$@FwLOVariable(annee#2024)

$@FwLOVariable(numProg#131)

$@FwLOVariable(libelleProg#Création)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre#Opérateurs)

 

Opérateurs

Avertissement

Les états financiers des opérateurs (budget initial 2023 par destination pour tous les opérateurs, budget initial 2023 en comptabilité budgétaire pour les opérateurs soumis à la comptabilité budgétaire et budget initial 2023 en comptabilité générale pour les opérateurs non soumis à la comptabilité budgétaire) sont publiés sans commentaires dans le « jaune opérateurs » et les fichiers plats correspondants en open data sur le site « data.gouv.fr ».

 
 

OPÉRATEUR

AFR - Académie de France à Rome

 

Missions

 

Régi par le décret n° 2021-1229 du 25 septembre 2021, l’Académie de France à Rome (AFR) est un établissement public administratif dont l’objet est de concourir à la vitalité et au rayonnement de la scène artistique et littéraire contemporaine, française et étrangère.

 

A ce titre, l’établissement a pour mission de soutenir et promouvoir la création, d’accueillir des artistes, des auteurs et des chercheurs en résidence et de leur apporter un soutien pour le développement de leurs projets de création, de recherche ou d’expérimentation. Il contribue également au rayonnement des arts et de la culture à travers sa programmation artistique et culturelle ainsi qu’à la recherche en histoire de l’art, plus particulièrement pour la période s’étendant de la Renaissance à nos jours. Enfin, l’AFR est chargée de conserver, protéger et restaurer pour le compte de l’État, d’assurer l’étude scientifique, de présenter au public et de valoriser les biens culturels qui font partie des collections dont elle a la garde ainsi que le domaine qui est mis à sa disposition.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Sam Stourdzé, a été nommé directeur de l’AFR par décret du Président de la République en date du 1er septembre 2020. Les priorités de son action ont été formalisées par une lettre de mission du 3 mars 2021 et un contrat de performance adopté le 14 mars 2022 pour la période 2022-2025.

 

Marie-Cécile Sinzou a quant à elle été nommée présidente du conseil d’administration le 28 octobre 2021 pour un mandat de 3 ans.

 

Perspectives 2024

 

L’activité de résidence de l’AFR se poursuivra en 2024, avec une consolidation de l’effort financier consacré à cette mission et la poursuite du développement de nouveaux formats de résidences collectives. A ce titre, l’AFR accueillera notamment les jeunes diplômés des écoles nationales d’architecture lauréats du palmarès RESEDA en marge de son « Festival des cabanes ». Comme les années précédentes, 16 places de résidences annuelles seront par ailleurs attribuées, ainsi qu’une cinquantaine de résidences pluridisciplinaires allant de quelques semaines à plusieurs mois.

 

2024 verra aussi aboutir une évolution majeure du format du Festival ¡Viva Villa ! qui reposera désormais sur la coproduction de projets d’expositions ou de manifestations intégrant des artistes, chercheurs et créateurs issus des quatre résidences d’artistes françaises à l’étranger : la Villa Médicis, la Casa de Velázquez à Madrid, la Villa Kujoyama à Kyoto et pour la première fois la Villa Albertine aux États-Unis.

 

Cette année encore, l’Académie proposera deux grandes expositions au printemps et à l’automne, ainsi qu’une monstration estivale dédiée aux travaux des pensionnaires. 2024 verra également la tenue de la 3e édition de son « Festival des Cabanes » à l’été, la 4e édition du festival de cinéma de la Villa Médicis en septembre, et devrait reconduire sa participation automnale à la Nuit Blanche.

 

Enfin l’Académie poursuivra le développement de son programme pédagogique, la Résidence Pro, visant à valoriser le savoir-faire et les compétences de lycéens professionnels et agricoles spécialisés dans une filière d’excellence d’une région française, en donnant à plusieurs centaines de jeunes lycéens des filières professionnelles et agricoles l’opportunité de s’ouvrir au monde artistique et culturel français et italien en réalisant une résidence courte. En 2024 ce programme s’articulera notamment autour du thème « L’Habitat de demain : bien vivre ensemble et durablement ».


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P175 Patrimoines

855

855

855

855

Subvention pour charges de service public

0

0

0

0

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

855

855

855

855

P131 Création

5 386

5 386

5 536

5 536

Subvention pour charges de service public

4 958

4 958

5 008

5 008

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

428

428

528

528

Total

6 241

6 241

6 391

6 391


Le montant de la subvention pour charges de service public du programme 131 Création s’élève à 5 008 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +50 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public.

