$@FwLOVariable(annee#2023)

 

Justification au premier euro

Éléments transversaux au programme

Éléments de synthèse du programme

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Numéro et intitulé de l'action
ou de la sous-action

Prévision LFI 
Consommation 

Titre 2 *
Dépenses
de personnel

Autres titres *

Total
y.c. FdC et AdP

Titre 2 *
Dépenses
de personnel

Autres titres *

Total
y.c. FdC et AdP

21 – Adaptation des filières à l'évolution des marchés

 
 

243 640 887
248 125 890

243 640 887
248 125 890

 
 

244 057 420
261 241 135

244 057 420
261 241 135

22 – Gestion des crises et des aléas de la production agricole

 
 

264 310 502
896 797 389

264 310 502
896 797 389

 
 

262 409 628
908 520 337

262 409 628
908 520 337

23 – Appui au renouvellement et à la modernisation des exploitations agricoles

 
 

113 364 993
154 949 168

113 364 993
154 949 168

 
 

172 736 993
290 973 566

172 736 993
290 973 566

24 – Gestion équilibrée et durable des territoires

 
 

608 271 550
591 778 115

608 271 550
591 778 115

 
 

534 898 150
468 937 043

534 898 150
468 937 043

25 – Protection sociale

 
 

134 417 110
159 169 878

134 417 110
159 169 878

 
 

134 417 110
159 170 585

134 417 110
159 170 585

26 – Gestion durable de la forêt et développement de la filière bois

 
 

288 621 081
274 124 865

288 621 081
274 124 865

 
 

296 419 778
277 671 380

296 419 778
277 671 380

27 – Moyens de mise en oeuvre des politiques publiques et gestion des interventions

 
 

455 768 976
541 039 714

455 768 976
541 039 714

 
 

455 768 976
541 415 318

455 768 976
541 415 318

Total des crédits prévus en LFI *

0

2 108 395 099

2 108 395 099

0

2 100 708 055

2 100 708 055

Ouvertures / annulations y.c. FdC et AdP

 

+874 826 241

+874 826 241

 

+932 889 378

+932 889 378

Total des crédits ouverts

0

2 983 221 340

2 983 221 340

0

3 033 597 433

3 033 597 433

Total des crédits consommés

0

2 865 985 021

2 865 985 021

0

2 907 929 364

2 907 929 364

Crédits ouverts - crédits consommés

 

+117 236 319

+117 236 319

 

+125 668 070

+125 668 070


* hors FdC et AdP pour les montants de la LFI

 

 

   Passage du PLF à la LFI

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

 

Titre 2
 

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

PLF

0

2 093 395 099

2 093 395 099

0

2 085 708 055

2 085 708 055

Amendements

0

+15 000 000

+15 000 000

0

+15 000 000

+15 000 000

LFI

0

2 108 395 099

2 108 395 099

0

2 100 708 055

2 100 708 055

 

Lors de l’examen parlementaire, deux amendements ont augmenté de 15 M€ le PLF 2023. D’une part, le fonds avenir bio a bénéficié de 5 M€ d’euros supplémentaires pour atteindre 13 M€ en LFI 2023 et, d’autre part, l’ONF a reçu 10 M€ supplémentaires pour sa mission d’intérêt général de défense des forêts contre les incendies.

 

   Réserve de précaution et fongibilité

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

 

Titre 2
 

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Mise en réserve initiale

0

78 526 034

78 526 034

0

79 943 628

79 943 628

Surgels

0

15 705 207

15 705 207

0

15 988 726

15 988 726

Dégels

0

0

0

0

0

0

Réserve disponible avant mise en place du schéma de fin de gestion (LFR de fin d'année)

0

94 231 241

94 231 241

0

95 932 354

95 932 354

 

 

 

Dépenses pluriannuelles

Suivi des crédits de paiement associés à la consommation
des autorisations d'engagement (hors titre 2)

 

AE 2023

 

CP 2023

 

 

 

AE ouvertes en 2023 *
(E1)

2 983 221 340

 

CP ouverts en 2023 *
(P1)

3 033 597 433

 

 

 

AE engagées en 2023
(E2)

2 865 985 021

 

CP consommés en 2023
(P2)

2 907 929 364

 

 

AE affectées
non engagées
au 31/12/2023
(E3)

0

 

dont CP consommés en
2023 sur engagements
antérieurs à 2023

(P3 = P2 – P4)

879 384

 

 

AE non affectées
non engagées
au 31/12/2023
(E4 = E1 – E2 – E3)

117 236 319

 

dont CP consommés
en 2023 sur
engagements 2023

(P4)

2 907 049 980

 

Restes à payer

Engagements ≤ 2022 non
couverts par des paiements
au 31/12/2022 brut
(R1)

1 054 524 683

 

Travaux de fin de gestion
postérieurs au RAP 2022
(R2)

-40 861 331

 

Engagements ≤ 2022 non
couverts par des paiements
au 31/12/2022 net

(R3 = R1 + R2)

1 013 663 352



CP consommés en 2023
sur engagements
antérieurs à 2023
(P3 = P2 – P4)

879 384



=

Engagements ≤ 2022 non
couverts par des paiements
au 31/12/2023
(R4 = R3 – P3)

1 012 783 968

 

 

AE engagées en 2023


(E2)

2 865 985 021



CP consommés en 2023
sur engagements 2023

(P4)

2 907 049 980



=

Engagements 2023 non
couverts par des paiements
au 31/12/2023
(R5 = E2 – P4)

-41 064 959

 

 

Engagements non couverts
par des paiements
au 31/12/2023

(R6 = R4 + R5)

971 719 009

 

 

Estimation des CP 2024
sur engagements non
couverts au 31/12/2023
(P5)

846 050 939


 
 
NB : les montants ci-dessus correspondent uniquement aux crédits hors titre 2
 
 

* LFI 2023 + reports 2022 + mouvements réglementaires + FdC + AdP + fongibilité asymétrique + LFR

Estimation du montant
maximal des CP
nécessaires après 2024
pour couvrir les
engagements non
couverts au 31/12/2023
(P6 = R6 – P5)

125 668 070

 

Les crédits de paiements (CP) consommés en 2023 ont été destinés, pour un peu moins de 900 000 €, à la couverture d’autorisation d’engagement (AE) antérieures à 2023.


Parmi les engagements de 2023 payés lors de cette année, les montant les plus importants concernent les dispositifs suivants :

  • Les aides de crises économiques et sanitaires : 891 M€ ;

  • L’indemnité compensatoire de handicap naturel : 361 M€ ;

  • Les mesures agroenvironnementales et climatiques : 188 M€ ;

  • La compensation des exonérations des charges sociales (TODE) : 159 M€ ;

  • Les aides pour la filière sucre des départements d’Outre-Mer : 155 M€.


Plusieurs dispositifs mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire sont pluriannuels et génèrent des besoins en CP sur une période allant de 2 à 5 ans. Le solde des engagements non-couverts par des paiements au 31 décembre 2023 s’élève au total à un peu moins de 1 Mds € (971 719 009 €). Il convient de noter que ce solde des engagements non couverts par des paiements au 31 décembre 2023, est inférieur à celui de 2022 (1 054 524 683 €).


 

Justification par action

ACTION

21 – Adaptation des filières à l'évolution des marchés

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

21 – Adaptation des filières à l'évolution des marchés

 
 

243 640 887
248 125 890

243 640 887
248 125 890

 
 

244 057 420
261 241 135

244 057 420
261 241 135

 

Les montants programmés en LFI 2023, 243 640 887 € en AE et 244 057 420 € en CP, font état d’une surconsommation de 4 485 003 € en AE et 17 183 715 € en CP, pour s’établir à 248 125 890 € en AE et 261 241 135 € en CP.

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

3 780 000

709 889

3 800 000

786 103

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

70 000

709 889

70 000

786 103

Subventions pour charges de service public

3 710 000

 

3 730 000

 

Titre 6 : Dépenses d’intervention

239 860 887

247 416 001

240 257 420

260 455 032

Transferts aux entreprises

237 060 887

241 690 166

237 457 420

253 636 891

Transferts aux collectivités territoriales

 

3 956 726

 

4 403 025

Transferts aux autres collectivités

2 800 000

1 769 109

2 800 000

2 415 117

Total

243 640 887

248 125 890

244 057 420

261 241 135

 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT COURANT : AE= 709 889 CP= 786 103

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT AUTRE QUE PERSONNEL : AE = 709 889 CP= 786 103

 

Emploi et innovation dans les entreprises agro-alimentaires : AE= 32 907 € CP= 49 719, 67 €

Ce montant correspond au financement du pack d’abonnement annuel DIANE pour les agents de la DGPE. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision financière reprenant les comptes sociaux et les informations générales des entreprises françaises.

 

Actions internationales : AE= 664 956,09 € CP= 724 513,44 €

Ces crédits financent l’organisation de manifestations à caractère international et les prestations nécessaires à l’accueil de délégations étrangères.

 

FranceAgriMer (FAM) – Interventions : AE= 304,5 € CP= 410,25 €

Il s’agit d’une erreur d’imputation.

 

Interventions en faveur des filières ultramarines : AE = 11 721,01 € CP= 11 459,55 €

Il s’agit d’une erreur d’imputation. Ces crédits ont été exécutés par les directions de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DAAF) pour le financement de plusieurs conventions financières relatives à l’appui à la structuration de l’agriculture dans les pays et territoire d’Outre-Mer.

DÉPENSES D’INTERVENTION : AE = 247 416 001 € CP= 260 455 032 €

TRANSFERTS AUX ENTREPRISES : AE= 241 690 166 € CP=253 636 891 €

Emploi et innovation dans les entreprises agro-alimentaires : AE= 2 154 319 € CP= 353 000 €

Cette sous-action comprend le financement du dispositif national d’aide à l’investissement immatériel (DiNAII) dont l’objectif est de renforcer la compétitivité des petites et moyennes entreprises (PME) du secteur agro-alimentaire afin d’optimiser leur performance. Le DiNAII accompagne les PME agroalimentaires dans leur stratégie pour agir sur les facteurs clés de leur compétitivité hors coût, facilitant leur adaptation aux évolutions du marché, en finançant des actions collectives.

Cette ligne finance également le partenariat avec BPI France pour un montant de 0,5 M€. Il vise à soutenir les premières étapes des projets de recherche et de développement (R&D) et d’innovation des PME agroalimentaires.

