$@FwLOVariable(annee#2023)

 

Justification au premier euro

Éléments transversaux au programme

Éléments de synthèse du programme

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Numéro et intitulé de l'action
ou de la sous-action

Prévision LFI 
Consommation 

Titre 2 *
Dépenses
de personnel

Autres titres *

Total
y.c. FdC et AdP

Titre 2 *
Dépenses
de personnel

Autres titres *

Total
y.c. FdC et AdP

01 – Fonction juridictionnelle : Conseil d'État

31 843 245
32 471 841

 
810

31 866 112
32 472 651

31 843 245
32 471 841

 
810

31 866 112
32 472 651

02 – Fonction juridictionnelle : Cours administratives d'appel

59 606 950
55 675 098

 
18

59 606 950
55 675 116

59 606 950
55 675 098

 
18

59 606 950
55 675 116

03 – Fonction juridictionnelle : Tribunaux administratifs

189 628 980
195 093 309

 
0

189 628 980
195 093 309

189 628 980
195 093 309

 
 

189 628 980
195 093 309

04 – Fonction consultative

16 760 013
15 616 965

 
 

16 760 013
15 616 965

16 760 013
15 616 965

 
 

16 760 013
15 616 965

05 – Fonction études, expertise et services rendus aux administrations de l'État et des collectivités

12 708 723
12 592 601

 
 

12 708 723
12 592 601

12 708 723
12 592 601

 
 

12 708 723
12 592 601

06 – Soutien

48 123 806
46 864 849

205 229 695
115 369 480

253 530 634
162 234 330

48 123 806
46 864 849

118 362 235
100 490 282

166 663 174
147 355 131

07 – Cour nationale du droit d'asile

47 987 866
42 486 781

 
 

47 987 866
42 486 781

47 987 866
42 486 781

 
 

47 987 866
42 486 781

Total des crédits prévus en LFI *

406 659 583

205 229 695

611 889 278

406 659 583

118 362 235

525 021 818

Ouvertures / annulations y.c. FdC et AdP

+82 867

-19 180 301

-19 097 434

+82 867

-3 876 314

-3 793 447

Total des crédits ouverts

406 742 450

186 049 394

592 791 844

406 742 450

114 485 921

521 228 371

Total des crédits consommés

400 801 444

115 370 308

516 171 753

400 801 444

100 491 110

501 292 554

Crédits ouverts - crédits consommés

+5 941 006

+70 679 086

+76 620 092

+5 941 006

+13 994 811

+19 935 817


* hors FdC et AdP pour les montants de la LFI

 

 

   Passage du PLF à la LFI

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

 

Titre 2
 

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

PLF

406 659 583

205 229 695

611 889 278

406 659 583

118 362 235

525 021 818

Amendements

0

0

0

0

0

0

LFI

406 659 583

205 229 695

611 889 278

406 659 583

118 362 235

525 021 818

 

En LFI 2023, le budget du programme 165 « Conseil d’État et autres juridictions administratives » a été fixé, hors fonds de concours et attributions de produits, à 611,89 M€ en AE et 525,02 M€ en CP.

 

   Modifications de maquette

Aucune modification de maquette budgétaire n’a été opérée en 2023.  

 

   Justification des mouvements réglementaires et des lois de finances rectificatives

Le programme 165 a bénéficié du report sur l’exercice 2023 de crédits 2022 à hauteur de 10,87 M€ en AE et de 5,16 M€ en CP, qui correspondent : 

  • à 10,87 M€ d’autorisations d’engagement affectées sur tranches fonctionnelles, mais non engagées en 2022, reportés afin de permettre le financement en 2023 d’opérations budgétisées concernant notamment les portails applicatifs dans le domaine du contentieux administratif, la restructuration de l’aile Colette du Palais-Royal, l’extension du TA de Dijon et la mise à niveau technique et fonctionnelle du Palais des juridictions administratives de Lyon.

  • à 5,16 M€ en CP de reports généraux en raison du décalage en 2023 d’opérations de travaux initialement prévues en 2022 et d’une sous-consommation des autres dépenses créant un report de charge exceptionnel sur le budget 2023 du programme.


Le décret de transfert n° 2023-511 du 27 juin 2023 a annulé 10 638 193 € en AE et 312 935 € en CP hors titre 2, dont la répartition est la suivante :

  • 10 625 258 € en AE et 300 000 € en CP au profit du programme 124, destinés au financement du projet Campus Lesseps au titre de la construction du nouveau siège de la cour administrative d’appel de Versailles ;

  • 9 228 € en AE/CP au profit du profit du programme 217 pour financer l’hébergement du système d’adresse des domaines interministériels ;

  • 3 707 € en AE/CP au profit du programme 156 pour financer des prestations de services informatiques interministérielles au sein du marché de support des logiciels libres.


Les décrets de transfert n° 2023-511 du 27 juin 2023 et n° 2023-1061 du 20 novembre 2023 ont chacun ouvert 30 000 € de crédits en titre 2, soit 60 000 € au total, en AE/CP au profit du programme 165 au titre de la compensation des délégués du préfet pour la mise en œuvre de la politique de la ville.


La loi de finances rectificative du 30 novembre 2023 a annulé 19 682 267 € en AE et 9 000 000 € en CP.

 

   Origine et emploi des fonds de concours et attributions de produits

295 453 € en AE et CP, dont 22 867 € pour le titre 2, ont été ouverts au titre des attributions de produits provenant de la vente de documentation contentieuse (abonnements pour recevoir les jugements et arrêts ainsi que les conclusions des rapporteurs publics), de cessions de biens mobiliers et de la valorisation du patrimoine immatériel du Conseil d’État et des juridictions administratives.

 

   Réserve de précaution et fongibilité

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

 

Titre 2
 

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

Mise en réserve initiale

2 033 298

10 261 485

12 294 783

2 033 298

5 918 112

7 951 410

Surgels

0

2 052 297

2 052 297

0

1 183 622

1 183 622

Dégels

0

-1 407 996

-1 407 996

0

0

0

Réserve disponible avant mise en place du schéma de fin de gestion (LFR de fin d'année)

2 033 298

10 905 786

12 939 084

2 033 298

7 101 734

9 135 032

 

Une mise en réserve de crédits en début de gestion 2023 a été appliquée au programme 165 « Conseil d’État et autres juridictions administratives » (0,5 % sur le titre 2, soit 2,03 M€ et 5 % sur le hors titre 2, soit 10,3 M€ en AE et 5,9 M€ en CP).

 

La réserve de précaution a été annulée par la loi de finances rectificative du 30 novembre 2023.

 

Au titre de l’exercice 2023, aucune opération de fongibilité asymétrique n’est intervenue. Cependant, des mouvements de fongibilité entre les crédits des titres 3 et 5 ont eu lieu, selon notamment que les opérations de travaux initialement programmées se sont déroulées sur des bâtiments dont l’État est propriétaire (T5) ou locataire (T3).