 

Sur ce même programme, la subvention pour charges d’investissement est quant à elle rehaussée de +100 k€ pour atteindre 528 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.

 

Sur le programme 175 Patrimoine, la subvention pour charges d’investissement est quant à elle reconduite à hauteur de 855 k€.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

47

47

  – sous plafond

47

47

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 47 ETPT.


OPÉRATEUR

Chaillot – Théâtre national de la Danse

 

Missions

 

Depuis la fondation du Théâtre National Populaire par Firmin Gémier en 1920, Chaillot accueille les artistes et les publics dans un lieu dont la dimension architecturale, historique et culturelle a construit un symbole : celui d’un théâtre au service de la création et des publics dans leur diversité. En 2000, le théâtre diversifie sa programmation en s’ouvrant à l’art chorégraphique pour devenir, en 2008, le premier Théâtre National « porteur d’un projet construit majoritairement autour et à partir de la danse » et prend en 2016 le nom de Chaillot, Théâtre national de la danse.

 

C’est de cette évolution dont rend compte la modification, en 2020, du décret statutaire n° 68-906 du 21 octobre 1968 portant création de l’établissement public industriel et commercial (EPIC). Ainsi, le décret n° 2020-1550 du 8 décembre 2020 assigne à Chaillot la mission de favoriser la création chorégraphique et théâtrale contemporaine, de présenter tout spectacle appartenant au répertoire classique et moderne, français et étranger, créer toute œuvre nouvelle favorisant l’accès aux valeurs culturelles du public le plus large et le plus diversifié, et organiser toute manifestation culturelle et artistique concourant à l’accomplissement de sa mission.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Le chorégraphe Rachid Ouramdane a été nommé directeur par décret du président de la République du 4 avril 2021. Son mandat de 5 ans s’inscrit dans les orientations de sa lettre de mission signée le 23 décembre 2021.

 

Un nouveau contrat d’objectifs et de performance fixe les grandes priorités pour la période 2023-2026.

 

Perspectives 2024

 

La saison 2023/2024 poursuivra la démarche d’ouverture du théâtre pour créer une « hospitalité du dedans et du dehors », bénéficiant à tous les publics. La programmation donne une place importante à la diversité des esthétiques, représentée par les neuf artistes associés à Chaillot, et intègre d’autres formes artistiques comme la musique ou le théâtre. L’établissement renforcera par ailleurs les « Chaillot expériences », ensemble d’événements programmés le week-end qui visent à créer un lien nouveau avec les spectateurs.

Le théâtre développera son action en direction de la jeunesse, grâce à une programmation dédiée au jeune public mise en place avec le Centre national de la danse, ainsi que par des dispositifs tels que les « Chaillot colos » qui visent à faire découvrir l’art chorégraphique à des adolescents d’origine modeste, durant les vacances scolaires.

L’établissement, partenaire du comité des Jeux olympiques et paralympiques 2024 et lieu d’accueil des délégations étrangères, concevra une programmation qui lie art et sport, dont un spectacle réalisé en partenariat avec le Ballet de l’Opéra national de Lyon et la Maîtrise de Radio France à Bondy qui sera présenté dans la cour du Louvre dans le cadre des Olympiades culturelles.

Les travaux de la salle Jean Vilar, fermée depuis janvier 2023, se poursuivront jusqu’en 2026. A ce titre, le théâtre a noué des partenariats avec des structures culturelles franciliennes pour diffuser des spectacles « hors les murs ». Il restera néanmoins ouvert durant toute la durée des travaux (diffusion de spectacles dans la salle Gémier) et disposera d’un outil modernisé et exemplaire pour l’accueil des artistes et du public à la réouverture de la salle Vilar.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

14 805

14 805

15 120

15 120

Subvention pour charges de service public

14 080

14 080

14 395

14 395

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

725

725

725

725

Total

14 805

14 805

15 120

15 120


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 14 395 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +315 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 215 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 100 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle reconduite à hauteur de 725 k€.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

137

137

  – sous plafond

137

137

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 137 ETPT.


OPÉRATEUR

CNAP - Centre national des arts plastiques

 

Missions

 

Institué par le décret n° 2015-463 du 23 avril 2015, le Centre national des arts plastiques (Cnap) est un établissement public administratif qui occupe un rôle déterminant pour le secteur des arts visuels.