Ce montant comprend également les versements correspondant à la convention de l’Opérateur de Compétences pour la Coopération agricole, l’Agriculture, la Pêche, l’Industrie Agroalimentaire et les Territoires (OCAPIAT). Elle a pour objectif d’accompagner les entreprises des filières agricoles et agroalimentaires dans le développement de la gestion prévisionnelle des emplois, la sécurisation des parcours professionnels et l’amélioration de leur attractivité. Pour le reste, ce montant correspond aux paiements effectués en services déconcentrés en faveur du réseau régional des industries agroalimentaires et des pôles de compétitivité (FRAII).

 

Aide à la filière sucrière des départements d’Outre-mer : AE= 151 300 754,20 € CP= 151 387 935,95 €

Les montants exécutés recouvrent notamment :

  • 56 M€ au titre de l’aide aux producteurs de canne à sucre visant à compenser les handicaps de production dans les départements d’outremer ;

  • 10 M€ au titre de l’aide forfaitaire d’adaptation de l’industrie sucrière ;

  • 20,4 M€ au titre de l’aide au soutien logistique aux industries sucrières exportant du sucre vers les ports de l’Union européenne ;

  • 38 M€ pour financer l’aide en faveur des industries sucrières de La Réunion, de La Guadeloupe et de la Martinique mise en place dans le cadre de la fin des quotas sucriers ;

  • L’aide visant à la compensation des surcoûts de production de canne à sucre (19 M€), payée à partir de 2023 pour compenser une partie des surcoûts de fonctionnement auxquels font face les planteurs de canne dont la production est destinée aux sucreries des régions ultrapériphériques, par rapport aux producteurs de betteraves en France métropolitaine.

 

Actions internationales : AE= 8 007 681 € CP= 7 940 731 €

Il s’agit de conventions passées avec des organismes nationaux dont l’objet est la réalisation d’actions de promotion collectives et d’appui à l’exportation afin de permettre aux entreprises françaises d’augmenter leurs parts de marché à l’export et de faire face à la compétitivité mondiale.

 

Fonds avenir bio : AE= 13 000 000 € CP= 13 000 000 €

Ce fonds a pour objectif de déclencher et soutenir des projets de développement des filières biologiques françaises. Il finance des projets collectifs impliquant différents maillons de la filière (de l’amont à la distribution), et ayant des objectifs de développement des surfaces et de la production de l’agriculture biologique.

 

FAM – interventions : AE= 10 801 594,11 € CP= 23 550 514,80 €

Ces crédits servent à financer l’ensemble des dispositifs visant à l’amélioration de l’organisation économique des filières, mais également les dispositifs d’aide à l’amélioration de la connaissance des marchés et ceux de soutiens aux filières en difficulté.

 

Interventions en faveur des filières ultramarines : AE= 56 425 817,64 € CP= 57 404 708,87 €

Ces interventions se décomposent de la façon suivante :

  • Une enveloppe relevant du Conseil Interministériel de l’Outre-mer (CIOM) pour le développement des productions apicoles endogènes et l’organisation des filières en complément du POSEI, d’un montant de 45 M€ (répartis entre l’Office de développement de l’économie agricole d’Outre-mer [ODEADOM], l’ASP et la DAAF Mayotte) ;

  • Un cofinancement FEADER Mayotte de 0,9 M€ via l’ODEADOM ;

  • Un Plan Urgence Guyane et Pays et Territoires d’Outre -mer (PTOM) de 2,45 M€ pour le soutien au développement des filières agricole et forestière. Les crédits sont mis à disposition des représentations du ministère ou de l’État dans les territoires, sauf pour Saint-Pierre-et-Miquelon (délégation des crédits à l’ODEADOM).

 

TRANSFERTS AUX COLLECTIVITÉS : AE= 3 956 726 € CP= 4 403 025 €

 

Aide à la filière sucrière des départements d’Outre-mer : AE= 3 472 000 € CP= 3 472 000 €

Dans le cadre de l’aide aux planteurs, la convention prévoit le versement du reliquat de l’aide accordée à La Réunion.

Le montant, plafonné à 10 % du montant total de l’aide, est versé au Centre Technique Interprofessionnel de la Canne à Sucre (CTICS) via la DAAF Réunion.

 

FAM – interventions : AE= 0 CP= 726 106,78 €

Il s’agit de crédits versés au titre d’AE engagés antérieurement.

 

Interventions en faveur des filières ultramarines : AE= 484 726 € CP= 204 917,80 €

Ces crédits, relevant du Comité Interministériel de l’Outre-Mer, servent à financer une aide au développement et au maintien du cheptel allaitant (ADMCA) et une aide de minimis pour les éleveurs bovins de Mayotte.

TRANSFERTS AUX AUTRES COLLECTIVITÉS : AE=1 769 109 € CP=2 415 117 €

 

Emploi et innovation dans les entreprises agro-alimentaires : AE= ‑17 008 € CP= 589 000 €

Le détail de cette sous-action est mentionné dans la partie « transfert aux entreprises ».

 

Actions internationales : AE= 1 786 117,26 € CP= 1 786 117,26 €

Ces crédits financent quatre types de mesures : promotion, stratégie d’influence, actions multi-volontaires comme l’accompagnement des entreprises françaises agricoles et agroalimentaires à l’export (financement d’études d’export ou contribution aux entreprises pour participer à des salons) ainsi que des cotisations obligatoires.

 

FAM – interventions : AE= 0 CP= 40 000 €

 

ACTION

22 – Gestion des crises et des aléas de la production agricole

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

22 – Gestion des crises et des aléas de la production agricole

 
 

264 310 502
896 797 389

264 310 502
896 797 389

 
 

262 409 628
908 520 337

262 409 628
908 520 337

 

Les montants programmés en LFI 2023, 264 310 502 € en AE et 262 409 628 € en CP, font état d’une sur-exécution de 632 486 887 € en AE et de 646 110 709 € en CP.

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

 

3 453 239

 

3 454 181

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

3 453 239

 

3 454 181

Titre 6 : Dépenses d’intervention

264 310 502

783 344 151

262 409 628

795 066 156

Transferts aux ménages

 

1 001 554

 

1 001 554

Transferts aux entreprises

264 310 502

779 317 596

262 409 628

791 034 602

Transferts aux autres collectivités

 

3 025 000

 

3 030 000

Titre 7 : Dépenses d’opérations financières

 

110 000 000

 

110 000 000

Prêts et avances

 

110 000 000

 

110 000 000

Total

264 310 502

896 797 389

262 409 628

908 520 337

 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT : AE= 3 453 239 € CP= 3 454 181 €

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT AUTRES QUE CELLES DE PERSONNEL : AE= 3 453 239 € CP= 3 454 181 €

Crises économiques et sanitaires : AE= 3 453 238,52 € CP= 3 454 180,93 €

DÉPENSES D’OPÉRATIONS FINANCIÈRES : AE= 110 000 000 € CP= 110 000 000 €

FNGRA : AE= 110 000 000 € CP= 110 000 000 €

L’année 2023 a été marquée par la première année de mise en œuvre de la réforme de l’assurance récolte. Le fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) finance la partie État de l’assurance récolte. Dans ce cadre, un versement de 110 M€ a été réalisé au FNGRA afin de sécuriser les paiements sur les premiers mois de 2024. Fin 2023, le FNGRA dispose ainsi d’une trésorerie de 335 M€.

DÉPENSES D’INTERVENTION : AE= 783 344 151 € CP= 795 066 156 €

TRANSFERTS AUX ENTREPRISES AE= 779 317 596 € CP= 791 034 602 €

Fonds d’allègement des charges (FAC)  : AE= ‑104 180 938,43 € CP= ‑92 278 690,44 €

Cette sous-action permet la prise en charge d’une fraction des intérêts des annuités en cours des prêts professionnels, de tout ou partie de la commission de la garantie liée à la mise en place d’un prêt de restructuration et d’une partie du coût de la restructuration de l’endettement pouvant aller jusqu’à une année blanche. Ces crédits correspondent aux mesures spécifiques d’allègement des charges financières des agriculteurs Corse.

Un rétablissement de crédit a été effectué sur cette ligne pour un montant de ‑92 291 742 €.

Une partie des dépenses de crise avait été imputée sur cette ligne au cours des précédents exercices. Le niveau de consommation négatif s’explique par des rétablissements de crédits en provenance de FranceAgriMer qui était chargé de la mise en œuvre de ces dispositifs de crise.

Un retrait d’engagement juridique a été effectué sur cette ligne pour un montant de 11 902 248 €.

La consommation réelle est donc de 13 051,57 € en AE et CP.

 

Crises économiques et sanitaires : AE= 883 202 418,26 € CP= 883 567 096,39 €

Cette sous-action a connu une sur-exécution en 2023 en raison de l’impact des différentes crises (grippe aviaire, gel, crise viticole, crise de l’agriculture biologique). L’ensemble des dispositifs de crise, financés par des crédits dégelés et la loi de fin de gestion, ont été imputés sur cette ligne afin d’en assurer un suivi optimal.

A noter que cette sous action a été abondée en fin de gestion par la loi de finances de fin de gestion 2023-1114 du 30 novembre 2023 à hauteur de 642 177 375 € en AE et 574 535 660 € en CP.

 

Aide en faveur du redressement des exploitations en difficulté (AGRIDIFF) : AE= 296 116,64 € CP= ‑253 804,03 €

Cette sous-action a pour objectif de financer la réalisation d’un audit et de la mise en œuvre d’un plan de restructuration de l’exploitation agricole. Les bénéficiaires sont les exploitations en situation de difficultés structurelles sur le plan économique ou financier. Ces crédits sont délégués à l’Agence des services et des paiements (ASP).

Un rétablissement de crédits a été effectué sur cette ligne pour un montant de ‑253 804,03 €.

Un retrait d’engagement juridique a été effectué sur cette ligne pour un montant de 1 320 142,33 €.

La consommation réelle en AE est donc de 1 870 063 €.

TRANSFERT AUX MÉNAGES : AE= 1 001 554 € CP= 1 001 554 €

Crises économiques et sanitaires : AE= 1 001 554 € CP= 1 001 554 €

Le détail de cette sous-action est mentionné dans la partie « Transfert aux entreprises ».