 

Emplois et dépenses de personnel

   Emplois rémunérés par le programme

(en ETPT)

Catégorie d'emplois

Transferts
de gestion
2022

(1)

Réalisation

2022

(2)

LFI + LFR

2023

(3)

Transferts
de gestion
2023

(4)

Réalisation

2023

(5)

Écart à
LFI + LFR 2023
(après transferts
de gestion)
(5 - (3 + 4))

1130 – Membres du Conseil d'Etat

+0,50

230,07

235,01

0,00

230,51

-4,50

1131 – Magistrats de l'ordre administratif

0,00

1 221,94

1 297,03

0,00

1 267,72

-29,31

1135 – Catégorie A

0,00

944,41

1 064,96

+1,00

957,52

-108,44

1136 – Catégorie B

0,00

524,86

459,02

0,00

524,15

+65,13

1137 – Catégorie C

0,00

1 297,42

1 273,98

0,00

1 280,74

+6,76

Total

+0,50

4 218,70

4 330,00

+1,00

4 260,64

-70,36


 

(en ETPT)

Catégorie d'emplois

Mesures
de périmètre
en LFI

(6)

Mesures
de transfert
en LFI

(7)

Corrections
techniques


(8)

Impact des
schémas d'emplois
pour 2023

(5-4)-(2-1)-(6+7+8)

dont extension en
année pleine du
schéma d'emplois
2022 sur 2023

dont impact du
schéma d'emplois
2023 sur 2023

1130 – Membres du Conseil d'Etat

0,00

0,00

0,00

+0,94

-1,66

+2,60

1131 – Magistrats de l'ordre administratif

0,00

0,00

0,00

+45,78

+21,02

+24,76

1135 – Catégorie A

0,00

0,00

0,00

+12,11

-45,16

+57,27

1136 – Catégorie B

0,00

0,00

0,00

-0,71

+15,36

-16,07

1137 – Catégorie C

0,00

0,00

0,00

-16,68

+30,93

-47,61

Total

0,00

0,00

0,00

+41,44

+20,49

+20,95

 

La consommation 2023 du plafond d’emplois s’élève à 4 261 ETPT soit une augmentation de 42 ETPT par rapport à la consommation 2022. Cette hausse résulte, d’une part, de l’impact du schéma d’emplois réalisé en 2023 (+21 ETPT pour 38 créations d’emplois) et de l’extension en année pleine du schéma d’emplois 2022 (+20,5 ETPT).

 

La consommation 2023 est supérieure à celle constatée dans Chorus du fait de l’intégration des ETPT recrutés en milieu de mois qui ne sont pas comptabilisés par l’outil.

 

Le transfert en gestion d’1 ETPT de catégorie A est dû la compensation des délégués du préfet pour la mise en œuvre de la politique de la ville.

 

L’écart entre le plafond autorisé (4 330 ETPT) et la consommation (4 261 ETPT) est principalement dû à des recrutements intervenus plus tardivement que prévu générant ainsi un impact en ETPT moins important.

 

   Évolution des emplois à périmètre constant

(en ETP)

Catégorie d'emploi

Sorties

dont départs
en retraite

Mois
moyen
des sorties

Entrées

dont primo
recrutements

Mois
moyen
des entrées

Schéma
d'emplois
 
Réalisation

Schéma
d'emplois
 
Prévision PAP

1130 – Membres du Conseil d'Etat

34,00

7,00

6,81

32,00

9,00

5,45

-2,00

+1,00

1131 – Magistrats de l'ordre administratif

164,50

33,00

5,29

198,40

66,00

5,11

+33,90

+25,00

1135 – Catégorie A

300,00

11,00

8,50

281,00

25,00

5,75

-19,00

+4,00

1136 – Catégorie B

77,00

8,00

5,69

74,00

6,00

8,00

-3,00

+6,00

1137 – Catégorie C

265,00

27,80

5,99

293,00

12,00

8,61

+28,00

+5,00

Total

840,50

86,80

878,40

118,00

+37,90

+41,00

 

La réalisation 2023 du schéma d’emplois s’est établie à +38 ETP, soit 3 ETP en dessous de l’autorisation. Cet écart correspond à des recrutements qui n’ont pas pu être réalisés avant la fin de l’année. Les créations d’emplois 2023 ont concerné les agents de greffe et les magistrats administratifs.

 

   Effectifs et activités des services

Répartition du plafond d'emplois par service

(en ETPT)

Service

Prévision LFI

Réalisation

dont mesures
de transfert

dont mesures
de périmètre

dont corrections
techniques

Impact
des schémas
d'emplois
pour 2023

dont extension
en année pleine
du schéma d'emplois
2022 sur 2023

dont impact
du schéma
d'emplois
2023 sur 2023

Administration centrale

668,25

642,46

0,00

0,00

0,00

+1,28

-3,40

+4,68

Autres

3 661,75

3 618,18

0,00

0,00

0,00

+40,16

+23,89

+16,27

Total

4 330,00

4 260,64

0,00

0,00

0,00

+41,44

+20,49

+20,95

 

(en ETP)

Service

Schéma
d’emplois
Prévision PAP

ETP
au 31/12/2023
Réalisation

Administration centrale

+1,00

673,00

Autres

+40,00

3 449,00

Total

+41,00

4 122,00

 

Les tribunaux administratifs, les cours administratives d’appel et la Cour nationale du droit d’asile n’ayant pas de ressort départemental ou régional, leurs effectifs ont été inscrits dans la rubrique « Autres ». Les emplois répartis en « Administration centrale » correspondent aux membres et agents du Conseil d’État inscrits dans les actions 1, 4, 5 et 6. Le reste des ETPT consommés est inscrit dans la rubrique « Autres ».

 

L’écart entre la prévision et la réalisation est dû à des recrutements intervenus plus tardivement que prévu dans l’année aussi bien dans les juridictions qu’au Conseil d’État.

 

Répartition du plafond d'emplois par action

Numéro et intitulé de l’action ou de la sous-action

Prévision LFI
 
ETPT

Réalisation
 
ETPT

01 – Fonction juridictionnelle : Conseil d'État

220,00

219,15

02 – Fonction juridictionnelle : Cours administratives d'appel

583,00

554,15

03 – Fonction juridictionnelle : Tribunaux administratifs

1 935,00

1 968,94

04 – Fonction consultative

102,00

95,04

05 – Fonction études, expertise et services rendus aux administrations de l'État et des collectivités

107,00

102,80

06 – Soutien

664,00

664,73

07 – Cour nationale du droit d'asile

719,00

655,83

Total

4 330,00

4 260,64

Transferts en gestion

+1,00

 

Les écarts par action entre prévision et réalisation sont liés à un rythme différent de recrutement dans l’année qui peut générer un impact en ETPT à la hausse ou à la baisse.

 

Recensement du nombre d'apprentis

Nombre d’apprentis
pour l’année scolaire
2022-2023

Dépenses de titre 2
Coût total chargé
(en M€)

Dépenses hors titre 2
Coût total
(en M€)

18,00

0,20

0,13

 

Le recensement correspond au nombre d’apprentis pour l’année scolaire 2022-2023.

