation du CNSD ;
  • les dépenses relatives à l’externalisation de prestations d’AFG de certaines emprises.


2. Aspects financiers


Tableau des autorisations d’engagement et des crédits de paiement (en €)


TBF1r
OS

 OB

Prévisions de crédits 2021

 Unité d'œuvre

 Volume 

 Ratio
(en CP)

 AE

 CP

 AOP

 Activités et entraînement des forces

128 145 547

125 379 057

-

-

ND

 Alimentation

-

-

nombre de repas

-

ND

 Carburants opérationnels hors carburéacteur et combustibles de navigation

28 235 466

28 235 466

-

-

ND

 Carburéacteur

21 116 189

21 116 189

-

-

ND

 Déplacements et transports

12 945 451

12 945 451

nombre de jours de déplacement

-

ND

 Sous-total AOP

190 442 653

187 676 163




 FAS

 Mobilité personnels 

48 895 882

47 406 407

Nombre de mutation avec changement de résidence

13 359

3 549

 Prestations intellectuelles

1 348 792

1 941 740

Nombre de prestations de conseil ou d'AMOA

-

ND

 Subventions et transferts

4 700 000

4 700 000

nombre d'organisme

13

361 538

 Communication et relations publiques

4 109 199

4 141 722

-

-

ND

 Fonctionnement courant

30 269 753

29 762 511

Effectifs soutenus

121 075

246

 Soutien des ressources humaines

36 968 078

35 129 683

effectif militaire

121 075

290

 Sous-total FAS

126 291 704

123 082 063


 Total Agrégat fonctionnement

316 734 357

310 758 226


Les crédits de fonctionnement s’élèvent pour 2021 à 316,7 M€ en AE et 310,8 M€ en CP, soit une hausse de plus de 9 % par rapport à 2020. Cette évolution découle principalement du transfert des crédits liés au rattachement du CNSD et du pôle interarmées des munitions (PIAM) à l’armée de terre, ainsi que, dans une moindre mesure, d’un effort fait au profit du recrutement.


3. Commentaires


OS AOP


OB « activités et entraînement des forces » 

Cette OB représente 67 % de l’OS et affiche une variation de 5 % (+5,9 M€ en AE et +5,3 M€ en CP) par rapport à 2020. L’essentiel de l’augmentation (5,7 M€) est lié aux transferts à l’armée de terre du CNSD et du pôle interarmées des munitions (PIAM) sous la forme d’organismes à vocation interarmées. Par ailleurs, cette OB a bénéficié d’une redotation de 2 M€ pour financer les grands exercices (en particulier WARFIGHTER 21), atténuée par un transfert de 2,2 M€ vers l’OS FAS au titre de marchés accueil, filtrage et gardiennage (AFG) et d’énergie, imputés jusqu’alors en AOP.


OB « déplacement et transports » 

Cette OB reste stable par rapport à 2020 et regroupe trois types de dépenses :

  • les frais de déplacement du personnel civil affecté à l’état-major de l’armée de terre et dans les unités de la FOT ;
  • les frais de déplacement liés à la convocation des réservistes ;
  • le coût des transports terrestres interarmées (TTIA), incluant la location des vecteurs routiers.

Carburants opérationnels

Les dotations en carburants opérationnels ont été calculées à partir d’hypothèses de tarif de cession des différents produits raffinés et de l’évaluation des volumes de carburant nécessaires pour assurer le niveau d’activité prévisionnel.



Carburants opérationnels


Volume (m3)


Hypothèse de tarif de cession retenue (€/m3)


Dotation (€)

Gazole

19 559

1 327

25 954 793

Carburéacteur terrestre

6 683

1 074

7 177 542

Carburéacteur (F-34)

25 297

551

13 938 647

Divers (Huiles, graisses et autres)

ND

ND

2 280 673


Le niveau de ressources est en baisse de 8,6 % par rapport à 2020, en raison de l’effet prix dû à la crise mondiale (diminution du cours du pétrole). Ce niveau est cohérent avec le volume prévisionnel d’activité.


