$@FwLOVariable(libelleProg#Recherche appliquée et innovation en agriculture)

$@FwLOVariable(annee#2021)

$@FwLOVariable(numProg#776)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre#Bilan stratégique)

 

Bilan stratégique du rapport annuel de performances

Valérie Baduel

Directrice générale de l'enseignement et de la recherche

Responsable du programme n° 776 : Recherche appliquée et innovation en agriculture

 

Précisions sur le changement de responsable du programme

Valérie BADUEL a été nommée directrice générale de l'enseignement et de la recherche à compter du 4 janvier 2021 à la suite d'Isabelle CHMITELIN.

 
 

Le programme 776 « Recherche appliquée et innovation en agriculture », piloté par la direction générale de l'enseignement et de la recherche du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, permet d’orienter les actions des acteurs de la recherche appliquée et du développement agricole et rural vers les objectifs prioritaires pour l’agriculture française, en tenant compte des attentes sociétales et des besoins des consommateurs et en cohérence avec les orientations définies dans le Programme national de développement agricole et rural (PNDAR).


Le programme 776 mobilise pour cela l'ensemble des acteurs, notamment les instituts techniques agricoles qualifiés, autour d'un nombre restreint de thèmes, en renforçant le continuum entre recherche, enseignement et développement, pour produire des connaissances et outils actionnables par les agriculteurs, favoriser le développement des compétences, susciter des processus d’innovation interactive et accompagner les transitions des exploitations agricoles, dans le cadre de démarches collectives. En effet, l’innovation et la recherche appliquée dans des domaines aussi divers que les techniques de production, la valorisation des ressources génétiques, les approches humaines et sociales, le développement de nouveaux débouchés sont indispensables pour accompagner les agriculteurs vers des modèles agro-écologiques.


Le programme finance les actions de recherche appliquée à travers quatre volets :


  • Les programmes pluriannuels, mis en œuvre par les instituts techniques agricoles, représentent 60 % des dépenses. Ce mode de financement concerne des actions de recherche à moyen et long terme développés par les instituts techniques agricoles (ITA). Le contrat d’objectifs signé entre le ministre chargé de l’Agriculture et le président de l’Association de coordination technique agricole (ACTA) constitue le cadre de référence à partir duquel les instituts techniques élaborent et conduisent leurs programmes d’actions pour toute la période du PNDAR. Le ministre chargé de l’agriculture approuve le programme pluriannuel après avis du conseil scientifique et technique de l’ACTA. Il fixe chaque année le montant maximum des subventions accordées pour leur financement et précise chaque année les attentes du ministère dans le cadre de ces programmes. Il en organise l’évaluation à mi-parcours ;


  • Les actions thématiques transversales constituent une modalité, introduite dans l'actuel PNDAR. Elles représentent 8% des dépenses, et visent à mieux coordonner et mutualiser les travaux sur certaines thématiques prioritaires d’intérêt commun au réseau des ITA, qui étaient initialement traitées dans le cadre des programmes pluriannuels et annuels des ITA ou dans les appels à projets ;


  • Les appels à projets sont publiés annuellement et portent sur des thématiques de recherche définies par le ministre chargé de l’Agriculture, en tenant compte des besoins des filières professionnelles et des attentes de la société. Ils représentent 29 % des dépenses. Ils s’inscrivent dans le cadre de l’action 3.2 - Soutien aux projets d’innovations collaboratives et territoriales du volet agricole du grand plan d’investissement visant à accompagner le développement des filières de produits agricoles, agroalimentaires, de l’aquaculture et de la pêche et accélérer la transformation de ces secteurs. Ces appels à projets sont largement ouverts. Peuvent notamment y répondre les organismes de recherche, les instituts techniques, les établissements d’enseignement agricole, les chambres d’agriculture, les bureaux d’études, etc. Les opérations financées sont choisies après évaluation par un jury spécifique ou un conseil scientifique ;


  • Enfin, 3% des dépenses du programme 776 soutiennent des « actions d’accompagnement » des programmes pluriannuels portant sur la mise en œuvre des chantiers nationaux du PNDAR, des problématiques d'actualité ou des situations d'urgence.