 

Les apprentis ont été affectés dans les services centraux du Conseil d’État et en juridiction. Ils ont travaillé dans les domaines juridique et affaires publiques (61 %), informatique et numérique (17 %), ressources humaines (22 %).

 

   Indicateurs de gestion des ressources humaines

Ratios gestionnaires / effectifs gérés

Effectifs gérés

(inclus dans le plafond d’emplois)

(Effectifs physiques ou ETP)

2 811

Effectifs gérants

78,9

2,81 %

administrant et gérant

39,6

1,41 %

organisant la formation

12,1

0,43 %

consacrés aux conditions de travail

9,72

0,35 %

consacrés au pilotage et à la politique des compétences

17,6

0,62 %

 

Les agents de greffe sont gérés conjointement par le Conseil d’État et le ministère de l’intérieur et figurent, à ce titre, dans la colonne des effectifs partiellement gérés. Ainsi, une part importante des activités de gestion des ressources humaines est réalisée pour le compte du ministère de l’intérieur.

 

Effectifs inclus dans le plafond d’emplois

Effectifs hors plafond d’emplois

intégralement gérés

partiellement gérés (agents en détachement, en MAD) (1)

gérés pour un autre ministère

gérés pour des organismes autres que les ministères

gérés pour le ministère (CLD, CFA) (2)

62,53 %

28,28 %

7,22 %

1,68 %

0,29 %

 

(1) mise à disposition (MAD)

(2) congé de longue durée (CLD), congé de fin d’activité (CFA)

 

   Présentation des crédits par catégorie et contributions employeurs

Catégorie
 

Exécution
2022

Prévision
LFI 2023

Exécution
2023

Rémunération d’activité

247 671 619

262 207 682

259 311 252

Cotisations et contributions sociales

130 298 639

142 206 023

137 543 018

Contributions d’équilibre au CAS Pensions :

96 207 221

105 001 330

101 004 626

    – Civils (y.c. ATI)

95 925 719

104 710 734

100 560 116

    – Militaires

281 502

290 596

444 510

    – Ouvriers de l’État (subvention d'équilibre au FSPOEIE)

 

 

 

    – Autres (Cultes et subvention exceptionnelle au CAS Pensions)

 

 

 

Cotisation employeur au FSPOEIE

 

 

 

Autres cotisations

34 091 418

37 204 693

36 538 392

Prestations sociales et allocations diverses

2 566 073

2 245 878

3 947 174

Total titre 2 (y.c. CAS Pensions)

380 536 331

406 659 583

400 801 444

Total titre 2 (hors CAS Pensions)

284 329 110

301 658 253

299 796 818

FdC et AdP prévus en titre 2

22 867

 

L’allocation d’aide au retour à l’emploi a concerné 212 personnes en 2023 pour un montant de 1,08 M€.

 

L’écart à la baisse entre prévision et exécution de la catégorie « rémunération d’activité » est dû à un niveau de dépenses de personnel contenu en deçà du plafond de masse salariale, en raison essentiellement d’une consommation d’ ETPT inférieure aux prévisions initiales.

 

L’écart à la baisse entre prévision et exécution de la contribution au CAS pensions est dû à une budgétisation supérieure au besoin constaté en gestion.

 

   Éléments salariaux

(en millions d'euros)

Principaux facteurs d'évolution de la masse salariale hors CAS Pensions
 

Socle d'exécution 2022 retraitée

283,98

Exécution 2022 hors CAS Pensions

284,33

Impact des mesures de transfert et de périmètre 2023/ 2022

 

Débasage de dépenses au profil atypique :

-0,35

    – GIPA

-0,03

    – Indemnisation des jours de CET

-1,30

    – Mesures de restructuration

 

    – Autres dépenses de masse salariale

0,98

Impact du schéma d'emplois

3,85

EAP schéma d'emplois 2022

2,80

Schéma d'emplois 2023

1,05

Mesures catégorielles

2,35

Mesures générales

5,56

Rebasage de la GIPA

0,12

Variation du point de la fonction publique

5,13

Mesures bas salaires

0,31

GVT solde

2,35

GVT positif

3,04

GVT négatif

-0,69

Rebasage de dépenses au profil atypique - hors GIPA

0,55

Indemnisation des jours de CET

1,47

Mesures de restructurations

 

Autres rebasages

-0,92

Autres variations des dépenses de personnel

1,17

Prestations sociales et allocations diverses - catégorie 23

0,94

Autres variations

0,23

Total

299,80

 

La ligne « Autres » de la rubrique « Débasage de dépenses au profil atypique » comprend le remboursement 2022 des personnels mis à disposition.

 

La ligne « Autres » de la rubrique « Rebasage de dépenses au profil atypique » comprend le remboursement 2023 des personnels mis à disposition (‑1 M€) et le montant des primes d’installation 2023 (0,08 M€).

 

La ligne « Autres » de la rubrique « Autres variations des dépenses de personnel » correspond à la variation des indemnités des présidents et assesseurs de la CNDA et des indemnités de formation (‑0,1 M€) et à la revalorisation du forfait transport (0,33 M€).

 

L’indemnité de garantie individuelle de pouvoir d’achat, prévue par le décret n° 2008-539 du 6 juin 2008, a représenté, en 2023, 115 911 € pour 254 bénéficiaires.

 

Le « glissement vieillesse technicité » solde s’est établi en 2023 à 2,3 M€ (0,78 % de la masse salariale), soit 3,04 M€ au titre du GVT positif (1 % de la masse salariale) et ‑0,7 M€ au titre du GVT négatif ou effet de noria (‑0,23 % de la masse salariale).

 

Coûts entrée-sortie

Catégorie d'emplois

Coût moyen chargé HCAS

dont rémunérations d’activité

Coût d'entrée

Coût global

Coût de sortie

Coût d'entrée

Coût global

Coût de sortie

1130 – Membres du Conseil d'Etat

108 921

141 758

123 550

97 267

129 131

111 116

1131 – Magistrats de l'ordre administratif

93 228

102 327

89 434

83 511

91 140

79 009

1135 – Catégorie A

59 883

59 393

63 855

51 955

52 786

54 662

1136 – Catégorie B

43 252

42 032

38 646

37 413

37 452

34 150

1137 – Catégorie C

33 077

33 790

32 565

28 467

29 345

28 754

 

Les coûts moyens d’entrée et de sortie sont susceptibles de faire apparaître des fluctuations significatives dues au nombre limité d’emplois du programme, aux modalités de recrutement ainsi qu’à l’exigence de mobilité qu’implique la carrière des membres du Conseil d’État et des magistrats administratifs. De plus, les entrées pour les agents de greffe, dont les postes sont soumis aux mouvements du ministère de l’intérieur, se rapportent en partie à des personnels dont la carrière est plus avancée que les personnes concernées par les sorties.