OS FAS


OB « mobilité des personnels »

Cette OB finance les changements de résidence pour raisons de service du personnel militaire et civil, les concessions de passage gratuit accordées aux familles rejoignant les militaires affectés outre-mer et à l’étranger, ainsi qu’au personnel ultramarin bénéficiaire d’un congé bonifié. D’un montant de 48,9 M€ en AE, cette OB affiche une hausse de 4% par rapport à 2020 (+1,8 M€) en raison d’une augmentation des mutations outre-mer et à l’étranger (OME) de 11% (+340 mutations).


OB « subventions et transferts »

Ces crédits correspondent aux quotes-parts de la France dans les budgets des états-majors multinationaux, au sein desquels servent des militaires de l’armée de Terre : état-major du Corps Européen, centre de formation franco-allemand pour le personnel technico-logistique TIGRE, états-majors de la Nato Force Structure, centres d’excellence de l’OTAN.

Ces subventions sont stables par rapport à 2020.


OB « communication et relations publiques »

Les crédits de communication des organismes et unités, participent au rayonnement et à l’attractivité de l’armée de Terre, en réalisant des actions événementielles et des opérations de communication. Ces dernières représentent la part la plus importante des crédits et concernent le service d’information et de relations publiques de l’armée de Terre (SIRPAT). Le montant augmente de 13% en AE (+0,5 M€) et de 16% en CP (+0,5 M€) par rapport à 2020, du fait principalement du rattachement du CNSD qui participe à l’organisation de manifestations de portée nationale ou internationale.


OB « fonctionnement courant » 

Ces crédits sont destinés notamment au financement des dépenses de condition du personnel (CONDIPERS) et au financement du soutien de la section technique de l’armée de terre (STAT). Ces deux types de dépenses sont stables par rapport à 2020. En revanche, le périmètre de l’OB évolue significativement en raison de plusieurs transferts :

  • le CNSD en provenance de l’action 5 Logistique et soutien des armées (+13,5 M€) ;
  • des marchés AFG et de dépenses de fluides (électricité, gaz) en provenance de l’OS AOP (+2,2 M€).


OB « soutien des ressources humaines »

Avec 37,0 M€ en AE et 35,1 M€ en CP, l’OB « soutien des ressources humaines » permet de couvrir les dépenses liées aux actions de recrutement (dont le transport des candidats à l’engagement) et de formation initiale.


L’augmentation par rapport à 2020 (+24% soit + 7,0 M€ en AE et +20% soit + 5,9 M€ en CP) est liée, pour l’essentiel, à une redotation de 6,7 M€ au titre du recrutement. En effet, les efforts entrepris depuis 2015 sont poursuivis en raison de l’effet conjugué d’une attrition plus élevée que prévue et d’une fidélisation moins importante qu’espérée. L’objectif du plan de recrutement reste donc élevé, à 16 600 candidats, et nécessite des moyens importants pour attirer, sélectionner et fidéliser.

En outre, en 2021 seront mis en œuvre un plan d’influence vers l’Enseignement Supérieur, ainsi que des marchés relatifs aux Data Science, à la production éditoriale et à l’harmonisation de l’accueil en CIRFA.


En matière de formation, la densification des offres se poursuit afin d’absorber le flux élevé de recrutement et de maintenir les compétences, particulièrement dans les spécialités déficitaires. Les nouvelles filières de maintenanciers du CETAT et le nouveau Bac professionnel à La Réunion (SN-RISC) y participent.

La DRHAT est également mandatée pour mettre en œuvre la nouvelle politique des langues de l’armée de terre. Cette évolution se traduira par l’externalisation d’une partie des actions de formation et d’évaluation actuellement réalisées en interne.

Enfin, une modification de la formation des officiers prévoit l’allongement des stages en corps de troupe (de 7 semaines à 3 mois), ainsi que de la durée de scolarité des officiers sous contrat-encadrement (de 8,5 à 11 mois).


