$@FwLOVariable(annee#2023)

 

Bilan stratégique du rapport annuel de performances

Frédéric MONDOLONI

Directeur général des affaires politiques et de sécurité

Responsable du programme n° 105 : Action de la France en Europe et dans le monde

 

 
 

En 2023, doté à hauteur de 2,084 Mds€, dont 774,7 M€ consacrés à la rémunération, le programme 105 a réuni 64 % des crédits et 66 % des emplois de la mission AEE, soit une part majeure des moyens dévolus au MEAE pour conduire l’action extérieure de la France.

 

Sous l’autorité du directeur général des affaires politiques et de sécurité, ces moyens ont été mis au service des trois objectifs assignés au programme : « renforcer la sécurité internationale et la sécurité des Français », « promouvoir le multilatéralisme et construire l’Europe » et « assurer un service diplomatique efficient et de qualité ».

Dans un contexte international de multiplication des crises, marqué notamment par la poursuite de la guerre en Ukraine et les crises au Sahel et au Moyen-Orient, les moyens du programme 105 ont été mobilisés pour mettre en œuvre l’engagement de la France en faveur du maintien de la paix et de la sécurité internationales, du multilatéralisme et du renforcement de l’Europe.

 

I - Renforcer la sécurité internationale et la sécurité des Français

 

La guerre d’agression russe contre l’Ukraine a continué de mobiliser le ministère. Inscrite dans la durée, elle constitue une rupture stratégique fondamentale pour la France et pour tout le continent européen et affecte de nombreux secteurs d’activité.

 

Ainsi, le soutien résolu de la France à l’Ukraine a été réaffirmé au travers des canaux multilatéraux, notamment la Facilité européenne de paix, l’OTAN, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), mais aussi par la coopération bilatérale en matière de sécurité et de défense.

 

En parallèle, la France a continué d’œuvrer activement à la recherche de solutions politiques à plusieurs crises graves et au renforcement de partenariats et de dialogues multilatéraux contribuant à la stabilité et à la sécurité internationales. Ces actions, qui sont détaillées dans le présent rapport, concernent les conséquences régionales du conflit israélo-palestinien, les multiples crises sur le dossier iranien, ainsi que la dégradation politique, sécuritaire et humanitaire au Sahel, au Soudan ou en Haïti.

 

Le ministère a renforcé les moyens de la direction de la communication et de la presse et mis en œuvre une stratégie de communication publique pour lutter contre la désinformation et le développement du discours antifrançais, notamment sur les réseaux sociaux et en particulier en Afrique.

 

Le MEAE a maintenu son fort engagement dans les questions stratégiques et de sécurité, notamment à travers notre positionnement au sein de l’Alliance atlantique, notre participation à l’Europe de la défense, l’accompagnement politico-diplomatique de nos opérations militaires extérieures, la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive, la maîtrise des armements, la sécurité des activités dans l’espace, la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, ainsi que la lutte contre les drogues et les conduites addictives. La direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) a poursuivi le renforcement de son réseau d’écoles nationales à vocation régionale (ENVR) et la diversification de ses partenariats et de ses actions de coopération.

 

Enfin, des efforts importants ont été déployés pour les opérations d’évacuation qui ont permis le rapatriement de nos ressortissants au Soudan, au Burkina Faso, au Niger, en Israël et à Gaza.

 

II - Promouvoir le multilatéralisme et construire l’Europe

 

Le contexte d’instabilité géopolitique a nécessité des efforts supplémentaires pour que la France assure son rôle de puissance d’équilibre en continuant de défendre un multilatéralisme efficace face aux défis globaux.

 

Dans un contexte marqué par la baisse, dans la période précédente, de notre rang parmi les contributeurs au titre des contributions obligatoires, l’effort impulsé en 2020 d’augmentation du volume des contributions internationales volontaires financées sur le P105 a été poursuivi et a permis de conforter l’influence de la France au sein du système multilatéral. Le programme 105 a ainsi contribué en 2023 au financement et aux projets de 95 organisations internationales et européennes, opérations de maintien de la paix et autres instruments internationaux.