TRANSFERT AUX AUTRES COLLECTIVITÉS : AE= 3 025 000 € CP= 3 030 000 €

Fonds d’allègement des charges (FAC) : AE= 0 CP= 5000 €

Le détail de cette sous-action est mentionné dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

Crises économiques et sanitaires : AE= 3 000 000 € CP= 3 000 000 €

Le détail de cette sous-action est mentionné dans la partie « Transfert aux entreprises ».

 

Aide en faveur du redressement des exploitations en difficulté (AGRIDIFF) : AE= 25 000 € CP= 25 000 €

Le détail de cette sous-action est mentionné dans la partie « Transfert aux entreprises ».

 

ACTION

23 – Appui au renouvellement et à la modernisation des exploitations agricoles

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

23 – Appui au renouvellement et à la modernisation des exploitations agricoles

 
 

113 364 993
154 949 168

113 364 993
154 949 168

 
 

172 736 993
290 973 566

172 736 993
290 973 566

 

Les montants programmés en LFI 2023, 113 364 993 € en AE et 172 736 993 € en CP, font état d’une surconsommation de 41 584 175 € en AE et 118 236 573 € en CP. La surconsommation des AE provient de l’augmentation des autorisations d’engagement issues de la Dotation pour les jeunes agriculteurs ainsi de la mise en œuvre du plan de relance, pour s’établir à 154 949 168 € en AE et 290 973 566 € en CP.


 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

 

700 000

 

700 000

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

700 000

 

700 000

Titre 6 : Dépenses d’intervention

113 364 993

154 249 168

172 736 993

290 273 566

Transferts aux ménages

7 338 434

7 585 943

7 338 434

7 585 943

Transferts aux entreprises

6 026 559

46 626 174

65 398 559

182 667 403

Transferts aux collectivités territoriales

100 000 000

100 003 000

100 000 000

100 003 000

Transferts aux autres collectivités

 

34 051

 

17 220

Total

113 364 993

154 949 168

172 736 993

290 973 566

 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT COURANT : AE= 700 000 € CP= 700 000 €

 

Compétitivité et adaptation des exploitations : AE= 700 000 € CP= 700 000 €

Ces crédits financent les frais de gestion du Fonds Européen d’Investissement (FEI) dans le cadre de l’Initiative Nationale pour l’Agriculture française (INAF), développée en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

DÉPENSES D’INTERVENTIONS : AE= 154 249 168 € CP= 290 273 566 €

TRANSFERTS AUX MÉNAGES : AE= 7 585 943 € CP= 7 585 943 €

 

Indemnité viagère de départ et complément de retraite pour les chefs d’exploitation rapatriés :  7 585 943 €

Ces crédits financent l’indemnité viagère de départ (IVD) et le complément de retraite pour les chefs d’exploitation rapatriés. En effet, l’IVD finance une rente annuelle versée aux agriculteurs qui acceptaient d’abonner leurs terres à des exploitants plus jeunes et le complément de retraite des chefs d’exploitation rapatriés depuis le Maghreb dans les années 1960. Ces dispositifs ne comptent plus de nouveaux entrants depuis 1990.

TRANSFERTS AUX ENTREPRISES : AE= 46 626 174 € CP= 182 667 403 €

Aides à la cessation d’activités : AE= 332 789 € CP= 0 €

Cette sous-action finance un dispositif dont l’objectif est de faciliter le départ de l’exploitation et la reconversion professionnelle. Les bénéficiaires sont des exploitants agricoles contraints de cesser leur activité pour des motifs économiques. Ces crédits sont délégués à l’Agence des services et des paiements (ASP).

 

Stages à l’installation : AE= 2 524 894,26 € CP= 400 000 €

Ces crédits financent une partie de la mise en œuvre de la politique d’installation dans le cadre du programme pour l’accompagnement et la transmission en agriculture (AITA). Ce dispositif se matérialise par un soutien à des plans de professionnalisation personnalisés, à la réalisation de stage ainsi que par l’attribution d’une bourse d’application en exploitation. Le financement de ce programme est complété par le rendement de la taxe sur la cession à titre onéreux des terrains nus ou des droits relatifs à des terrains nus rendus constructibles du fait de leur classement.

 

Aides aux coopératives d’utilisation de matériel agricoles : AE= 1 489 928,30 € CP= 500 000 €

Cette sous-action finance une part de la mutualisation des coûts d’investissement et de fonctionnement des équipements entre plusieurs exploitations afin de faciliter l’acquisition de matériel plus performant. Ces crédits sont délégués à l’Agence des services et de paiement (ASP).

 

Dotation aux jeunes agriculteurs : AE= 1 679 064,26 € CP= 18 858 029 €

Cette sous-action finance une aide en capital pour faciliter le démarrage de l’exploitation. Depuis 2023, les régions sont devenues l’autorité de gestion de la mesure dans le cadre de la programmation PAC 2023-2027, hormis pour Mayotte, la Nouvelle Calédonie et Saint-Pierre et Miquelon, les CP restent nécessaires pour payer les DJA antérieures engagées par l’État.

 

Compétitivité et adaptation des exploitations : AE= 35 399 € CP= 33 446 991 €

Depuis le transfert aux régions du plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations (PCAE), la sous-action finance principalement les frais de gestion (700 k€) du fonds de garantie en faveur des exploitations agricoles dont la gestion est assurée par le fonds européen d’investissement. Les régions paient les dossiers antérieurs.

 

Plan de relance – autres aides à la modernisation : AE= 40 564 099,17 € CP= 129 462 382,68 €

Ces crédits financent les dispositifs de mise en œuvre dans la cadre du « pacte bio sécurité et bien-être en élevage » du volet agricole du plan de relance. Ils proviennent du programme 362. En 2023, le dispositif a réceptionné un transfert de 25 M€ en AE et en CP. La sous-action a également financé des guichets dédiés à l’achat d’équipements de protection contre les aléas climatiques pour 15 M€.

 

TRANSFERTS AUX COLLECTIVITÉS : AE= 100 003 000 € CP= 100 003 000 €

Stages à l’installation : AE= 3000 € CP= 3000 €

Le détail de cette sous-action a été mentionné dans la partie « Transfert aux entreprises ».

 

Transferts aux régions : AE= 100 000 000 € CP= 100 000 000 €

Ces crédits financent une dotation annuelle transférée aux conseils régionaux depuis 2023. Conformément à l’article 172 de la loi de finances 2023, ces crédits ont pour objectif d’accompagner les collectivités dans l’exercice de la compétence de gestion des aides non-surfaciques dans le cadre du Plan stratégique national (PSN) de la PAC.

TRANSFERTS AUX AUTRES COLLECTIVITÉS AE= 34 051 € CP= 17 220 €

Plan de relance – autres aides à la modernisation : AE= 34 051,48 € CP= 17 220,15 €

Le détail de cette sous-action a été mentionné dans la partie « Transfert aux entreprises ».

 

ACTION

24 – Gestion équilibrée et durable des territoires

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

24 – Gestion équilibrée et durable des territoires

 
 

608 271 550
591 778 115

608 271 550
591 778 115

 
 

534 898 150
468 937 043

534 898 150
468 937 043

 

Les montants programmés en LFI 2024, 608 271 550 € en AE et 534 898 150 € en CP, font état d’une sous-consommation de 16 493 435 € en AE et 65 961 107 € en CP, pour s’établir à 591 778 115 € en AE et 468 937 043 € en CP.

 

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

956 892

1 442 433

956 892

1 562 972

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

956 892

1 443 151

956 892

1 548 691

Subventions pour charges de service public

 

-718

 

14 282

Titre 5 : Dépenses d’investissement

798 331

 

798 331

 

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

798 331

 

798 331

 

Titre 6 : Dépenses d’intervention

606 516 327

590 335 682

533 142 927

467 374 070

Transferts aux entreprises

589 741 275

572 629 230

516 367 875

449 262 581

Transferts aux collectivités territoriales

 

1 496 586

 

1 319 713

Transferts aux autres collectivités

16 775 052

16 209 866

16 775 052

16 791 777

Total

608 271 550

591 778 115

534 898 150

468 937 043

 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT COURANT : AE = 1 442 433 € CP= 1 562 972 €

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT AUTRES QUE PERSONNEL : AE= 1 443 151 € CP= 1 548 691 €

Hydraulique agricole : AE= 274 410,70 € CP=237 869,33 €

L’exécution totale de cette sous-action est décrite dans la catégorie « Transfert aux entreprises ».

 

Animation et développement rural au niveau national : AE= 45 396 € CP= 74 373,12 €

Ces crédits permettent de financer la mise en œuvre du PSN par la mise en réseau des organisations et des administrations, des acteurs de l’innovation ainsi que d’autres acteurs dans le domaine de l’agriculture et du développement rural au niveau national.

 

Appui aux SAFER : AE= 249 532,89 € CP= 262 143,63 €

Ces crédits financent un soutien annuel de l’État aux SAFER exerçant sur des territoires exigus en comparaison avec celles des métropoles, dans les conditions définies par l’arrêté du 15 novembre 2019.

 

ICHN : AE= 560 304,78 € CP= 681 356,69 €

Cette dépense correspond au marché passé par le service du numérique du ministère (SG) qui vise à actualiser et développer l’outil qui permet le calcul du handicap pente-altitude.

 

Animation MAEC-BIO : AE= 10 000 € CP= 10 000 €

Cette ligne finance des mesures d’information, de communication, de sensibilisation et de formation des acteurs de la filière biologique. Pour les MAEC, elle finance la construction, l’animation et l’évaluation des projets agro-environnementaux. La majorité des crédits de cette sous-action relève de la catégorie « Transfert aux entreprises ».

 

Autres actions environnementales et pastoralisme : AE= 255 087,46 € CP= 222 211,86 €

Ces crédits correspondent aux dépenses d’urgence relatives à la protection contre la prédation du loup. Ces mesures sont mises en œuvre en services déconcentrés. La majorité des crédits de cette sous-action relève de la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

Expertise technique eau, sols, biodiversité et climat : AE= 46 329,56 € CP= 58 646,17 €

Ces crédits permettent de financer le système d’information sur les sols en France dans le cadre du Groupement d’Intérêt Scientifique sol (GIS), en appui à l’aide à la décision pour les politiques locales, nationales ou supranationales.

SUBVENTIONS POUR CHARGES DE SERVICE PUBLIC : AE= ‑718 € CP= 14 282 €

Expertise technique eau, sol, biodiversité et climat : AE= ‑718,43 € CP= 14 281,57 €

Il s’agit d’une erreur d’imputation.