 

Mesures catégorielles

Catégorie ou intitulé de la mesure

ETP
concernés

Catégories

Corps

Date d’entrée
en vigueur
de la mesure

Nombre
de mois
d’incidence
sur 2023

Coût

Coût
en année
pleine

Mesures statutaires

1 676 646

3 199 474

Mesure de revalorisation indiciaire des catégorie B

B

Secrétaires administratifs

01-2023

12

20 987

20 987

Mesures B et C

B, C

Secrétaires administratifs, adjoints administratifs et techniques

01-2023

12

94 431

94 431

Fin du contingentement des premiers conseillers de l'accès à l'indice HE B Bis (PC 8)

10

Magistrats administratifs

Magistrats administratifs

01-2023

12

38 400

38 400

Modification de la grille des membres du Conseil d'Etat

221

Membres du Conseil d'Etat

Membres du Conseil d'Etat

07-2023

6

317 957

635 914

Modification de la grille des magistrats administratifs

1 287

Magistrats administratifs

Magistrats administratifs

07-2023

6

1 204 871

2 409 742

Mesures indemnitaires

670 806

670 806

Revalorisation des auditeurs du Conseil d'Etat

15

Membres du Conseil d'Etat

Membres du Conseil d'Etat

01-2023

12

200 000

200 000

Revalorisation de l'IFSE des agents du Conseil d'Etat et de la Cour nationale du droit d'asile

227

A

Attachés d'administration de l'Etat

01-2023

12

300 000

300 000

Campagne de réexamen de l'IFSE

280

A, B, C

Attachés d'administration de l'Etat, secrétaires administratifs, adjoints administratifs et techniques

01-2023

12

170 806

170 806

Total

2 347 452

3 870 280

 

Les mesures catégorielles ont représenté un montant de 2 347 451 € en 2023. L’écart par rapport à la prévision du PAP (589 206 €) est dû aux mesures intégrées en gestion, notamment la revalorisation statutaire des magistrats administratifs et des membres du Conseil d’État.

 

   Action sociale - hors titre 2

Type de dépenses

Effectif concerné
(ETP)

Réalisation
Titre 3

Réalisation
Titre 5

Total

Restauration

3 752

1 119 235

 

1 119 235

Logement

9

101 200

 

101 200

Famille, vacances

21

16 912

 

16 912

Mutuelles, associations

1 720

17 391

 

17 391

Prévention / secours

40

79 716

 

79 716

Autres

2 514

111 872

 

111 872

Total

1 446 326

 

1 446 326

 

Les crédits de l’action sociale en faveur des membres et agents du Conseil d’État, des agents de la Cour nationale du droit d’asile et des membres du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel se sont élevés, pour 2023 à 1 446 326 €.

 

Le programme « Conseil d’État et autres juridictions administratives » ne comprend pas les crédits de l’action sociale en faveur des agents de greffe des tribunaux et cours administratives d’appel, qui relèvent statutairement du ministère de l’intérieur. Les dotations relatives à cette action sont inscrites au budget du ministère de l’intérieur.

 

La ligne « Autres » correspond aux dépenses d’action médicale et sociale (frais de gestion pôle emploi, produits pharmaceutiques et vaccins, prothèses et matériels pour agents handicapés, honoraires médecin, chèques cadeaux de Noël, aides aux études, frais de fonctionnement de la Fondation d’Aguesseau).

 

Coûts synthétiques

   Indicateurs immobiliers

Nature

Repère

Libellé

Unité

Administration centrale

Services déconcentrés

Total

Surface

1

SUB du parc

25 945

130 110

156 055

2

SUN du parc

17 908

76 677

94 585

3

SUB du parc domanial

15 321

61 808

77 129

Occupation

4

Ratio SUN / Poste de travail

m² / PT

28 %

22 %

23 %

5

Coût de l’entretien courant

737 846

409 158

1 147 004

6

Ratio entretien courant / SUB

€ / m²

28,44 %

3,14 %

7,35 %

Entretien
lourd

7

Coût de l’entretien lourd *
(parc domanial et quasi propriété)

AE

793 563

AE

5 931 760

AE

6 725 323

CP

925 218

CP

4 854 825

CP

5 780 043

8

Ratio entretien lourd * / SUB
(parc domanial et quasi-propriété)

€ / m²

AE

31

AE

46

AE

43

CP

36

CP

37

CP

37

 

« y compris les crédits d’entretien lourd financés sur le BOP ministériel du CAS « Gestion du patrimoine immobilier de l’État »

 

Les coûts de l’entretien courant et lourd sont en hausse par rapport à 2022 en raison d’un besoin accru en travaux d’entretien, de rénovation et de mise aux normes des bâtiments de la juridiction administrative.

 

L’année 2023 a été marquée par la poursuite des études de conception et les travaux de curage et démolition pour le relogement de la CNDA et du tribunal administratif de Montreuil. Les travaux de restructuration du tribunal administratif de Paris (phase 3) ont été réceptionnés. Les travaux de réorganisation des espaces recevant du public du tribunal administratif d’Amiens et ceux de réfection de l’étanchéité des façades et de la toiture du tribunal administratif de Caen se sont poursuis. Les travaux de réfection des façades de la cour administrative d’appel de Douai ont débuté. Pour le relogement du tribunal administratif de Guyane, la consultation pour l’élaboration des offres finales a été lancée.

 

Pour l’administration centrale, le début des travaux de l’opération de la phase 2 de mise en sécurité du Palais-Royal, comportant notamment l’aménagement du poste central de sécurité au rez-de-chaussée de l’aile Colette, a été lancé et les études de programmation pour la phase 3 lancées. L’appel d’offres du marché global de performance pour le relogement sur le site Voltaire des services du Conseil d’État implantés sur le site de Richelieu a été lancé, avec la réception des offres initiales.

 

Pour les services déconcentrés : les travaux de la dernière phase de restructuration et réaménagement du tribunal administratif de Limoges ont été réceptionnés. Les travaux de mise en accessibilité du palais des juridictions administratives de Lyon ont débuté. Les études de maîtrise d’œuvre concernant l’opération de réhabilitation énergétique du tribunal administratif de Cergy-Pontoise et l’opération de rénovation des installations de chauffage et ventilation et de réhabilitation thermique de l’immeuble du palais des juridictions administratives de Lyon ont été engagées.