A titre indicatif, la répartition des fonds de concours et des attributions de produits attendus par opération budgétaire est la suivante :


OS

OB

Prévisions crédits 2021

AE=CP

AOP

Activités & entraînement des forces

800 000


FA S

Communication et relations publiques


Soutien des ressources humaines

500 000


OpÉration stratÉgique : EPM (entretien programmÉ des matÉriels)

1. Description

Les crédits d'entretien programmé du matériel permettent d'acquérir les rechanges et les prestations nécessaires au soutien des forces terrestres. Concernant les matériels tactiques, ils couvrent principalement l'approvisionnement des stocks de rechanges, les réparations ou les prestations de service dans l’industrie privée ou étatique, les opérations de rénovation, l'acquisition des lots techniques (piles, batteries, pneumatiques, peintures) et les marchés d'élimination.


2. Aspects financiers

L’année 2021 sera marquée par :

  • une inflexion à la baisse  de la hausse d’activité (terrestre et aéroterrestre) prévue dans le cadre de la LPM afin de compenser les hausses contractuelles  significatives du MCO. Toutefois, l’activité relative aux matériels de 4ème génération a été préservée en vue de le leur projection (un groupement tactique interarmes Scorpion au 3ème trimestre 2021), et pour assurer la transformation SCORPION des unités (appropriation des nouveaux matériels) ;
  • le renouvellement du marché de soutien en service (MSS 2) du char Leclerc et l’achat de rechanges pour pallier des obsolescences ;
  • l’intégration du soutien des drones de contact ;
  • les premiers effets des nouveaux contrats globaux pluriannuels de soutien (marchés verticalisés) des flottes Caracal, Cougar et Tigre, passés en 2019 ;
  • la poursuite de la modernisation du MCO avec un effort particulier sur l’innovation et la simplification.


Autorisations d'engagement et crédits de paiement (en €)


TBF1r
Niveau

 Description

 Prévision de crédits 2021

 Unité d'œuvre

 Volume 

 Ratio (en CP)

AE HTF

Total AE

CP

 OB

Démantèlement milieu terrestre

1 800 000

1 800 000

1 800 000

-

-

ND

 OB

EPM matériel terrestre*

400 844 961

400 844 961

431 872 691

Matériels majeurs

24 000

17 995

 ACT

EPM Mat. Ter : GRIFFON

3 120 754

3 120 754

3 120 754

-

-

ND

 ACT

EPM Mat. Ter : JAGUAR

52 831

52 831

52 831

-

-

ND

 ACT

EPM Mat. Ter : VBMR lég.

-

-

-

-

-

ND

 ACT

EPM Autre matériel terrestre scorpion*

1 326 415

1 326 415

1 326 415

-

-

ND

 OB

EPM munitions terrestres

-

-

-

-

-

ND

 OB

Démantèlement milieu aérien

283 088

283 088

283 088

-

-

ND

 OB

EPM flottes aéroterrestres**

275 546 905

275 546 905

201 417 148

Nombre d'engins

185

1 088 741

 OB

EPM munitions aériennes

-

-

-

-

-

ND

 OB

EPM Milieu naval ADT

11 932 819

11 932 819

6 630 214

-

-

ND

 ACT

EPM matériel terrestre : Leclerc

375 810 000

375 810 000

85 821 735

Nombre d'engins

222

386 584

 ACT

EPM aéroterrestre : NH 90

90 000 000

90 000 000

90 000 000

Nombre d'engins

49

1 836 735

 ACT

EPM aéroterrestre : TIGRE

250 000 000

250 000 000

120 000 000

Nombre d'engins

68

1 764 706

 Total

1 410 717 773

1 410 717 773

942 324 876

* Hors Leclerc

** Hors NH90, TIGRE


Autorisations d’engagement affectées sur tranches fonctionnelles


 TBF2
Niveau 
 Description AEANE fin 2020AE affectées 2021Total AEEngagement 2021AEANE 2021
 OB  EPM flottes aéroterrestres*   34 971 341   -   34 971 341   5 666 430   29 304 911 
 ACT  EPM aéroterrestre : NH 90   3 037 604   -   3 037 604   875 911   2 161 693 
 ACT  EPM  aéroterrestre : TIGRE   22 641 231   -   22 641 231   1 990 681   20 650 550 