DÉPENSES D’INTERVENTION : AE= 590 335 682 € CP= 467 374 070 €

TRANSFERT AUX ENTREPRISES : AE= 572 629 230 € CP= 449 262 581 €

Hydraulique agricole : AE= 1 288 458,90 € CP= 514 623,34 €

Cette sous-action finance les travaux d’entretien et de rénovation des ouvrages hydrauliques agricoles dont l’État est propriétaire. Les crédits sont engagés et payés par les services déconcentrés. Ces dépenses sont longues à mettre en œuvre et s’étalent sur plusieurs années.

 

Animation et développement rural au niveau national : AE= ‑1 508 313,31 € CP= 0 €

Les crédits de cette sous-action viennent en contrepartie des crédits du fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) alloués au programme spécifique du réseau rural national (PSRRN) co-piloté par le MASA, l’agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et les Régions. Les crédits financent des projets nationaux ou inter-régionaux répondant aux objectifs du PSRRN, validés par la Commission européenne et existants dans l’ancienne programmation PAC. Un retrait d’engagement juridique a été effectué sur cette ligne pour un montant de 1 668 313,31 €.

 

Actions nationales en faveur du cheval : AE= 3 431 582,01 € CP= 3 431 582 €

Ces crédits sont délégués à l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) pour financer les aides à la filière : appui technique aux éleveurs, subventions aux associations nationales de races, concours et manifestations et, de manière générale, l’amélioration génétique des équidés.

 

Appui aux SAFER : AE= 531 137 € CP= 859 713 €

Cette sous-action finance un dispositif de soutien aux sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER) en difficulté. Elle alimente également la contribution du ministère au fonctionnement de l’Agence de développement rural et d’aménagement foncier (ADRAF). L’objectif est d’aider l’agence dans sa mission consistant à participer, dans les zones rurales et suburbaines, à la mise en œuvre de la politique d’aménagement et de développement rural dans chaque province de Nouvelle-Calédonie.

 

ICHN : AE= 360 869 339,85 € CP= 361 253 981,21 €

Cette ligne finance le dispositif de compensation des pertes de revenus pour les exploitants situés dans les zones de montagne et dans les zones soumises à des contraintes naturelles ou spécifiques. Ces crédits ont permis le cofinancement de l’ICHN avec le FEADER. Le taux de cofinancement est de 35 % État et 65 % FEADER pour les régions de métropole. La campagne 2023 est la première de la nouvelle programmation 2023-2027. Pour cet exercice, l’application du critère d’agriculteur actif a induit une légère baisse du nombre de bénéficiaires de l’ICHN par rapport à 2022.

 

MAEC et agriculture biologique : AE= 187 846 989,01 € CP= 66 400 000 €

Cette sous-action finance un dispositif d’accompagnement des exploitants agricoles qui s’engagent dans le développement de pratiques combinant performance économique et performance environnementale ou dans le maintien de telles pratiques lorsqu’elles sont menacées de disparition. En 2023, les MAEC et les aides à l’agriculture biologique ont bénéficié d’une dotation de 181 M€ en AE et 105,7 M€ en CP, soit une augmentation de 36 M€ en AE et 15,4 M€ en CP. Cette hausse se justifie par l’objectif d’atteindre 18 % de surface bio en 2027, conformément aux orientations de la nouvelle programmation de la PAC. L’exercice 2023 constitue la première année de la nouvelle programmation PAC 2023-2027. Un haut niveau de contractualisation en MAEC est attendu. Concernant le secteur de l’agriculture biologique, le niveau est stable voire en légère baisse, en lien avec les difficultés économiques rencontrées par le secteur.

 

Animation MAEC-BIO : AE= 7 773 712,90 € CP= 6 367 599,56 €

Cette ligne finance des actions d’information, de communication, de sensibilisation et de formation des acteurs de la filière biologique. Concernant les MAEC, elle finance la construction, l’animation, le suivi et l’évaluation des projets agro-environnementaux et climatiques par les opérateurs. L’exercice 2023 est la première année de la nouvelle programmation PAC 2023-2027. Dans ce cadre, les conseils régionaux sont l’autorité de gestion des aides non-surfaciques, dont les aides à l’animation. Cette nouvelle répartition des responsabilités conduit à ce qu’il n’y ait plus de financement FEADER pour cette mesure. Cette action est financée à 100 % sur des crédits État.

 

Autres actions environnementales et pastoralisme : AE= 12 171 323,92 € CP= 10 222 581,52 €

Ces crédits ont permis de financer des actions de lutte contre la prédation du loup, des actions en faveur du pastoralisme, ainsi que l’animation en faveur du développement des mesures agro-environnementales et climatiques et de l’agriculture biologique. La consommation des crédits liée à la prédation est en constante augmentation du fait de l’expansion spatiale et démographique de la population lupine.

 

Expertise technique – eau et connaissance des sols : AE= 25 000 € CP= 12 500 €

Ces crédits financent l’engagement du ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire dans le Groupement d’Intérêt Scientifique Sol pour le déploiement des systèmes d’information sur les sols en France. Cet engagement s’inscrit dans la convention cadre 2019-2023 définissant le plan d’action du GIS Sol ainsi que l’engagement financier de ses membres. Cette sous-action finance également des études, expertises, et outils portant sur l’agroécologie, la gestion durable des territoires ou encore la préservation de la biodiversité. Ils permettent d’appuyer les réformes réglementaires et la mise en œuvre opérationnelle des politiques portées par le ministère.

TRANSFERTS AUX COLLECTIVITÉS : AE= 1 496 586 € CP= 1 319 713 €

Hydraulique agricole : AE= 276 385 € CP= 208 000 €

L’exécution totale de cette sous-action est décrite dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

Appui aux SAFER : AE= 91 692 € CP= 91 692 €

Ces crédits financent le soutien apporté à certaines catégories d’opérations réalisées par les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER). L’exécution globale de cette sous-action est détaillée dans la catégorie « Transferts aux entreprises ».

 

Animation MAEC-BIO : AE= 108 488 € CP= 0 €

Cette ligne finance des mesures d’information, de communication, de sensibilisation et de formation des acteurs de la filière biologique. Pour les MAEC, elle finance la construction, l’animation et l’évaluation des projets agro-environnementaux. La majorité des crédits de cette sous-action relève de la catégorie « Transfert aux entreprises ».

 

Autres actions environnementales et pastoralisme : AE= 1 020 021 € CP= 1 020 021 €

L’utilisation de ces crédits correspond à des dépenses d’urgence relatives à la lutte contre la prédation du loup. Ces mesures sont gérées par les services déconcentrés. L’objectif visé est d’apporter une aide aux éleveurs pour faire face, sans délai, aux situations de crise liées à des attaques d’ours et de loup, en priorité dans les territoires non-couverts par le dispositif « Prédation ». Ce dernier permet aux éleveurs de compenser les coûts de protection de leur troupeau vis-à-vis des espèces protégées de grands prédateurs (loup et ours).

TRANSFERT AUX AUTRES COLLECTIVITÉS : AE= 16 209 866 € CP= 16 791 777 €

Animation et développement rural : AE= 1 020 000 € CP= 876 000 €

Ces crédits sont délégués à l’Agence des services et de paiement (ASP). Ils permettent de financer le réseau rural dans le but de favoriser la mise en œuvre du Plan Stratégique National (PSN). Des crédits de cette sous-action relèvent de la catégorie « Transferts aux entreprises ».

 

Actions nationales en faveur du cheval : AE= ‑796 579,50 € CP= 0 €

L’exécution globale de cette ligne est détaillée dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

Un retrait d’engagement juridique a été effectué sur cette ligne pour un montant de 796 579,50 €.

 

Appui aux SAFER : AE= 92 647 € CP= 92 647 €

Ces crédits correspondent aux crédits d’appui à la SAFER Martinique. L’exécution globale de cette sous-action est détaillée dans la catégorie « Transferts aux entreprises ».

 

Animation MAEC-BIO : AE= 436 120,50 € CP= 0 €

Cette ligne finance des mesures d’information, de communication, de sensibilisation et de formation des acteurs de la filière biologique. Pour les MAEC, elle finance la construction, l’animation et l’évaluation des projets agro-environnementaux. La majorité des crédits de cette sous-action relève de la catégorie « Transfert aux entreprises ».

 

Autres actions environnementales et pastoralisme : AE= 73 122,70 € CP= 222 536,70 €

L’utilisation de ces crédits correspond à des dépenses d’urgence relatives à la lutte contre la prédation du loup gérées par les services déconcentrés.

 

Expertise technique eau, sols, biodiversité et climat : AE= 863 302,20 € CP= 1 081 739,90 €

Ces crédits ont permis de financer la réalisation d’études (expertises techniques) dans le domaine de la gestion quantitative et qualitative de l’eau (irrigation et pollutions diffuses), de la connaissance des sols, de la préservation de la biodiversité en lien avec les activités agricoles, de l’énergie, du changement climatique pour ses deux volets (adaptation et atténuation), de la qualité de l’air et de la bioéconomie.

Ces dépenses correspondent à des conventions passées avec les organismes prestataires de service dans ce domaine (INRAe), France Nature environnement, comité français d’étude et de développement de la fertilisation raisonnée (COMIFER), la coopération agricole (tête du réseau des coopératives agricoles), Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), etc.

 

Autres soutiens aux syndicats : AE= 14 518 853 € CP= 14 518 853 €

Ces crédits financent le fonctionnement des syndicats agricoles conformément aux dispositions du décret n° 2003-406 du 2 mai 2003.

 

Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles - FNSEA : 4 477 124 €

Jeunes Agriculteurs - JA : 4 408 207 €

Coordination rurale : 2 795 381 €

Confédération paysanne : 2 587 379 €

Mouvement de Défense des Exploitants Familiaux - MODEF : 250 762 €

 

 

ACTION

25 – Protection sociale

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

25 – Protection sociale

 
 

134 417 110
159 169 878

134 417 110
159 169 878

 
 

134 417 110
159 170 585

134 417 110
159 170 585

 

Cette action vise à soutenir les entreprises et exploitations agricoles par la mise en œuvre de mesures d’exonération de charges sociales, en particulier l’exonération des cotisations sociales pour l’emploi de salariés saisonniers.

L’action 25 finance aussi des actions relatives à la réglementation et la sécurité au travail.