 

Il a pour mission d’enrichir le fonds national d’art contemporain dont les origines remontent à 1791 et qui constitue, avec plus de 107 000 œuvres, l’une des plus importantes collections d’art actuel au monde. Il soutient et promeut la création artistique dans le champ des arts visuels et met ainsi en œuvre des dispositifs de soutien (aides et bourses) à destination des artistes et des professionnels du secteur. Il met par ailleurs en œuvre une politique dynamique de prêts et dépôts sur l’ensemble du territoire français et à l’international. Centre de ressource pour le public et les professionnels, le Cnap est aussi une plate-forme d’information sur l’art contemporain via son site internet et ses publications.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Béatrice Salmon a été nommée directrice de l’établissement en 2019 et a été renouvelée dans ses fonctions pour un second mandat de 3 ans par arrêté du Ministère de la Culture en date du 28 octobre 2022.

 

Le conseil d’administration du Cnap a été renouvelé par arrêté du ministre de la Culture du 7 mars 2022, qui en confie la présidence à l’artiste plasticien Fabrice Hybert.

 

Un cinquième contrat d’objectifs et de performance est en cours d’élaboration et devrait être adopté par le conseil d’administration courant 2023. Il déclinera les orientations de l’établissement fixées par le décret statutaire du 23 avril 2015 sur la période 2023-2026.

 

Perspectives 2024

 

En 2024, le Cnap déploiera un programme d’expositions temporaires visant à exploiter le fonds national dont il a la gestion. On peut citer l’exposition d’estampes « Les temps changent » à l’Artothèque de Caen, ou les expositions « Depuis les tribunes  » œuvres vidéo, et « Performance », commande publique photographique, présentées à Sérignan, Marseille et dans le réseau SNCF dans le cadre des Olympiades. Une exposition de design sera également proposée en Asie du sud-est. Le programme de déploiement dans l’espace public de 15 œuvres à protocole dans les collectivités locales de moins de 50 000 habitants se poursuivra également tout au long de l’année.

 

Commanditaire, pour le compte de l’État, d’un projet d’œuvre d’art en mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda, le Cnap procédera à la sélection des lauréats puis au choix de l’artiste en vue de la production de l’œuvre et de son inauguration au printemps 2025.

 

Enfin, l’action de l’établissement vis-à-vis du secteur professionnel aboutira à différents projets de valorisation. Le programme Suite 2024, initié en 2015 avec la Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques (ADAGP), se poursuivra avec des expositions d’artistes soutenus dans cinq lieux à travers la France et deux à l’étranger. Suite fêtera sa 10e édition, occasion d’organiser une journée dédiée qui réunira l’ensemble des participants engagés depuis sa création, soit près de 50 structures et 70 artistes. La revue « Graphisme en France » fêtera sa 30e édition par une programmation d’événements en lien avec les diffuseurs, éditeurs et écoles.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

11 014

11 014

11 264

11 264

Subvention pour charges de service public

8 464

8 464

8 714

8 714

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

2 550

2 550

2 550

2 550

Total

11 014

11 014

11 264

11 264


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 8 714 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +250 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 50 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 200 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle reconduite à hauteur de 2 550 k€.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

20

21

  – sous plafond

20

21

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

57

57

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

57

57

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, le nombre d’emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’élève à hauteur de 21 ETPT, soit +1 ETPT visant à soutenir la structuration du CNAP en faveur du champ professionnel. Il en va de même des emplois rémunérés par l’État qui s’établissent quant à eux à 57 ETPT.


OPÉRATEUR

CND - Centre national de la danse

 

Missions

 

Établissement public industriel et commercial régi par le décret n° 98-11 du 5 janvier 1998, le Centre national de la danse a pour mission d’entreprendre des activités consacrées au développement de la culture et de l’art chorégraphiques. A ce titre :

  • Il assure la formation de danseurs professionnels au métier de professeur de danse, participe à la formation professionnelle continue des enseignants et des artistes chorégraphiques, facilite leur insertion dans la vie professionnelle ;

  • Il favorise l’essor de la création et de la diffusion d’œuvres chorégraphiques ;

  • Il met en œuvre une programmation permettant la production, la coproduction ou l’accueil de spectacles, en partenariat avec les organismes qui contribuent à la réalisation de ces missions ;

  • Il s’efforce en particulier d’élargir le public des spectacles de danse ;

  • Il contribue à l’information et à la formation chorégraphiques du public et des professionnels ;

  • Il participe au développement de la recherche dans le domaine de la danse et contribue à la préservation du patrimoine chorégraphique par la conservation et l’enrichissement de ses collections. A cette fin, il assure l’étude, la présentation au public et la mise en valeur de ses collections et de celles dont il a la garde.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Catherine Tsekenis a pris ses fonctions de directrice générale en juillet 2019. Par décret du président de la République en date du 23 juin 2022, elle a été renouvelée pour un mandat de 3 ans et dispose d’une nouvelle lettre de mission, rédigée en 2022. L’établissement reste placé sous la présidence de Rémi Babinet jusqu’au 25 décembre 2023.