Les projets et programmes soutenus par le programme 776 contribuent ainsi à développer des outils et méthodes permettant aux agriculteurs de s’adapter aux changements économiques et climatiques, de valoriser et développer de nouveaux produits ou de nouvelles formes d’activités. Ils concourent alors à la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires et des antibiotiques, au développement de l’agriculture biologique, de l’autonomie protéique, de l’agroforesterie ou encore du bien-être animal. A titre d’illustration, le projet « Carbon Dairy » a développé, grâce à des financements du programme 776, un outil permettant de mesurer l’impact d’une ferme laitière sur l’environnement (émission de gaz à effet de serre, pertes d’azote vers l’eau, etc.). Près de 10 000 exploitations ont déjà été diagnostiquées dans ce cadre, avec un objectif de 30 000 exploitations d’ici 2023. Si, comme l'envisage le projet, ces 30 000 exploitations réduisent leur empreinte carbone de 20%, l’économie globale sera de 1 million de tonnes équivalent CO2.


En 2021, un accent particulier a été mis sur le financement d’actions visant à accompagner ou anticiper la suppression de produits phytosanitaires, comme le glyphosate, enjeu particulièrement prégnant pour les années à venir. C’est également en 2021 qu’a été finalisée la construction du portefeuille de projets visant à proposer des alternatives aux néonicotinoïdes pour la filière betterave (7 M€ au total, dont 2 M€ P776). A travers la mise en place d'un appel à projets annuel dédié lors de cette programmation, les établissements de l'enseignement technique agricole ont été soutenus dans leurs transitions agroécologiques. Ainsi, 35% des établissements sont certifiées "haute valeur environnementale" (HVE) et 28% des surfaces de l’enseignement agricole sont en agriculture biologique. Ils ont réduit l’utilisation des intrants chimiques de synthèse et 80% d'entre eux n’ont pas utilisé de glyphosate en 2021.


Par ailleurs, à travers un soutien à l'animation de la cellule "Recherche Innovation Transfert", deux centres de ressources ont été créé (Alternatives aux herbicides et au cuivre) et mis en ligne sur EcophytoPIC lors de cette programmation. Ils mettent à disposition des agriculteurs et de leurs conseillers les différentes connaissances à jour produites grâce aux financement public, de manière agrégée et hiérarchisés.


Enfin, à travers une action d'accompagnement soutenue par le CASDAR, l'ACTA a créé et mis en ligne une base de données gratuite "RD-AGRI", qui recense les résultats de recherche et d'innovation produits par les projets et programmes soutenus par le CASDAR de manière exhaustive. L'ensemble des bénéficiaires de la recherche et du développement agricole alimentent la base de données au fil des résultats obtenus, qui bénéficient ensuite à l'ensemble des acteurs de l'innovation jusqu'aux agriculteurs.


En 2021, le réseau des instituts techniques agricoles de l’ACTA s’est fortement mobilisé dans le cadre des appels à projets « Horizon Europe 2021 » grâce au soutien du programme 776. Les résultats obtenus, avec un taux de succès de près de 60% et plus 8 M€ mobilisés en 2021, sont très supérieurs aux cibles fixées et démontrent la capacité à développer des partenariats multi-acteurs au niveau européen. Ils sont le reflet de la qualité des travaux menés par les instituts techniques et constituent une reconnaissance de leur expertise (voir indicateur 1.1).


La diffusion des travaux et de leurs résultats auprès des agriculteurs, des conseillers agricoles et autres techniciens constitue un enjeu majeur pour rendre concrètes les innovations financées avec l’appui du programme 776. Le réseau a démontré son agilité durant la crise sanitaire en complétant la diffusion papier des publications par des articles dans les médias numériques et l’organisation de formations et journées techniques en visioconférence particulièrement suivies (voir indicateurs 1.2 et 1.3).




Récapitulation des objectifs et des indicateurs de performance

Objectif 1 : Renforcer le continuum entre recherche et innovation agricole pour accélérer l'émergence et l'appropriation d'innovations répondant aux enjeux d'une quadruple performance sociale, économique, sanitaire et environnementale

Indicateur 1.1 : Capacité des instituts techniques agricoles à développer des partenariats multi-acteurs au niveau européen

Indicateur 1.2 : Capacité des ITA à diffuser leurs résultats auprès de différents publics (professionnel, grand public, français et international) via les médias traditionnels et numériques

Indicateur 1.3 : Audience des actions de diffusion et formation organisées par le réseau des instituts techniques agricoles