 

 

 

   Ratio d'efficience bureautique

 

Ratio d’efficience bureautique

Réalisation 2022

Prévision 2023

Réalisation 2023

Coût bureautique en euros par poste

1 082

845

1 055

Nombre de postes

4 450

4 350

4 360

 

L’effort se concentre sur un ensemble coût du matériel et contrôle de la consommation énergétique pour les prochaines années

 

 

Dépenses pluriannuelles

Suivi des crédits de paiement associés à la consommation
des autorisations d'engagement (hors titre 2)

 

AE 2023

 

CP 2023

 

 

 

AE ouvertes en 2023 *
(E1)

186 049 394

 

CP ouverts en 2023 *
(P1)

114 485 921

 

 

 

AE engagées en 2023
(E2)

115 370 308

 

CP consommés en 2023
(P2)

100 491 110

 

 

AE affectées
non engagées
au 31/12/2023
(E3)

52 319 618

 

dont CP consommés en
2023 sur engagements
antérieurs à 2023

(P3 = P2 – P4)

52 708 672

 

 

AE non affectées
non engagées
au 31/12/2023
(E4 = E1 – E2 – E3)

18 359 468

 

dont CP consommés
en 2023 sur
engagements 2023

(P4)

47 782 438

 

Restes à payer

Engagements ≤ 2022 non
couverts par des paiements
au 31/12/2022 brut
(R1)

204 568 264

 

Travaux de fin de gestion
postérieurs au RAP 2022
(R2)

13 917

 

Engagements ≤ 2022 non
couverts par des paiements
au 31/12/2022 net

(R3 = R1 + R2)

204 582 181



CP consommés en 2023
sur engagements
antérieurs à 2023
(P3 = P2 – P4)

52 708 672



=

Engagements ≤ 2022 non
couverts par des paiements
au 31/12/2023
(R4 = R3 – P3)

151 873 509

 

 

AE engagées en 2023


(E2)

115 370 308



CP consommés en 2023
sur engagements 2023

(P4)

47 782 438



=

Engagements 2023 non
couverts par des paiements
au 31/12/2023
(R5 = E2 – P4)

67 587 871

 

 

Engagements non couverts
par des paiements
au 31/12/2023

(R6 = R4 + R5)

219 461 379

 

 

Estimation des CP 2024
sur engagements non
couverts au 31/12/2023
(P5)

78 904 113


 
 
NB : les montants ci-dessus correspondent uniquement aux crédits hors titre 2
 
 

* LFI 2023 + reports 2022 + mouvements réglementaires + FdC + AdP + fongibilité asymétrique + LFR

Estimation du montant
maximal des CP
nécessaires après 2024
pour couvrir les
engagements non
couverts au 31/12/2023
(P6 = R6 – P5)

140 557 266

 

Le montant des engagements non soldés au 31/12/2023 s’élève à 219,5 M€. Il correspond :

  • pour les dépenses de l’occupant, aux AE couvrant la durée ferme des baux en cours, soit 89,3 M€, et aux restes à payer sur les engagements en matière de services au bâtiment, soit 10,8 M€ ;

  • pour les dépenses du propriétaire, aux marchés pluriannuels passés dans le cadre des opérations immobilières relatives au Palais Royal et aux bâtiments occupés par les juridictions administratives, soit 96,8 M€ ;

  • pour l’informatique, aux restes à payer sur les marchés et contrats de maintien de l’existant et de modernisation, soit 11,6 M€ ;

  • pour le fonctionnement courant, aux restes à payer sur les engagements juridiques répondant à des besoins récurrents, soit 4,3 M€ ;

  • pour les frais de justice, au report des engagements non soldés relatifs aux prestations d’interprétariat, soit 6,7 M€

 

Justification par action

ACTION

01 – Fonction juridictionnelle : Conseil d'État

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

01 – Fonction juridictionnelle : Conseil d'État

31 866 112
32 471 841

 
810

31 866 112
32 472 651

31 866 112
32 471 841

 
810

31 866 112
32 472 651

 

L’action 1 recouvre l’ensemble de l’activité contentieuse du Conseil d’État, qui est l’échelon suprême de la juridiction administrative, chargé de juger les litiges entre les particuliers et l’administration.


Le Conseil d’État est le juge de cassation des arrêts des cours administratives d’appel, des jugements des tribunaux administratifs insusceptibles d’appel et des décisions des juridictions administratives spécialisées.


Il peut aussi être juge en premier et dernier ressort des affaires dont la nature ou l’importance justifie qu’il soit dérogé à la compétence naturelle du juge de première instance et au principe de double juridiction. Ces compétences en premier et dernier ressort ont été recentrées par le décret du 22 février 2010. Le Conseil d’État est notamment compétent en premier et dernier ressort pour connaître des recours dirigés contre certains actes tels que les ordonnances du Président de la République et les décrets, contre les actes réglementaires des ministres et des autres autorités à compétence nationale, contre les circulaires et instructions de portée générale des mêmes autorités. Il est également compétent en premier et dernier ressort pour les litiges relatifs au recrutement, à la discipline et à la fin de fonctions des agents publics nommés par décret du Président de la République ainsi que pour le contentieux des élections européennes et régionales.


Par ailleurs, il est compétent en appel pour connaître du contentieux des élections municipales et cantonales et des questions préjudicielles, notamment sur l’appréciation de la légalité d’actes administratifs, posées par les juridictions judiciaires.


Depuis l’entrée en vigueur le 1er janvier 2001 de la loi n° 2000-597 du 30 juin 2000 relative aux référés devant les juridictions administratives, le président de la section du contentieux et les conseillers d’État qu’il désigne à cet effet sont juges des référés.


La section du contentieux du Conseil d’État est chargée de mettre en œuvre l’action juridictionnelle du Conseil d’État. Elle comprend dix chambres, un secrétariat du contentieux et un secrétariat du bureau d’aide juridictionnelle et du tribunal des conflits. Elle dispose par ailleurs, pour l’aider dans sa tâche, d’un centre de recherches et de diffusion juridiques.


Le président de la section du contentieux fixe, en liaison avec le vice-président du Conseil d’État, les objectifs à court et moyen terme de l’action juridictionnelle du Conseil d’État. Il contrôle la réalisation de ces objectifs, grâce au suivi d’indicateurs de résultats préalablement définis.

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

31 866 112

32 471 841

31 866 112

32 471 841

Rémunérations d’activité

20 554 889

22 036 744

20 554 889

22 036 744

Cotisations et contributions sociales

11 135 361

10 267 353

11 135 361

10 267 353

Prestations sociales et allocations diverses

175 862

167 744

175 862

167 744

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

 

810

 

810

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

810

 

810

Total

31 866 112

32 472 651

31 866 112

32 472 651

 

En 2023, 219 ETPT ont été affectés à cette action, soit 128 membres du Conseil d’État et 91 agents et assistants de justice.

 

La consommation des crédits est supérieure à la prévision en raison de l’impact des mesures de revalorisation salariale et de coûts d’entrée-sortie plus élevés que prévus.

 

ACTION

02 – Fonction juridictionnelle : Cours administratives d'appel

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

02 – Fonction juridictionnelle : Cours administratives d'appel

59 606 950
55 675 098

 
18

59 606 950
55 675 116

59 606 950
55 675 098

 
18

59 606 950
55 675 116

 

L’action 2 recouvre l’ensemble de l’activité contentieuse des cours administratives d’appel.


Les cours administratives d’appel ont été créées par la loi du 31 décembre 1987 portant réforme du contentieux administratif.


Elles sont devenues les juges d’appel de droit commun des tribunaux administratifs, à l’exception, notamment, du contentieux des élections municipales et cantonales et des questions préjudicielles des juridictions judiciaires, qui relèvent du Conseil d’État en appel.