Les montants programmés en LFI 2023, 134 417 110 € en AE=CP, font état d’une sur-exécution de 24 752 768 € en AE et 24 753 475 € en CP.


 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

 

45 864

 

46 571

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

45 864

 

46 571

Titre 6 : Dépenses d’intervention

134 417 110

159 124 013

134 417 110

159 124 013

Transferts aux entreprises

 

158 894 532

 

158 894 532

Transferts aux autres collectivités

134 417 110

229 481

134 417 110

229 481

Total

134 417 110

159 169 878

134 417 110

159 170 585

 

Exonérations et prises en charge de cotisations sociales :

Dépenses de fonctionnement AE = ‑2 030,18 € et CP = 0 €

Transferts aux entreprises AE = 158 783 432,36 € CP = 158 783 432,36 €


Le dispositif d’exonération de charges patronales pour l’embauche de travailleurs saisonniers (travailleurs occasionnels – Demandeurs d’emploi / TO-DE) :

Les crédits correspondent à la compensation, par l’État, des moindres recettes perçues par la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA) au titre du dispositif d’exonération de charges patronales pour l’embauche de travailleurs saisonniers (travailleurs occasionnels – Demandeurs d’emploi / TO-DE).

Ce dispositif prévoit que les employeurs relevant du régime agricole et employant des travailleurs occasionnels pour des tâches temporaires liées au cycle de la production animale et végétale, et aux activités de transformation, de conditionnement et de commercialisation de produits agricoles, lorsque ces activités, accomplies sous l’autorité d’un exploitant agricole, constituent le prolongement direct de l’acte de production, bénéficient d’une exonération dégressive de charges sociales patronales.

L’exonération est limitée à une durée maximum de 119 jours ouvrés consécutifs ou non par année civile pour un même salarié, que ce soit en qualité d’employeur ou en qualité d’adhérent à un groupement d’employeurs.

La suppression de ce dispositif fut envisagée pour 2019, compte tenu du renforcement des allègements généraux de cotisations sur les bas salaires cette année-là (en substitution au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi – CICE). Néanmoins, un dispositif transitoire a finalement été maintenu jusqu’en 2020 inclus, prolongé une première fois jusqu’en 2022, puis une nouvelle fois jusqu’à fin 2025.

Par ailleurs, le Premier ministre a annoncé en février 2024 une série de mesures destinées à répondre aux demandes exprimées par les agriculteurs. Ces mesures intègrent un volet « Compétitivité » qui prévoit la pérennisation du dispositif TO-DE pour les travailleurs saisonniers au-delà de la borne actuelle du 31 décembre 2025 et le relèvement du plateau d’exonération total de 1,2 à 1,25 SMIC.


En 2023, la compensation au titre du dispositif TODE attribuée entièrement à la CCMSA, s’élève à 133 991 269 €.

Ces crédits proviennent de la LFI 2023 (134 000 000 €) minorés d’un transfert de crédits de la ligne TODE à la ligne « réglementation sécurité au travail » afin de pouvoir honorer une convention avec un partenaire en 2023 à hauteur de 8 731 €.


Prises en charge de cotisations sociales concernant le Gel 2021 :

Un versement suite à l’épisode de gel exceptionnel du mois d’avril 2021 à hauteur de 461 060 € a été attribué à la Caisse Centrale de la Mutualité Sociale Agricole (CCMSA) pour les prises en charge de cotisations sociales par le fonds national d’action sanitaire et sociale (FNASS). Les crédits proviennent de la loi de finances de fin de gestion pour 2023 du 30 novembre 2023.


Prises en charge de cotisations sociales concernant le Gel 2022 :

Un versement suite à l’épisode de gel exceptionnel du mois d’avril 2022 à hauteur de 3 129 433 € a été opéré à la CCMSA pour les prises en charge de cotisations sociales par le FNASS. Les crédits proviennent de la loi de finances de fin de gestion du 30 novembre 2023 pour 2023.


Prises en charge de cotisations sociales « Résilience » :

Un versement à hauteur de 21 000 000 € a été réalisé à la CCMSA pour venir en aide aux agriculteurs les plus touchés par les conséquences de l’agression de la Russie contre l’Ukraine. Les crédits proviennent de la loi de finances de fin de gestion pour 2023 du 30 novembre 2023.


Le dispositif d’exonération de cotisations patronales légales de sécurité sociale pour le secteur de la viticulture :

L’article 17 de la loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 a institué une exonération spécifique au profit des employeurs de la filière viticole, fortement impactés par les sanctions américaines sur les exportations de vins français depuis la fin de l’année 2019 et par la pandémie de la Covid‑19. Un versement a été opéré à la CCMSA à hauteur de 201 670,36 €. Les crédits proviennent de la loi de finances de fin de gestion pour 2023 du 30 novembre 2023.


 

ACTION

26 – Gestion durable de la forêt et développement de la filière bois

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

26 – Gestion durable de la forêt et développement de la filière bois

 
 

288 621 081
274 124 865

288 621 081
274 124 865

 
 

296 419 778
277 671 380

296 419 778
277 671 380

 


Par rapport aux montants programmés en LFI 2023, 288 621 081 € en AE et 296 419 778 € en CP, on constate une sous-exécution de 14 496 216 € en AE et de 18 748 398 € en CP. L’exécution s’établit donc à 274 124 865 € en AE et 277 671 380 € en CP.



 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

196 477 888

191 201 259

196 477 888

191 625 057

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

278 766

5 286 356

278 766

5 697 001

Subventions pour charges de service public

196 199 122

185 914 903

196 199 122

185 928 056

Titre 5 : Dépenses d’investissement

8 317 000

5 559 402

9 400 000

5 021 440

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

8 317 000

4 680 158

9 400 000

4 379 770

Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

 

354 244

 

116 670

Subventions pour charges d'investissement

 

525 000

 

525 000

Titre 6 : Dépenses d’intervention

83 826 193

73 336 921

90 541 890

80 816 571

Transferts aux ménages

 

299 511

 

141 391

Transferts aux entreprises

19 748 650

46 876 201

25 768 637

60 249 124

Transferts aux collectivités territoriales

56 234 678

4 757 248

56 899 370

6 438 530

Transferts aux autres collectivités

7 842 865

21 403 961

7 873 883

13 987 526

Titre 7 : Dépenses d’opérations financières

 

4 027 284

 

208 312

Dotations en fonds propres

 

4 027 284

 

208 312

Total

288 621 081

274 124 865

296 419 778

277 671 380

 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT AE = 191 201 259 € CP = 191 625 057 €

 

DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT autres que des dépenses de personnel AE = 5 286 356 €

CP = 5 697 001 €

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 831 589 € CP = 556 570 €

Le détail de l’exécution pour cette sous-action figure dans la catégorie « transferts aux entreprises ».

 

Restauration des terrains de montagne (RTM) AE = 2 660 338 € CP = 3 228 363 €

 

Ces crédits sont exécutés dans leur intégralité par les services déconcentrés. Les opérations réalisées permettent de stabiliser et restaurer les sols en pente instables menaçant des personnes ou des biens. L’exécution budgétaire sur l’ensemble de cette ligne est décrite dans la catégorie « immobilisations corporelles de l’État ».

 

Classement en forêt de protection et lutte phytosanitaire AE = 56 640 € CP = 53 753 €

 

Ces crédits ont financé les frais occasionnés par le classement de forêts en forêts de protection (frais d’enquêtes publiques et de géomètres) et par des opérations de lutte phytosanitaire (suivi entomologique, études sur les dépérissements et des pathogènes, etc.).

 

Études, recherches et Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement (FCBA)

 

AE = 7 496 € CP = 174 393 €

Les dépenses exécutées sur cette sous-action sont décrites dans la catégorie transfert aux autres collectivités.

 

Fonds stratégique de la forêt et du bois AE = 1 732 382 € CP = 1 686 011 €

Ces dépenses sont détaillées dans la catégorie « transferts aux entreprises ».

 

SUBVENTIONS POUR CHARGES DE SERVICE PUBLIC AE = 185 914 903 € CP = 185 928 056 €

 

Versement compensateur (ONF) AE = 147 900 000 € CP= 147 900 000 €

La mise en œuvre du régime forestier dans les forêts appartenant aux collectivités est confiée à l’Office national des forêts (ONF). Dans ce cadre, l’ONF reçoit du ministère une enveloppe de 147,9 M€. L’ONF étant opérateur de l’État, une description détaillée de ses comptes et de ses missions figure dans la partie opérateurs.

 

Mission d’intérêt général (ONF) AE = 150 000 € CP= 150 000 €

Cette ligne sert au financement de la gestion de l’Arboretum des Barres de Nogent-sur-Vernisson (Loiret).

 

Subvention d’équilibre (ONF) AE = 21 843 240 € CP= 21 843 240 €

Ces crédits correspondent à la subvention d’équilibre qui inclut notamment une subvention exceptionnelle d’un montant de 10 M€ en 2023. Ce soutien exceptionnel dégressif s’est décliné sur 3 ans, de 2021 à 2023, avec respectivement 30 M€ en 2021, 20 M€ en 2022 et 10 M€ en 2023.

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 3 523 € CP = 5 575 €

L’exécution des crédits pour cette sous-action est détaillée dans la catégorie intervention « transfert aux entreprises ».

 

Centre national de la propriété forestière (CNPF) AE = 15 911 034 € CP = 15 911 034 €

Cet établissement public national à caractère administratif a pour mission le développement durable de la gestion de la forêt privée. Le contrat d’objectif et de performance du CNPF 2022-2026 reprend les grands enjeux du Programme national de la forêt et du bois (PNFB) à travers trois grands objectifs :

• Améliorer la gestion durable en forêt privée pour mobiliser davantage de bois ;

• Conduire le changement par l’innovation, le transfert des connaissances et le partenariat ;

• Adapter le fonctionnement du CNPF.

L’écart entre l’exécution constatée et le montant LFI correspond exclusivement à la mise en réserve.

 

Études, recherches et Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement (FCBA) AE =

0 € CP = 30 404 €

L’exécution budgétaire sur l’ensemble de cette ligne est décrite dans la catégorie « transfert aux autres collectivités ».

 

Fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB) AE = 107 106 € CP = 87 803 €

L’exécution budgétaire sur l’ensemble de cette ligne est décrite dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

DÉPENSES D’INVESTISSEMENT AE = 5 559 402 € CP= 5 021 440 €

 

IMMOBILISATIONS CORPORELLES DE L’ÉTAT : AE = 4 680 158 € CP= 4 379 770 €

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 290 818 € CP = 391 100 €

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie intervention « transfert aux entreprises ».