3. Commentaires

L’OS EPM (1 410,72 M€ en AE et 942,32 M€ en CP) affiche une baisse de 28 % en AE et une augmentation de 4 % en CP. Ce niveau de ressources en CP concrétise la volonté de poursuivre le renouvellement et la modernisation des capacités opérationnelles des armées lancées dès la première annuité de la LPM 2019-2025.


La baisse en AE est cohérente avec les moindres besoins d’engagement nouveaux du fait de la passation de marchés pluriannuels importants en 2019 et 2020, notamment pour l’EPM aéroterrestre (-42%) qui avait bénéficié de dotations exceptionnelles en LFI 2019 et 2020 pour la contractualisation des marchés verticalisés FENNEC-Terre , Cougar-Caracal, et TIGRE.


EPM des matériels aéroterrestres

La DMAé va poursuivre la démarche de verticalisation entamée en 2019. En 2021, elle prévoit notamment de passer les principaux marchés pluriannuels suivants :

  • 2ème étape de la verticalisation du soutien du TIGRE, telle que prévue en 2019, avec notamment l’extension de la commande d’heures de vol audelà du forfait initial de 20 000 heures ;
  • contrat Cougar-Caracal : complément, tel que prévu initialement, pour couvrir la totalité de l’activité sur la période 2019-2025 ;
  • marché TBM 700.

S’agissant des plans annuels de réparation (PAR) du service industriel de l’aéronautique (SIAé) sur tranches fonctionnelles (TF), aucune affectation nouvelle n’est prévue en 2021. Les AE affectées lors des exercices précédents seront engagées progressivement afin de financer les prestations pour lesquelles elles étaient prévues et éteindre progressivement ces TF.


EPM des matériels terrestres

La modernisation du MCO-T se poursuit autour des deux enjeux majeurs suivants :

  • la transition capacitaire des forces, avec l’arrivée d’équipements SCORPION (Griffon, Jaguar). Elle s’accompagne du développement de nouvelles compétences de maintenance pour le soutien des matériels de 4ème génération, sans négliger le maintien dans la durée des compétences sur les parcs en service ;
  • la transformation numérique. Elle vise, par une maîtrise de la donnée, une amélioration des processus, une meilleure programmation du besoin en ressources, une plus grande précision comptable ainsi qu’une simplification des actes administratifs, logistiques ou de maintenance.

En 2021, la SIMMT prévoit notamment de passer les principaux marchés pluriannuels suivants :

  • marché de soutien service LECLERC (MSS2 XL). Initialement prévu en 2020, le processus de contractualisation n’aboutira qu’en 2021 ;
  • MSS VHM (véhicule haute mobilité) ;
  • achat de rechanges et services (ARES).


EPM des matériels nautiques et de plongée :

L’augmentation des ressources en AE (+7 M€) est liée principalement à la mise en place d’un marché pluriannuel (sur 6 ans) pour le soutien des propulseurs sous-marin.


FdC - AdP

A titre indicatif, la répartition des fonds de concours et des attributions de produits attendus par opération budgétaire est la suivante :


OB

P révisions crédits 2021

AE=CP

EPM matériel terrestre

2 970 000

EPM flottes aéroterrestres

1 030 000

Total

4 000 000


Ces ressources proviennent :

  • du produit des cessions de biens mobiliers ;
  • du reversement par les entreprises d'une fraction de la taxe d'apprentissage, pour concourir à des actions de formations technologiques et professionnelles.