Il existe actuellement neuf cours administratives d’appel (Bordeaux, Douai, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Paris, Toulouse et Versailles).


Les cours administratives d’appel sont organisées et se prononcent conformément aux dispositions du code de justice administrative.


Elles sont présidées par un conseiller d’État et sont composées de présidents de chambre, d’assesseurs, de premiers conseillers et de conseillers qui exercent les fonctions de rapporteur ou de rapporteur public.


Les magistrats sont assistés par des agents de greffe qui assurent notamment la transmission des mémoires et pièces entre les parties et la notification des décisions rendues.

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

59 606 950

55 675 098

59 606 950

55 675 098

Rémunérations d’activité

38 433 621

35 730 251

38 433 621

35 730 251

Cotisations et contributions sociales

20 844 135

19 515 490

20 844 135

19 515 490

Prestations sociales et allocations diverses

329 194

429 357

329 194

429 357

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

 

18

 

18

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

18

 

18

Total

59 606 950

55 675 116

59 606 950

55 675 116

 

En 2023, 554 ETPT ont été affectés à cette fonction, soit 291 agents de greffe et assistants de justice, 259 magistrats administratifs et 5 membres du Conseil d’État (les 9 présidents des cours administratives d’appel participent à la fonction juridictionnelle pour moitié de leur temps et à la fonction soutien pour l’autre moitié).

 

La consommation des crédits est inférieure à la prévision, essentiellement en raison d’une sous-consommation d’ ETPT de magistrats affectés à cette action.

 

ACTION

03 – Fonction juridictionnelle : Tribunaux administratifs

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

03 – Fonction juridictionnelle : Tribunaux administratifs

189 628 980
195 093 309

 
0

189 628 980
195 093 309

189 628 980
195 093 309

 
 

189 628 980
195 093 309

 

L’action 3 recouvre l’ensemble de l’activité contentieuse des tribunaux administratifs.

 

Les tribunaux administratifs ont été créés en 1953. Ils sont depuis cette date les juges administratifs de droit commun en premier ressort des litiges administratifs.

 

Il existe 42 tribunaux, dont 31 en France métropolitaine (Amiens, Bastia, Besançon, Bordeaux, Caen, Cergy-Pontoise, Châlons-en-Champagne, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Lille, Limoges, Lyon, Marseille, Melun, Montpellier, Montreuil, Nancy, Nantes, Nice, Nîmes, Orléans, Paris, Pau, Poitiers, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulon, Toulouse, Versailles), auxquels s’ajoutent 11 tribunaux administratifs d’outre-mer (Guyane, Martinique, La Réunion, Nouvelle Calédonie, Guadeloupe, Saint-Pierre-et-Miquelon, Polynésie française, Mayotte, Wallis et Futuna, Saint-Barthélemy et Saint-Martin). Ils ont succédé, avec de profonds changements, aux conseils de préfecture qui avaient été créés dans chaque département par la loi du 28 pluviôse an VIII.

 

Les tribunaux administratifs sont organisés et se prononcent conformément aux dispositions du code de justice administrative.

 

Ils sont composés d’un président, de présidents de chambre, de premiers conseillers et de conseillers qui exercent les fonctions de rapporteur ou de rapporteur public. Les magistrats sont assistés par des agents de greffe qui assurent notamment la transmission des mémoires et pièces entre les parties et la notification des décisions rendues.

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

189 628 980

195 093 309

189 628 980

195 093 309

Rémunérations d’activité

122 269 774

125 021 448

122 269 774

125 021 448

Cotisations et contributions sociales

66 311 933

68 532 461

66 311 933

68 532 461

Prestations sociales et allocations diverses

1 047 273

1 539 400

1 047 273

1 539 400

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

 

0

 

 

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

 

0

 

 

Total

189 628 980

195 093 309

189 628 980

195 093 309

 

En 2023, 1 969 ETPT ont été affectés à cette action, soit 915 magistrats administratifs et 1 054 agents de greffe et assistants de justice.


La consommation des ETPT est légèrement supérieure à la prévision et s’explique essentiellement par des entrées plus précoces au sein des magistrats et des agents de greffe. La consommation des crédits est supérieure à la prévision en raison de cette consommation supérieure d’ ETPT, de l’impact des mesures de revalorisation salariale et de coûts d’entrée-sortie plus élevés que prévus.



 

ACTION

04 – Fonction consultative

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

04 – Fonction consultative

16 760 013
15 616 965

 
 

16 760 013
15 616 965

16 760 013
15 616 965

 
 

16 760 013
15 616 965

 

L’action 4 recouvre l’ensemble de l’activité consultative du Conseil d’État, des cours administratives d’appel et des tribunaux administratifs.

 

Le Conseil d’État est conseiller du Gouvernement. Il examine les projets de loi et d’ordonnance, avant que ceux-ci ne soient soumis au Conseil des ministres, ainsi que les projets de décrets en Conseil d’État. Il émet un avis sur la régularité juridique des textes, sur leur forme et sur leur opportunité administrative. Sauf exceptions, le Gouvernement n’est pas tenu de suivre l’avis du Conseil d’État, mais il ne peut retenir que le texte adopté par le Conseil d’État ou le projet qui lui a été soumis. Le Conseil d’État peut, par ailleurs, être consulté par le Gouvernement sur toute question ou difficulté d’ordre juridique ou administratif.

 

L’activité consultative du Conseil d’État a été notablement renforcée par les dispositions issues de la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, qui permettent au président d’une assemblée parlementaire de soumettre pour avis au Conseil d’État, avant son examen en commission, une proposition de loi déposée par l’un des membres de cette assemblée.

 

L’action consultative du Conseil d’État relève de cinq sections administratives : la section de l’intérieur, la section des finances, la section des travaux publics, la section sociale et la section de l’administration, qui a été créée par le décret n° 2008-225 du 6 mars 2008. Les affaires sont réparties entre ces cinq sections, conformément aux dispositions d’un arrêté du Premier ministre et du garde des sceaux, ministre de la justice, pris sur proposition du vice-président du Conseil d’État.

 

Les textes les plus importants, notamment la plupart des projets de loi et des projets d’ordonnance (ainsi que les propositions de loi), sont soumis à l’assemblée générale, après avoir été examinés par la section compétente. Enfin, les affaires urgentes sont soumises à la commission permanente.

 

Les cours administratives d’appel et les tribunaux administratifs sont également investis d’une fonction consultative. Ils peuvent, en effet, être saisis de demandes d’avis par les préfets.

 

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

16 760 013

15 616 965

16 760 013

15 616 965

Rémunérations d’activité

10 806 592

10 641 171

10 806 592

10 641 171

Cotisations et contributions sociales

5 860 860

4 912 986

5 860 860

4 912 986

Prestations sociales et allocations diverses

92 561

62 808

92 561

62 808

Total

16 760 013

15 616 965

16 760 013

15 616 965

 

En 2023 95 ETPT ont été affectés à cette action, soit 28 agents, 67 membres du Conseil d’État et un magistrat

 

La consommation des crédits est inférieure à la prévision, en raison d’une légère sous consommation d’ ETPT des membres.