 

Ces contributions dites volontaires, mais qui sont parfois très contraintes, traduisent la volonté française de continuer, face à des partenaires offensifs, d’être un acteur de premier plan d’un système multilatéral efficient, engagé en faveur de la préservation de la stabilité et de la coopération internationales et participant activement au traitement des questions globales (sécurité, environnement, commerce, énergie, climat…). En 2023, cet effort a notamment porté sur notre contribution à l’OTAN, au Conseil de l’Europe, à la mission multilatérale de soutien sécuritaire en Haïti (MMAS) et au Bureau de l’OMS en Territoires palestiniens occupés.

 

Elles ont également permis le positionnement de nos candidats et de nos orientations stratégiques au centre des actions de l’ONU et d’autres institutions clefs, ainsi que la montée en puissance du dispositif des Jeunes Experts Associés (JEA), pour accroître la présence française dans les organisations internationales.

 

III - Assurer un service diplomatique efficient et de qualité

 

L’année 2023 a été marquée par le début de la mise en œuvre de l’Agenda de la transformation, adoptés à la suite des états généraux de la diplomatie et du discours du président de la République lors de sa visite au Quai d’Orsay le 16 mars 2023.

 

En 2023, le MEAE a ainsi accéléré la déclinaison sur le terrain de sa stratégie pluriannuelle de transformation numérique, engagée depuis 2020, qui vise à mettre le numérique au service des missions régaliennes du ministère, des usagers via le développement des démarches en ligne, ainsi que des agents du ministère (outils de mobilité, applications métiers internes). En outre, un effort particulier est porté vers le renforcement de sécurité des systèmes informatiques dans un contexte de recrudescence des cyberattaques contre le ministère.

 

Le MEAE conduit une politique immobilière dynamique dans 170 pays, regroupant plus de 2 000 bâtiments, reposant sur les orientations fixées par la Ministre et avec pour objectif d’offrir un environnement de travail adapté aux agents et aux missions d’accueil des communautés françaises partout dans le monde. Dix-huit chantiers ont été livrés en 2023, malgré les contraintes sanitaires et sécuritaires, parmi lesquels la construction de l’ambassade à Séoul et la relocalisation de l’ambassade à Libreville. Cette politique immobilière s’est articulée avec la poursuite de la mise en œuvre du plan de sécurisation des emprises diplomatiques, dans un contexte de dégradation sécuritaire.

 

2023 a été l’année du retour complet à la normale, s’agissant de l’activité des postes diplomatiques et consulaires. Les ambassades et les consulats ont également connu une année caractérisée par la poursuite ou le surgissement de conflits, tensions ou crises, avec des répercussions sur le plan budgétaire : outre la guerre en Ukraine, les crises au Mali et au Soudan survenues en 2022 et dont les effets se sont poursuivis, notre réseau a connu des crises au Niger, au Burkina Faso ainsi qu’en Israël et dans les Territoires palestiniens.

 

S’agissant des déplacements, et après une année 2022 marquée par une hausse de la consommation consécutive à la réouverture des frontières, le rythme a suivi celui des tensions ou crises, avec des répercussions immédiates sur les missions des services et dans les postes diplomatiques et consulaires, parfois nécessairement organisées en urgence. Le ministère prend cependant soin de ne programmer, pour la maîtrise des dépenses mais aussi par souci de sobriété énergétique, que les missions strictement nécessaires.

 

Les défis qu’ont constituées en 2023 la guerre en Ukraine, l’inflation mondiale et de multiples crises aux conséquences régionales et internationales ont impacté l’exécution du programme 105. Le renforcement en 2023 des moyens du programme est venu en soutien d’une diplomatie influente, efficace et réactive.


Récapitulation des objectifs et des indicateurs de performance

Objectif 1 : Renforcer la sécurité internationale et la sécurité des Français

Indicateur 1.1 : Accroître la sécurité de la France au travers de celle de nos partenaires

Indicateur 1.2 : Veiller à la sécurité des Français à l'étranger

Objectif 2 : Promouvoir le multilatéralisme et agir pour une Europe souveraine, unie, démocratique

Indicateur 2.1 : Optimiser l'effort français en faveur du maintien de la paix

Indicateur 2.2 : Dossiers préparés dans le cadre des échéances européennes et des échanges bilatéraux

Indicateur 2.3 : Promouvoir les objectifs environnementaux à l'international

Objectif 3 : Assurer un service diplomatique efficient et de qualité

Indicateur 3.1 : Efficience de la gestion immobilière

Indicateur 3.2 : Respect des coûts et délais des grands projets d'investissement

Indicateur 3.3 : Efficience de la fonction achat