OpÉration stratÉgique : EAC (Équipements d’accompagnement)

1. Description

Les équipements d’accompagnement et de cohérence regroupent :

  • les acquisitions de munitions destinées à la préparation opérationnelle des forces terrestres (petits calibres et mortiers), de munitions spécifiques pour les forces spéciales, etc. ;
  • le financement des besoins du domaine « système d’information et de commandement », dans les cinq fonctions suivantes : l’appui électronique, la simulation, les équipements des unités spécifiques du domaine des SIC, les infrastructures de commandement (acquisition de containers d’appui au commandement) et la transformation numérique ;
  • les acquisitions d’équipements divers :
    • matériels de sport et audiovisuel nécessaires à l’entraînement et à la formation ;
    • matériels nautiques ;
    • infrastructures déployables en opérations extérieures (préfabriqués et matériels de production d’énergie) ;
    • matériels du génie (engins de travaux publics, équipements des camps) et de manutention ;
    • plan d’équipement des unités : accompagnement des activités de préparation opérationnelle des unités ;
    • équipements des forces spéciales : armement petit calibre, optronique, postes radio, altimètres, etc ;
    • véhicules spécialisés de la gamme commerciale : véhicules incendie, cynotechniques, véhicules des centres IEC et des forces spécialisées ;
    • outillage destiné à la maintenance des parcs blindés et à roues ;
    • projets d’innovation et expérimentations associées (Battle Lab Terre) ;
    • les expérimentations et évaluations de la STAT ;
    • les investissements au profit de la préparation opérationnelle dans les domaines de la simulation et de la ciblerie des champs de tir.


2. Aspects financiers

Autorisations d'engagement et crédits de paiement (en €)


Niveau

Description

Prévisions de crédits 2021

AE

CP

OP

EAC-AFAT

235 918 593

216 979 013

OP

EAC-Soutien

-

-

Total

235 918 593

216 979 013


Pas d'affection sur TF en 2021.


3. Commentaires

La baisse apparente de ressources en AE par rapport au PLF  2020 (-13%, soit -34,3 M€) doit être relativisée en raison d’importantes commandes pluriannuelles de munitions contractualisées en 2020.

Les ressources en CP sont en hausse de 4% (+8,3 M€) par rapport à 2020. Cette évolution correspond d’une part à une nouvelle redotation de 2 M€ des EAC à partir des crédits d’EPM au titre de la transformation numérique (TNUM), et traduit d’autre part l’accroissement des dépenses de SIC (dont le projet CNUMTACT) et de TNUM avec d’importants besoins de paiement sur 2021-2022.


FdC - AdP

A titre indicatif, la répartition des fonds de concours et des attributions de produits attendus par opération budgétaire est la suivante :


 TBF1n
OB 
 Prévisions crédits 2021 (AE=CP) 
 EAC-AFAT   700 000 
 EAC-Soutien   - 
 Total   700 000 


OpÉration stratÉgique : INFRA (INFRASTRUCTURES)

1. Description

Les dépenses d’infrastructure sont réparties entre cinq opérations budgétaires :

  • assurer la préparation opérationnelle des fonctions de commandement et de renseignement ;
  • assurer la préparation opérationnelle du milieu aéroportuaire (opérations d’infrastructure non reliées aux hélicoptères de nouvelle génération TIGRE, CAIMAN et HIL) ;
  • assurer la préparation opérationnelle du milieu terrestre ;
  • maintenir et soutenir les sites ;
  • réaliser les infrastructures des bases de défense ;
  • réaliser les autres opérations d’adaptation infra terrestres.

Ces crédits correspondent aux besoins d’infrastructures de préparation opérationnelle, hors opérations transférées au P146 (notamment SCORPION et hélicoptères nouvelle génération).