 

ACTION

05 – Fonction études, expertise et services rendus aux administrations de l'État et des collectivités

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

05 – Fonction études, expertise et services rendus aux administrations de l'État et des collectivités

12 708 723
12 592 601

 
 

12 708 723
12 592 601

12 708 723
12 592 601

 
 

12 708 723
12 592 601

 

Cette fonction regroupe plusieurs missions dont peuvent être chargés les membres des juridictions administratives du fait de leur expertise en matière juridique et administrative et, plus globalement, de l’ensemble des problématiques liées à la gestion publique.

 

La fonction « études » est exercée par la section du rapport et des études du Conseil d’État qui réalise le rapport annuel du Conseil d’État ainsi que diverses études à la demande du Gouvernement.

 

La fonction « expertise » est exercée par les membres du Conseil d’État et les magistrats des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel qui sont mis à disposition des cabinets ministériels, des institutions européennes, des assemblées parlementaires nationales ou des États étrangers.

 

La fonction « services rendus aux administrations de l’État et des collectivités » est exercée par :

 

• les membres du Conseil d’État et les magistrats des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel qui participent à diverses commissions administratives et juridictions spécialisées. Parmi ces magistrats, 10 sont plus particulièrement affectés aux chambres de discipline des différentes professions de santé, dont les dispositions législatives ont confié la présidence à un magistrat administratif ;

 

• les magistrats et agents de greffe des tribunaux administratifs qui assurent la désignation des commissaires enquêteurs et la taxation de leurs frais.

 

Cette action comprend également les tribunaux interrégionaux de la tarification sanitaire et sociale et la Cour nationale de la tarification sanitaire et sociale rattachés à la gestion de la juridiction administrative depuis le 1er avril 2012.

 

Elle intègre enfin les magistrats administratifs affectés à la commission du contentieux du stationnement payant (CCSP).

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

12 708 723

12 592 601

12 708 723

12 592 601

Rémunérations d’activité

8 194 384

8 272 758

8 194 384

8 272 758

Cotisations et contributions sociales

4 444 152

4 246 476

4 444 152

4 246 476

Prestations sociales et allocations diverses

70 187

73 366

70 187

73 366

Total

12 708 723

12 592 601

12 708 723

12 592 601

 

En 2023, 103 ETPT ont été affectés à cette action, soit 18 membres du Conseil d’État, ainsi que 44 magistrats, 27 agents de greffe et 14 agents du Conseil d’État et de la CNDA.



 

ACTION

06 – Soutien

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

06 – Soutien

48 123 806
46 864 849

205 406 828
115 369 480

253 530 634
162 234 330

48 123 806
46 864 849

118 539 368
100 490 282

166 663 174
147 355 131

 

L’action 6 comprend les dépenses de personnel non affectées directement à une autre action, ainsi que l’ensemble des dépenses hors titre 2 exposées pour le programme au titre des fonctions support (fonctionnement courant, immobilier, informatique, formation, etc.). Elle comprend les 2 sous actions suivantes : 06-01 « frais de justice » et 06-02 « soutien (hors frais de justice) ».

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

48 123 806

46 864 849

48 123 806

46 864 849

Rémunérations d’activité

31 029 470

29 868 544

31 029 470

29 868 544

Cotisations et contributions sociales

16 828 560

16 257 015

16 828 560

16 257 015

Prestations sociales et allocations diverses

265 776

739 290

265 776

739 290

Titre 3 : Dépenses de fonctionnement

153 391 978

103 787 578

82 082 895

73 149 753

Dépenses de fonctionnement autres que celles de personnel

153 391 978

103 787 578

82 082 895

73 149 753

Titre 5 : Dépenses d’investissement

52 014 850

11 580 152

36 456 473

27 338 779

Dépenses pour immobilisations corporelles de l’État

47 776 570

6 136 840

30 780 393

21 956 238

Dépenses pour immobilisations incorporelles de l’État

4 238 280

5 443 313

5 676 080

5 382 541

Titre 7 : Dépenses d’opérations financières

 

1 750

 

1 750

Prêts et avances

 

1 750

 

1 750

Total

253 530 634

162 234 330

166 663 174

147 355 131

 

En 2023, 665 ETPT ont été affectés à l’action soutien, soit 13 membres du Conseil d’État, 23 magistrats administratifs, 285 agents du Conseil d’État et de la CNDA ainsi que 344 agents de greffe, répartis comme suit :


Les effectifs du Conseil d’État et de la CNDA classés en action « soutien »


Le vice-président, le secrétaire général, les secrétaires générales adjointes, la cheffe de la mission d’inspection des juridictions administratives et les responsables du centre de documentation du Conseil d’État, ainsi que le président de la CNDA pour la moitié de son temps, soit 8 ETPT de membres du Conseil d’État.


Les agents des services administratifs et des services gestionnaires du Conseil d’État (les services du secrétariat général, le cabinet, la direction de la prospective et des finances, la direction des ressources humaines, la direction de l’équipement, la direction des systèmes d’information, la direction de la bibliothèque et des archives, la direction de la communication et le centre de formation de la juridiction administrative), soit 285 ETPT d’agents du Conseil d’État.


Les effectifs des cours administratives d’appel et des tribunaux administratifs classés en action « soutien »


Les 9 conseillers d’État présidents des cours administratives d’appel participent à la fonction « soutien » de leur juridiction pour la moitié de leur temps (soit 4,5 ETPT).


Les présidents des tribunaux administratifs participent à la fonction « soutien » pour la moitié de leur temps. En outre, certains magistrats sont affectés au Conseil d’État pour remplir des missions au profit de l’ensemble des juridictions. Ce sont ainsi 23 ETPT de magistrats administratifs qui sont affectés à l’action « soutien ».


Dans chaque juridiction, le greffier en chef et le secrétaire du chef de juridiction sont affectés à la fonction « soutien » à hauteur de ½ ETPT chacun. Les agents chargés du budget, les correspondants informatiques, les documentalistes, les personnels d’accueil, les agents chargés de la maintenance et les conducteurs d’automobiles participent également à l’action « soutien ». Au total, ce sont 344 ETPT d’agents de greffe qui ont été affectés à l’action « soutien » en 2023.


DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT


L’écart d’exécution constaté sur cette action en AE, est lié essentiellement au renouvellement du bail du site Richelieu du Conseil d’État engagé pour 4 ans alors que le montant budgétisé en LFI 2023 a été calculé sur une durée de 6 ans.


La consommation de CP est inférieure à la prévision de 11 % en raison d’un décalage entre la programmation et l’exécution budgétaire des dépenses observées sur le fonctionnement courant, ainsi que sur certains projets informatiques et immobiliers relevant du titre 3.