 

Restauration des terrains de montagne (RTM) AE= 4 389 563 € CP = 3 988 670 €

Ces crédits permettent le financement de travaux de restauration des terrains en montagne (RTM) par l’État sur les terrains domaniaux : création et entretien d’un parc de plus de 20 000 ouvrages de génie civil (pare-avalanches, filets pare-blocs, barrages pour prévention des coulées boueuses dans le lit des torrents, etc.) ou de génie biologique répartis sur 392 000 hectares de terrains domaniaux, dont la finalité est d’assurer la sécurité des personnes et des biens face aux risques naturels en montagne (glissements de terrains, crues torrentielles, avalanches, érosion des sols, chutes de blocs rocheux, etc.). Ces crédits sont versés aux bénéficiaires du dispositif : État, Collectivités, ONF.

 

IMMOBILISATIONS INCORPORELLES DE L’ÉTAT : AE = 354 244 € CP = 116 670 €

 

Restauration des terrains de montagne (RTM) AE = 0 € CP = 74 240 €

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « immobilisations corporelles de l’État ».

 

Études, recherches et Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement (FCBA) : AE =

354 244 € CP = 42 430 €

Ces dépenses correspondent à des travaux de recherches (études, diagnostics, élaboration de référentiels) permettant de répondre aux besoins de connaissances sur l’évolution du secteur à la fois pour les gestionnaires, les décideurs et la filière, ainsi qu’ à la mise à niveau des systèmes d’information forestiers des services du MASA.

L’exécution budgétaire sur l’ensemble de cette ligne est décrite dans la catégorie « transfert aux autres collectivités ».

 

SUBVENTION POUR CHARGES D’INVESTISSEMENT AE = 525 000 € CP= 525 000 €

 

Subvention pour charges d’investissement (ONF) AE = 525 000 € CP= 525 000 €

Ces crédits correspondent à une subvention pour charges d’investissement allouée à l’ONF, dédiée à la rénovation de la pépinière de Guéméné.

 

 

DÉPENSES D’INTERVENTION : AE = 73 336 921 € CP = 80 816 571 €

 

TRANSFERTS AUX MÉNAGES : AE = 299 511 € CP = 141 391 €

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 13 120 € CP = 0 €

 

Restauration des terrains de montagne (RTM) AE = 245 000 € CP = 100 000 €

 

Fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB) AE = 41 391 € CP = 41 391 €

 

TRANSFERTS AUX ENTREPRISES : AE = 46 876 201 € CP = 60 249 124 €

 

Mission d’intérêt général (ONF) AE = 38 802 578 € CP= 40 644 970 €

Les missions d’intérêt général (MIG) regroupent les activités confiées à l’Office par voie de conventions spécifiques en conformité avec le code forestier et allant au-delà de la mise en œuvre du régime forestier. L’ONF est chargé de la réalisation de MIG pour le compte du MASA, conformément au contrat d’objectifs et de performance (COP) pour 2021-2026.

Ces crédits financent les charges de fonctionnement et de personnel (fonctionnaires et ouvriers forestiers) de l’ONF, ainsi que les travaux associés aux missions de service public que lui confie l’État. La totalité de la ligne MIG ONF, tous titres confondus, a consommé 43 041 178 € en AE et 40 794 970 € en CP.

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 3 545 743 € CP = 2 746 155 €

La totalité des crédits DFCI a consommé 17 640 872 € en AE et 13 674 333 en CP. Ces crédits concernent les subventions majoritairement accordées aux collectivités territoriales, pour la construction des infrastructures de DFCI (pistes d’accès, points d’eau, tours de guet, pare feu, etc.).

Une partie est déléguée aux opérations de DFCI méditerranéenne gérées par la Délégation à la protection de la forêt méditerranéenne (DPFM) et programmées par le préfet de la zone de défense et de sécurité Sud (ZDS Sud) dans le cadre de sa mission d’harmonisation et de coordination des politiques de prévention et de lutte contre l’incendie au niveau zonal.

Les crédits inscrits en LFI 2023 (13 193 500 € en AE et 14 432 000 € en CP) ont été sur-exécutés à hauteur de 4 447 372 € en AE et sous-exécutés à hauteur de 757 667 € en CP.

Ces crédits ont bénéficié du report de crédits non consommés en 2022 sur le FSFB pour financer les dispositifs nécessaires à la remise en état des pistes DFCI des forêts incendiées en 2022 en Nouvelle-Aquitaine et à l’effort nécessaire à la structuration de la DFCI dans cette même région.

 

Restauration des terrains de montagne (RTM) AE = ‑95 863 € CP = ‑95 863 €

 

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « immobilisations corporelles de l’État ».

 

Études, recherches et Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement (FCBA) :

AE = 86 802 € CP = 0 €

Ces montants correspondent à des actions collectives au bénéfice de la filière forêt-bois. L’exécution budgétaire sur l’ensemble de cette ligne est décrite dans la catégorie « transfert aux autres collectivités ».

 

Fond stratégique de la forêt et du bois (FSFB) AE = 4 736 941 € CP = 17 153 863 €

Ce dispositif a financé principalement des mesures de soutien aux acteurs de la filière forêt-bois, notamment :

  • L’appui aux démarches collectives d’animation territoriale, permettant de mettre en œuvre les programmes régionaux de la forêt et du bois (PRFB), déclinant le programme national de la forêt et du bois (PNFB) ;

  • L’accompagnement à la création de GIEEF (groupement d’intérêt économique et environnemental forestier) afin de faciliter le regroupement en gestion des propriétaires et l’élaboration de documents de gestion durable dans le cadre de ces regroupements en vue de dynamiser la gestion des forêts et la commercialisation des bois ;

  • Les conventions relatives à l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) Projet de territoires, passées en fin de gestion 2019 et mises en œuvre au niveau des DRAAF ainsi que d’autres actions issues des Assises de la forêt et du bois (stratégie nationale bas carbone (SNBC), obligations légales de débroussaillage ou OLD (formation, carte zonage), programme de recherche sur les vergers à graine et nouveaux vergers à graines, opérations pédagogiques « Dans 100 communes, la forêt fait école » et « La forêt s’invite à l’école », etc.) ;

  • La mise en œuvre d’actions de recherche, de développement et d’innovation contribuant à l’adaptation des forêts au changement climatique, au développement des différents usages du bois en lien avec la valorisation des ressources forestières disponibles dans l’objectif d’une décarbonation des différents secteurs d’activité ;

  • La mise en œuvre des mesures forestières actées dans le cadre du Plan d’Urgence Guyane, adopté suite aux événements de Guyane et aux accords d’avril 2017, : aide à la compensation des surcoûts et des mesures d’investissements sylvicoles pour l’amont forestier ;

  • La mise en place d’une aide exceptionnelle aux travaux de broyage d’urgence pour motif sanitaire sur les parcelles sinistrées par les incendies de la Teste-de-Buch, de Landiras I et II et de Saumos.

     

 

Les crédits réellement exécutés sur cette sous action s’élèvent à 11 026 907 € en AE et à 21 970 431 € en CP.

 

La sous-exécution identifiée par rapport à la LFI (19,7 M€ en AE et 25,7 M€ en CP) résulte de l’impossibilité d’effectuer certaines dépenses notamment en Guyane (en 2023, les intempéries ont rendu difficile l’exploitation des bois, la saison des pluies rendant l’accès en forêt Guyanaise très difficile). Par ailleurs, les projets d’investissement sont très lourds à élaborer. Aucun projet n’a donc été présenté en 2023. Il y a eu également une moindre mobilisation que prévue des crédits réservés à la crise des scolytes (avec une recrudescence des attaques de scolytes à l’été et à l’automne 2023 – dont les dégâts seront constatés au printemps 2024 - après une légère accalmie constatée fin 2022-début 2023) et quelques sous-consommations constatées en services déconcentrés.

 

TRANSFERTS AUX COLLECTIVITÉS TERRITORIALES : AE = 4 757 248 € CP = 6 438 530 €

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 3 446 959 € CP = 6 061 888 €

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « transferts aux entreprises ».

 

Restauration des terrains de montagne (RTM) AE = 779 099 € CP = 186 700 €

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « immobilisations corporelles de l’État »

 

Fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB) AE = ‑531 190 € CP= 189 942 €

Ces crédits relatifs à l’animation des filières régionales permettent de financer des actions destinées à favoriser l’évolution et l’adaptation de la production forestière face aux demandes du marché. L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

 

TRANSFERTS AUX AUTRES COLLECTIVITÉS AE = 21 403 961 € CP = 13 987 526 €

 

Défense des forêts contre les incendies (DFCI) AE = 9 509 120 € CP = 3 913 046 €

Ces montants correspondent essentiellement à la surveillance des massifs (patrouilles de détection, d’intervention ou de contrôles), et la réalisation et l’animation de plans coordonnés avec les acteurs locaux.

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « transferts aux entreprises ».

 

Études, recherche et Institut technologique Forêt Cellulose Bois construction Ameublement (FCBA)

AE =7 958 027 € et CP = 7 471 371 €

La totalité de cette sous-action, tous titres confondus, a consommé 8 406 347 € en AE et 7 718 598 € en CP.

Ces crédits ont permis notamment de financer :

• 6 895 970 € en AE et 6 923 373 € en CP pour l’Institut technologique Forêt cellulose bois-construction-ameublement (FCBA) ;

• 640 902 € en AE et 674 458 € en CP pour les travaux de recherches (études, diagnostics, élaboration de référentiels) permettant de répondre aux besoins de connaissances sur l’évolution du secteur à la fois pour les gestionnaires, les décideurs et la filière, ainsi qu’à la mise à niveau des systèmes d’information forestiers des services du MASA.

 

Fonds stratégique de la forêt et du bois AE = 3 939 214 € CP = 2 603 110 €

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

DÉPENSES D’OPÉRATIONS FINANCIÈRES : AE = 4 027 284 € CP = 208 312 €

 

DOTATIONS EN FONDS PROPRES : AE = 4 027 284 € CP = 208 312 €

 

Mission d’intérêt général (ONF) AE = 4 088 600 € CP= 0 €

Ce montant correspond à la réalisation de missions d’intérêt général scindées principalement en deux ensembles par l’ONF :

  • La MIG (mission d’intérêt général) adaptation au changement climatique regroupant des missions traditionnelles (le Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers (RENECOFOR), le pôle national ressources génétiques forestières et vergers à graine (PNRGF)) ;

  • La MIG prévention des risques sur la restauration des terrains en montagne (RTM), la défense des forêts contre l’incendie (DFCI) et la gestion des dunes littorales et des départements d’outre-mer

 

Fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB) AE = ‑61 316 € CP = 208 312 €

Un retrait d’engagement juridique sur année antérieure a été opéré sur cette ligne pour un total de 61 316 €.