2. Aspects financiers

Autorisations d'engagement et crédits de paiement (en €)


Niveau

Description

Prévisions de crédits 2021

AE

CP

OB

Préparation opérationnelle des fonctions de cdt et rens

5 295 000

833 682

OB

Préparation opérationnelle du milieu aéroportuaire

765 000

240 488

OB

Préparation opérationnelle du milieu terrestre

65 160 902

32 590 536

OB

Maintien et soutien des sites

2 366 000

1 004 190

OB

Réalisation des infrastructures des bases de défense

-

400 174

OB

Réalisation autres opérations adaptation infra terrestres

58 668 392

32 721 531

Total

132 255 294

67 790 601


Autorisations d’engagement affectées sur tranches fonctionnelles


Niveau

 Description

AEANE fin 2020

AE affectées 2021

Total AE

Engagement 2021

AEANE 2021

 OB

Préparation opérationnelle du milieu terrestre

  2 717 238 

 40 144 072 

  42 861 310 

  26 665 392

  16 195 912

 OB

Réalisation autres opérations adaptation infra terrestres

  5 402 399 

 16 127 392 

  21 529 791 

  4 700 000 

  16 829 791 


La ressource de l’OS INFRA s’établit à 132,26 M€ en AE et de 67,79 M€ en CP. L’augmentation significative en AE par rapport à 2020 (+ 65 M€) s’explique par une trajectoire LPM à la hausse et qui se poursuit les années suivantes (dont + 58 M€ de CP sur 2022-2023). Cette hausse est liée essentiellement aux opérations majeures suivantes :

  • le programme d’investissement « adaptation des espaces d’entraînement de niveau 2 et 3 » (PI AEEN 23) sur l’OB « préparation opérationnelle du milieu terrestre » [ACAAE5] ;
  • l’aménagement des sites pour la poursuite de l’installation de la 13e DBLE (division blindée de la légion étrangère) sur le plateau du Larzac et du 5e RD (régiment de dragon) à Maillyle-Camp dans le cadre de la montée en puissance de la FOT, sur l’OB « réalisation autres opérations adaptation infra terrestres ».


Les principales opérations nouvelles prévus par le SID en 2021 sont les suivantes :

  • le traitement des eaux pluviales sur le plateau du Larzac au profit de la 13e DBLE ;
  • la mise en service d’une aire de lavage au profit du 5e RD à Mailly ;
  • la Zone d’équipementdéséquipement (ZED) de Sissonne et le point de restauration de Canjuers dans le cadre du PI AEEN2-3.



Synthese ACTION 2



 AE M(€)  CP M(€) 
 TBF1t
OS
 Titre 3  Titre 5  Titre 6  Titre 7  Total  Titre 3  Titre 5  Titre 6  Titre 7  Total 
 AOP   190,44   -   -   -   190,44    187,68   -   -   -   187,68 
 FAS   121,59   -   4,70   -   126,29    118,38   -   4,70   -   123,08 
 EPM   1 410,72   -   -   -   1 410,72    942,32   -   -   -   942,32 
 EAC   94,15   141,77   -   -   235,92    77,99   138,99   -   -   216,98 
 INFRA   -   132,26   -   -   132,26    -   67,79   -   -   67,79 
 Total   1 816,90    274,03    4,70    -    2 095,63    1 326,37    206,78    4,70    -    1 537,85 


échéancier des paiements associes aux engagements par opération stratégique (en M€)


 TBF3
OS
 Engagements  Paiements 
RàP à fin 2019Eng 2020Eng 20212020202120222023>2023Total
 AOP   26,59 

  19,15   7,44   -   -   -   26,59 

  196,35 
  175,20   20,61   0,44   0,10   -   196,35 


  191,24   -   160,42   30,79   0,03   -   191,24 
 FAS   101,52 

  22,75   1,82   6,74   2,44   67,76   101,52 

  122,77 
  99,40   22,09   0,49   0,79   -   122,77 


  126,79   -   99,67   25,98   1,14   -   126,79 
 EPM   2 254,78 

  745,34   539,81   434,41   298,93   236,30   2 254,78 

  1 563,76 
  454,49   297,05   367,35   293,07   151,81   1 563,76 


  1 423,25   -   109,47   379,22   373,06   561,50   1 423,25 
 EAC   231,30