Les frais de justice, exclusivement imputés sur la sous-action 06-01, sont essentiellement constitués des frais postaux, des dépenses d’interprétariat et des dépenses de consommables (papier). En 2023, le montant total de cette dépense est de 14,55 M€ en AE et 12,05 M€ en CP, répartis comme suit :


 En M€

 Juridiction

AE

CP

Conseil d’État

0,49

0,47

CNDA

9,73

7,29

Cours administratives d’appel

0,48

0,47

Tribunaux administratifs

3,85

3,82

TOTAL

14,55

12,05


Les dépenses de fonctionnement courant (hors frais de justice) sont imputées sur la sous-action 06-02. Elles résultent, d’une part, des frais directement engagés par chaque juridiction pour assurer son propre fonctionnement, et d’autre part, des crédits consommés par les services du secrétariat général du Conseil d’État pour l’ensemble du périmètre de la juridiction administrative (notamment dans les domaines des travaux d’entretien courant, de la documentation, des frais de déplacement, de la formation et de l’action sociale).


En 2023, ces dépenses représentent 89,24 M€ en AE et 61,10 M€ en CP répartis sur les activités suivantes :


 En M€

Unités de justification

AE

CP

Coût d’occupation

45,25

20,91

Informatique

16,34

13,40

Service au bâtiment

12,30

11,30

Fonctionnement courant

4,09

4,31

Travaux

4,12

4,08

Transport et déplacements

2,14

2,12

Formation

2,05

2,08

Action sociale et santé

2,03

2,07

Équipement

0,52

0,56

Organisation colloques et séminaires

0,39

0,27

TOTAL T3 HFJ

89,24

61,10


DÉPENSES D’INVESTISSEMENT


Les dépenses d’investissement affectées à la sous-action 06-02 regroupent les dépenses réalisées dans le cadre d’opérations immobilières, d’acquisition de biens mobiliers dont la valeur unitaire est supérieure à 10 000 €, ainsi que les dépenses d’investissement informatique réalisées par les services du secrétariat général du Conseil d’État pour le compte du Conseil d’État, de la Cour nationale du droit d’asile, des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel.


En 2023, les dépenses d’investissement ont ainsi financé les travaux immobiliers (5,61 M€ d’AE et 21,52 M€ de CP) et les systèmes d’information (5,92 M€ d’AE et 5,77 M€ de CP), et dans une proportion marginale des dépenses relatives aux services aux bâtiments, à l’équipement et aux transports (0,04 M€ en AE et CP).


Concernant les dépenses pour immobilisations corporelles, le niveau de consommation des crédits constaté en 2023 est inférieur à la prévision en AE (6,14 M€ consommés pour 47,78 M€ prévus en PAP 2023). Cet écart s’explique par le stock des AE affectées non engagées disponibles au 31 décembre 2023 (notamment 20,3 M€ affectés à l’opération de relogement des services du Conseil d’État). Ces AE étaient en effet prévues en ressource en PAP 2023 mais leur affectation n’est pas comptabilisée dans la consommation.


L’exécution en CP (21,96 M€) est inférieure à la prévision (30,78 M€ de CP en PAP 2023). Cette sous-consommation est due principalement à des décalages de calendrier dans la réalisation de certaines opérations immobilières.


S’agissant des dépenses pour immobilisations incorporelles, le niveau de consommation des crédits constaté en 2023 en AE est supérieur à la prévision (5,44 M€ consommés pour 4,24 M€ prévus en PAP 2023), en raison de la poursuite du projet de refonte du parc applicatif existant du domaine contentieux. La consommation en CP (5,38 M€) est stable au regard de la prévision (5,68 M€ en PAP 2023).

 

ACTION

07 – Cour nationale du droit d'asile

 

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Action / Sous-action

Prévision LFI y.c. FdC et AdP 
Réalisation 

Titre 2

Autres titres

Total

Titre 2

Autres titres

Total

07 – Cour nationale du droit d'asile

47 987 866
42 486 781

 
 

47 987 866
42 486 781

47 987 866
42 486 781

 
 

47 987 866
42 486 781

 

L’action 7 retrace l’activité de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA). Elle regroupe l’ensemble des crédits de rémunération des personnels affectés à la Cour, les crédits hors dépenses de personnel étant imputés sur l’action 6. La CNDA est une juridiction administrative unique, à caractère national, qui juge en premier et dernier ressort les décisions d’une seule autorité administrative : l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). La CNDA a compétence exclusive – c’est aussi son activité exclusive – pour juger les actes de cette administration, sous le contrôle de cassation du Conseil d’État.

 

La CNDA concentre la totalité du contentieux provoqué par les décisions de refus opposées par l’OFPRA aux demandeurs d’asile. Le taux de refus, ainsi que le taux très élevé de recours contre ces décisions de refus placent la juridiction directement dans le sillage des fluctuations d’activité de l’OFPRA et, d’une façon plus générale, du nombre d’étrangers demandeurs d’asile. Le niveau de l’activité juridictionnelle est donc essentiellement la conséquence, d’une part, du nombre de demandeurs d’asile qui se présentent en France (ce nombre est fluctuant, puisqu’il est fonction des événements géopolitiques qui se produisent dans le monde), et d’autre part, du rythme de l’activité de l’OFPRA.

 

La Cour a rejoint au 1er janvier 2009 l’espace commun au Conseil d’État, aux cours administratives d’appel et aux tribunaux administratifs, sa gestion étant reprise par le secrétariat général du Conseil d’État. Des changements organisationnels forts ont accompagné cette modification institutionnelle.

 

Les enjeux actuels de la Cour sont doubles :

 

• d’une part, la prise en compte des nouveaux délais légaux (5 semaines et 5 mois) sans dégradation de la qualité de l’instruction et ce dans un contexte d’augmentation du contentieux ;

 

• d’autre part, la poursuite du mouvement de modernisation (informatisation, dématérialisation) de son organisation afin notamment de faire face à l’augmentation du contentieux.

 

 

Éléments de la dépense par nature

 

Autorisations d'engagement

Crédits de paiement

Titre et catégorie

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP
 

Réalisation

Prévision LFI
y.c. FdC et AdP

Réalisation

Titre 2 : Dépenses de personnel

47 987 866

42 486 781

47 987 866

42 486 781

Rémunérations d’activité

30 941 819

27 740 334

30 941 819

27 740 334

Cotisations et contributions sociales

16 781 022

13 811 237

16 781 022

13 811 237

Prestations sociales et allocations diverses

265 025

935 209

265 025

935 209

Total

47 987 866

42 486 781

47 987 866

42 486 781

 

En 2023, 656 ETPT ont été affectés à cette action, dont 1 membre du Conseil d’État au titre de la présidence de la Cour, considérant que le président est affecté à l’action « soutien » pour la moitié de son temps, 27 magistrats administratifs ainsi que 628 agents (rapporteurs, secrétaires d’audience, etc.).


La réalisation est inférieure à la prévision et s’explique par l’impact des entrées et des sorties au sein des agents de la CNDA. La consommation des crédits est, par ailleurs, inférieure à la prévision en raison essentiellement de l’impact des coûts moyens d’entrée.