L’exécution de ces crédits est détaillée dans la catégorie « transfert aux entreprises ».

 

ACTION

27 – Moyens de mise en oeuvre des politiques publiques et gestion des interventions

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

27 – Moyens de mise en oeuvre des politiques publiques et gestion des interventions

 
 

455 768 976
541 039 714

455 768 976
541 039 714

 
 

455 768 976
541 415 318

455 768 976
541 415 318

 

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

415 426 272

478 990 233

415 426 272

478 893 056

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

139 900 000

213 852 420

139 900 000

213 755 243

Subventions pour charges de service public

275 526 272

265 137 813

275 526 272

265 137 813

Titre 5 : Dépenses d’investissement

40 047 224

36 042 501

40 047 224

36 042 501

Subventions pour charges d'investissement

40 047 224

36 042 501

40 047 224

36 042 501

Titre 6 : Dépenses d’intervention

295 480

26 006 980

295 480

26 479 762

Transferts aux ménages

 

12 000

 

12 000

Transferts aux entreprises

295 480

13 056 980

295 480

13 058 925

Transferts aux autres collectivités

 

12 938 000

 

13 408 837

Total

455 768 976

541 039 714

455 768 976

541 415 318

 

Provision pour aléas - Apurement communautaire : AE = 213 631 702,67 € CP = 213 631 702,67 €

En 2022, la contrepartie de la compensation faite sur les fonds européens au titre de l’apurement communautaire est de 141,9 M€ en AE = CP. Ces crédits financent le remboursement des décisions de refus d’apurement des dépenses de la Commission européenne, soit dans le détail :

  • la décision ad hoc 70 pour 108,3 M€ € qui couvre notamment les aides couplées animales pour les campagnes 2017-2020 ou encore les aides de surface pour les campagnes 2018 à 2020 ;

  • la décision ad hoc 71 pour 62 M€ à la suite de la certification des comptes de FranceAgriMer et de l’agence de services et de paiement ;

  • 16,7 M€ d’apurement comptable 2022 ;

  • 26,3 M€ de frais financiers.

 

Une partie de ces refus d’apurements communautaires a été financée par les crédits de la loi de finances de fin de gestion.

 

Autres moyens dédiés aux politiques publiques : AE = 13 118 199 € CP = 13 493 246 €

Ces crédits financent la convention entre le MASA, l’ASP et l’IGN au titre de l’actualisation du registre parcellaire graphique pour la PAC.

 

 

Récapitulation des crédits et emplois alloués aux opérateurs de l'État

Récapitulation des crédits alloués par le programme aux opérateurs

 

Réalisation 2022

Prévision LFI 2023

Réalisation 2023

Opérateur financé (Programme chef de file)
Nature de la dépense

Autorisations
d'engagement
 

Crédits
de paiement

Autorisations
d'engagement
 

Crédits
de paiement

Autorisations
d'engagement

Crédits
de paiement

ASP - Agence de services et de paiement (P149)

731 482 397

756 690 633

899 172 195

890 559 426

861 339 541

873 678 216

Subventions pour charges de service public

111 193 780

111 208 780

120 346 366

120 346 366

115 554 885

115 554 885

Transferts

620 288 617

645 481 853

746 483 521

737 870 752

716 676 579

729 015 254

Subventions d'investissement

 

 

32 342 308

32 342 308

29 108 077

29 108 077

CNPF - Centre national de la propriété forestière (P149)

15 063 663

14 943 014

16 323 011

16 323 011

17 577 806

16 640 001

Subventions pour charges de service public

14 669 354

14 810 060

16 323 011

16 323 011

15 924 234

15 911 034

Transferts

394 309

132 954

 

 

1 653 572

728 967

FranceAgriMer (P149)

1 068 579 597

1 053 579 597

130 038 750

130 658 750

1 008 574 805

1 044 420 954

Subventions pour charges de service public

93 256 019

93 256 019

97 033 834

97 033 834

93 421 600

93 421 600

Transferts

975 323 577

960 323 577

25 300 000

25 920 000

908 218 781

944 064 930

Subventions d'investissement

 

 

7 704 916

7 704 916

6 934 424

6 934 424

GIP - BIO - Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique (P149)

11 394 654

13 894 654

10 883 951

10 883 951

18 718 058

18 718 058

Subventions pour charges de service public

3 714 654

3 714 654

2 883 951

2 883 951

2 718 058

2 718 058

Transferts

7 680 000

10 180 000

8 000 000

8 000 000

16 000 000

16 000 000

IFCE - Institut français du cheval et de l'équitation (P149)

39 194 176

39 194 176

36 239 575

36 239 575

34 095 497

34 095 497

Subventions pour charges de service public

35 044 569

35 044 569

31 748 689

31 748 689

30 663 915

30 663 915

Transferts

4 149 607

4 149 607

4 490 886

4 490 886

3 431 582

3 431 582

INAO - Institut national de l'origine et de la qualité (P149)

17 322 248

17 322 248

18 027 227

18 027 227

17 505 194

17 505 194

Subventions pour charges de service public

17 322 248

17 322 248

18 027 227

18 027 227

17 505 194

17 505 194

ODEADOM - Office de développement de l'économie agricole d'Outre-mer (P149)

96 900 133

96 829 207

89 860 625

89 860 625

98 473 647

98 473 647

Subventions pour charges de service public

5 318 365

5 318 365

5 486 205

5 486 205

5 274 161

5 274 161

Transferts

91 581 768

91 510 842

84 374 420

84 374 420

93 199 486

93 199 486

ONF - Office national des forêts (P149)

205 958 424

207 100 785

212 917 289

212 343 481

218 120 367

213 967 262

Subventions pour charges de service public

167 354 838

167 438 967

179 876 111

179 876 111

169 991 880

169 951 176

Dotations en fonds propres

986 733

74 084

 

 

5 061 000

972 400

Transferts

37 616 854

39 587 734

33 041 178

32 467 370

42 542 487

42 518 686

Subventions d'investissement

 

 

 

 

525 000

525 000

Météo-France (P159)

238 255

129 385

 

 

140 450

55 000

Transferts

238 255

129 385

 

 

140 450

55 000

OFB - Office français de la biodiversité (P113)

-2 386

8 700

 

 

3 523

5 575

Subventions pour charges de service public

-2 386

8 700

 

 

3 523

5 575

IGN - Institut national de l'information géographique et forestière (P159)

13 151 416

12 132 316

 

 

12 931 655

13 455 989

Transferts

13 151 416

12 132 316

 

 

12 931 655

13 455 989

CITEPA - Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (P174)

69 371

73 036

 

 

72 760

66 360

Transferts

69 371

73 036

 

 

72 760

66 360

CEREMA - Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (P159)

 

 

 

 

42 000

21 000

Transferts

 

 

 

 

42 000

21 000

Business France (P134)

3 749 986

3 645 986

3 710 000

3 730 000

3 703 181

2 682 181

Subventions pour charges de service public

 

 

3 710 000

3 730 000

 

 

Transferts

3 749 986

3 645 986

 

 

3 703 181

2 682 181

Universités et assimilés (P150)

222 842

161 226

 

 

370 000

296 000

Transferts

222 842

161 226

 

 

370 000

296 000

Ecoles et formations d'ingénieurs (P150)

 

 

 

 

156 500

144 500

Transferts

 

 

 

 

156 500

144 500

Autres opérateurs d'enseignement supérieur et de recherche (P150)

 

212 175

 

 

 

56 500

Transferts

 

212 175

 

 

 

56 500

CIRAD - Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (P172)

 

 

 

 

299 680

 

Transferts

 

 

 

 

299 680

 

CNRS - Centre national de la recherche scientifique (P172)

 

143 480

 

 

 

 

Transferts

 

143 480

 

 

 

 

IFREMER - Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (P172)

3 454 932

2 140 797

 

 

 

 

Subventions pour charges de service public

-12 245

 

 

 

 

 

Transferts

3 467 178

2 140 797

 

 

 

 

INRAE - Institut national pour la recherche en agriculture, alimentation et environnement (P172)

1 050 805

1 632 237

 

 

1 579 200

1 653 499

Subventions pour charges de service public

11 441

203 083

 

 

 

74 553

Dotations en fonds propres

 

499 375

 

 

 

208 312

Transferts

1 039 364

929 778

 

 

1 579 200

1 370 635

Associations de coordination technique agricole et des industries agroalimentaires (P142)

129 920

75 944

 

 

62 332

175 307

Transferts

129 920

75 944

 

 

62 332

175 307

Ecoles d'enseignement supérieur agricole et vétérinaire (P142)

34 460

8 972

 

 

240 000

224 259

Transferts

34 460

8 972

 

 

240 000

224 259

ENIM - Etablissement national des invalides de la marine (P197)

21 765 983

21 765 983

 

 

 

 

Transferts

21 765 983

21 765 983

 

 

 

 

IRD - Institut de recherche pour le développement (P172)

-3 287

11 413

 

 

 

 

Transferts

-3 287

11 413

 

 

 

 

Total

2 229 757 590

2 241 695 963

1 417 172 623

1 408 626 046

2 294 006 198

2 336 334 999

Total des subventions pour charges de service public

447 870 637

448 325 445

475 435 394

475 455 394

451 057 450

451 080 151

Total des dotations en fonds propres

986 733

573 459

 

 

5 061 000

1 180 712

Total des transferts

1 780 900 220

1 792 797 059

901 690 005

893 123 428

1 801 320 247

1 847 506 636

Total des subventions d'investissement

 

 

40 047 224

40 047 224

36 567 501

36 567 501


Note : les subventions d'investissement sont introduites par la LOLF au PAP 2023, leur réalisation 2022 est sans objet.

 

En 2023, le programme 149 a versé 451,1 M € de subventions pour charges de service public (SCSP) aux opérateurs de la mission AAFAR pour financer leur fonctionnement courant. L’écart entre les SCSP versées et l’exécution résulte principalement de la mise en réserve.

 

36,6 M€ de subventions pour charges d’investissement ont également été versés à l’ASP, à FranceAgriMer et à l’ONF pour le financement de leurs investissements. L’écart par rapport à la LFI résulte de la mise en réserve.

 

Les crédits de transferts versés par le programme se décomposent de la manière suivante :

 

  • ASP

 

Les transferts du programme 149, d’un montant de 729 M€ en CP, correspondent aux crédits d’intervention du MASA qui financent :

- les aides à la filière sucre dans les DOM ;

- les aides à l’agriculture en cofinancement du fonds européen agricole pour le développement durable FEADER (installation, modernisation, indemnisation compensatrice des handicaps naturels (ICHN), mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC-Bio), lutte contre la prédation, réseau rural) et gérées par les DRAAF ;

‑2 M€ pour les aides à la filière forêt-bois (défense des forêts contre les incendies, investissement et animation dans le cadre du fonds stratégique de la forêt et du bois) ;

 

  • Agence bio

 

Le transfert depuis le P149 d’un montant de 16 M€ en AE et en CP alimente le fonds Avenir Bio qui a vocation à financer la structuration des filières issues de l’agriculture biologique. Il permet d’accompagner financièrement des acteurs économiques via des projets pluriannuels impliquant des partenaires à divers stades des filières de production et de transformation.

 

 

  • FranceAgriMer

 

Les transferts du MASA à FranceAgriMer au titre du programme 149 s’élèvent à 908,2 M € en AE et 944 M€ en CP. Ils sont destinés notamment à financer les dispositifs d’aides de crise décidés par le ministère chargé de l’agriculture.

 

Ainsi, en 2023, FAM a été chargé de mettre en œuvre, en plus des dispositifs classiques qui émargent sur le programme 149, un grand nombre de dispositifs d’urgence mis en place pour répondre aux crises climatiques, économiques et sanitaires survenues en 2022 et 2023 : épisodes exceptionnels de gel, épidémie de grippe aviaire ou encore le plan de résilience.

 

  • IFCE

 

Les transferts depuis le programme 149 financent, chaque année, par l’intermédiaire de l’Institut Français du Cheval et de l’Équitation (IFCE) : – divers projets de recherche ; – les circuits de concours pour jeunes équidés et reproducteurs, organisés par la Société Hippique Française (SHF, pour les jeunes équidés de sport) et ceux relevant du secteur travail (menés par 26 organisations raciales rassemblant des chevaux de trait, des chevaux et poneys dits de territoire et des ânes) qui permettent dans la filière équine, la transformation, la qualification et la sélection des animaux ; – des actions d’assistance technique auprès des éleveurs à travers des projets de promotion et de transfert d’information.

La sous-exécution des crédits de transferts en 2023 s’explique par une modification dans le circuit de versement des aides en faveur de l’élevage pour le secteur travail, du fait d’une refondation dans la représentation du secteur. Cette modification génère une sous-consommation temporaire des crédits.

 

  • CNPF

Les transferts au CNPF sur le programme 149, d’un montant de 1, 65 M € en AE et 0,73 M € en CP, correspondent à diverses conventions entre l’État et le CNPF qui s’inscrivent dans la continuité des années antérieures, notamment sur les sujets suivants :

  • (1) réseau AFORCE (réseau mixte technologique pour l’adaptation des forêts aux changements climatiques),

  • (2) déploiement de l’application BioClimSol et (3) travaux sur l’équilibre forêt-grande faune.

 

  • ODEADOM

 

Les crédits de soutien au développement agricole dans les Outre-mer d’un montant total de 93,2 M€ ont financé :

‑53,8 M€ de crédits complémentaires au programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité (POSEI) dits crédits CIOM (Conseil interministériel pour l’Outre-mer) ;

‑38 M€ d’aide aux industries sucrières dans le cadre de la fin des quotas sucriers ;

‑0,92 M€ de crédits d’orientation territorialisés pour financer la contrepartie nationale au fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) Mayotte (les crédits d’orientation territorialisés étant également apportés par le P123)

‑0,45 M€ de crédits pour soutenir le développement agricole de Saint-Pierre-et-Miquelon.

 

 

  • ONF Les transferts à l’ONF depuis le programme 149 se décomposent en transferts depuis l’administration centrale (AC) d’une part et depuis les services déconcentrés d’autre part.

 

Les transferts de l’AC concernent principalement les missions d’intérêt général (MIG), financées à hauteur de 40,8 M€ en CP, regroupant les activités confiées à l’Office par voie de conventions spécifiques allant au-delà de la mise en œuvre du régime forestier en conformité avec le code forestier.

Elles concernent notamment :

- la défense des forêts contre les incendies (DFCI), historiquement en région méditerranéenne et Alpes du sud mais élargie, depuis 2023, à l’ensemble du territoire ;

- la restauration des terrains de montagne (RTM) pour prévenir les risques naturels en montagne (« protection active » des personnes et des biens) ;

- les travaux de génie écologique nécessaires pour contenir l’érosion éolienne et le mouvement des dunes domaniales littorales sur la côte atlantique.

 

Ces MIG ont été revalorisées en 2023 au bénéfice principalement de la MIG DFCI (+10 M€) compte tenu de l’extension de son périmètre à l’ensemble du territoire.

 

Par ailleurs, dans le cadre des MIG, l’ONF assure également l’appui aux directions de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (DAAF) des départements et régions d’Outre-mer pour la mise en œuvre de la politique forestière de l’État ainsi que – en métropole - la gestion des ressources génétiques forestières (comprenant les trois pépinières forestières expérimentales et les vergers à graines de l’État). S’y ajoute la gestion de l’Arboretum des Barres de Nogent-sur-Vernisson dans le Loiret (Arbofolia). Au-delà des transferts proprement dits, le programme 149 finance diverses conventions établies notamment au niveau local pour la restauration des terrains de montagne (RTM 2023 : 8 M€ en AE et 7,5 M€ en CP pour l’ensemble des missions déléguées aux DRAAF).

 

  • Business France

Les transferts depuis le programme 149 correspondent à des actions de promotion vis-à-vis des marchés extérieurs des productions agroalimentaires françaises, principalement celles bénéficiant d’un signe de qualité officiel pour des crédits exécutés directement sur le 149 pour un montant de 3,7 M€.

 

  • IGN

Les transferts depuis le programme 149 correspondent à des travaux sur le registre parcellaire graphique mis en place dans le cadre de la politique agricole commune pour un montant de 13,5 M€ et dont la délégation a été renouvelée jusqu’en 2026 inclus.

 

  • INRAE

 

Les transferts depuis le programme 149 correspondent notamment à des actions d’expertise technique sur l’eau, d’actions d’appui technique dans le secteur des ressources génétiques forestières, télédétection des dépérissements et de la mortalité en forêt et de soutien au pôle RENFOR « renouvellement des peuplements forestiers ».

 

Consolidation des emplois des opérateurs dont le programme est chef de file

   Emplois en fonction au sein des opérateurs de l'État

Opérateur

Réalisation 2022 
Prévision 2023 
Réalisation 2023 

ETPT rémunérés par ce programme ou d'autres programmes

ETPT rémunérés par les opérateurs

ETPT rémunérés
par d'autres
collectivités

sous plafond *

hors plafond

dont contrats
aidés

dont apprentis

ASP - Agence de services et de paiement

0
0
0

1 698
1 727
1 705

446
473
552

0
10
0

4
0
5

0
0
0

CNPF - Centre national de la propriété forestière

0
0
0

329
348
329

90
89
95

0
0
0

7
0
17

0
0
0

FranceAgriMer

0
0
0

953
965
962

16
12
14

0
0
0

10
12
12

0
0
0

GIP - BIO - Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique

0
0
0

18
19
19

3
3
3

0
0
0

0
1
2

0
0
0

IFCE - Institut français du cheval et de l'équitation

0
0
0

595
603
585

11
19
11

0
0
0

5
7
7

0
12
1

INAO - Institut national de l'origine et de la qualité

0
0
0

231
233
232

0
0
2

0
0
0

1
0
2

0
0
0

ODEADOM - Office de développement de l'économie agricole d'Outre-mer

0
0
0

40
41
37

0
1
0

0
0
0

0
1
0

0
0
0

ONF - Office national des forêts

0
0
0

7 725
8 140
7 592

438
500
465

52
0
47

386
0
414

0
0
0

Total

0
0
0

11 589
12 076
11 461

1 004
1 097
1 142

52
10
47

413
21
459

0
12
1


* Les emplois sous plafond 2023 font référence aux plafonds des autorisations d'emplois votés en loi de finances initiale 2023
  ou, le cas échéant, en lois de finances rectificatives 2023

 

Les opérateurs du programme ont tous respecté leur plafond d’emplois. Les sous-exécutions constatées résultent très souvent de difficultés de recrutement qui deviennent récurrentes chez les opérateurs.

 

   Schéma d’emplois et plafond des autorisations d'emplois des opérateurs de l'État

 

Prévision
ETPT

Réalisation
ETPT

Emplois sous plafond 2023 *

12 076

11 461


* Ces emplois sous plafond font référence aux plafonds des autorisations d'emplois votés en loi de finances initiale 2023
  ou, le cas échéant, en lois de finances rectificatives 2023

 

 

Prévision
ETP

Réalisation
ETP

Schéma d'emplois 2023 en ETP

-55

-128

 

Le schéma d’emplois réalisé est ainsi de ‑128 ETP contre ‑55 ETP prévu en LFI. Cette sous-exécution s’explique principalement par les sous-exécutions de l’ASP, du CNPF et de l’ONF.

 

Fiscalité affectée aux opérateurs dont le programme est chef de file

Intitulé de l’opérateur

Compte financier
2022

Budget initial
2023

Compte financier
2023

ASP - Agence de services et de paiement

0

0

0

CNPF - Centre national de la propriété forestière

9 578 151

9 578 151

9 929 922

FranceAgriMer

0

0

0

GIP - BIO - Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique

0

0

0

IFCE - Institut français du cheval et de l'équitation

0

0

0

INAO - Institut national de l'origine et de la qualité

6 910 289

6 300 000

7 199 303

ODEADOM - Office de développement de l'économie agricole d'Outre-mer

0

0

0

ONF - Office national des forêts

31 909 000

0

39 056 000

Total

48 397 440

15 878 151

56 185 225