 

L’action du CND s’inscrit dans le contrat d’objectifs et de performance conclu pour la période 2022-2024 et approuvé lors du conseil d’administration du 26 novembre 2021.

 

Perspectives 2024

 

Durant la saison 2023/2024, le CND poursuivra son travail de formation des professionnels de la danse et de diffusion de l’art chorégraphique auprès d’un large public. La restructuration du Département Transmission et Métiers contribue à renouveler les outils mis à la disposition des professionnels, en incluant de nouvelles réflexions sur la santé du danseur, le développement durable ou encore la lutte contre les violences et le harcèlement sexuels et sexistes.

 

Les initiatives portées par le CND feront l’objet d’un développement et d’une inscription territoriale plus forte en 2024. « 1 km de danse » connaîtra un déploiement dans plusieurs villes du territoire national en mai 2024 (La Rochelle, Sète et Château-Thierry sont prévues). Le programme ELAN, école de l’égalité des chances en danse ouverte à de jeunes danseurs de 15 à 19 ans, sélectionnés en fonction de critères sociaux-économiques sera étendu à Lyon. Le dispositif EAC « Constellation » sera transmis à une dizaine de structures culturelles du territoire pour faire bénéficier des classes scolaires de rencontres, d’ateliers et de spectacles de danse.

 

Le CND poursuivra le développement d’un « Double numérique », portail en ligne qui donne accès et valorise l’ensemble des ressources disponibles au sein de l’établissement et en accroit la visibilité. Le déploiement de cette plateforme est réalisé par briques successives dont l’une d’entre elles est la création du magazine CND.Mag.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

9 930

9 930

10 230

10 230

Subvention pour charges de service public

9 500

9 500

9 700

9 700

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

430

430

530

530

Total

9 930

9 930

10 230

10 230


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 9 700 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +200 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 100 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 100 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle rehaussée de +100 k€ pour atteindre 530 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

99

99

  – sous plafond

99

99

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 99 ETPT.


OPÉRATEUR

Comédie Française

 

Missions

 

Régie par le décret n° 95-356 du 1er avril 1995, la Comédie-Française est un établissement public à caractère industriel et commercial dont la mission principale est de représenter les pièces de son répertoire et d’en assurer le rayonnement national et international.

 

Ce dernier est constitué des pièces françaises et étrangères, anciennes et contemporaines, qui sont reçues, étudiées et validées par un comité de lecture en vue de leur entrée au répertoire de la salle Richelieu. Pour le faire vivre, l’établissement assure, sous l’autorité d’un administrateur général, la continuité d’une troupe de comédiens qui comprend les sociétaires réunis dans la Société des Comédiens-Français, des pensionnaires et des élèves stagiaires.

 

La Comédie-Française dispose en permanence d’une scène sise salle Richelieu, place Colette à Paris, où les spectacles sont présentés en alternance. Elle peut également exercer son activité sur d’autres scènes parisiennes appartenant à l’État, et dispose à titre permanent du Théâtre du Vieux-Colombier et du Studio-Théâtre, constitués en sociétés filiales, où peuvent se jouer des œuvres hors répertoire. La Comédie-Française devant faire rayonner les pièces de son répertoire, il lui appartient donc par ailleurs d’organiser des tournées en France et à l’étranger.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Éric Ruf a été nommé pour un premier mandat d’administrateur général de la Comédie-Française le 16 juillet 2014 sur proposition de la ministre de la Culture. Son mandat a été renouvelé une première fois pour trois ans par décret du président de la République du 24 juillet 2019, puis pour un dernier mandat le 20 juillet 2022.

 

Perspectives 2024

 

Forte de ses 12 créations (4 en salle Richelieu, 4 au théâtre du Vieux-Colombier et 4 au Studio-Théâtre), de 9 reprises (7 en salle Richelieu, 1 au théâtre du Vieux-Colombier et 1 au Studio-Théâtre) et de 8 spectacles en tournée, la programmation 2024 de la Comédie-Française s’annonce riche et ambitieuse. Elle mettra notamment en avant de jeunes créatrices (Sandrine Nicolas, Justine Heynemann, Lorraine de Sagazan, Silvia Costa, Laëtitia Guédon) afin de garantir une plus grande place pour les femmes dans les équipes artistiques.

 

Après le succès public et critique de la troupe à l’édition 2023 du Festival d’Aix, la Comédie-Française renouera avec les grands festivals d’été. Ainsi, après 8 ans d’absence à Avignon, elle participera à la création que Tiago Rodrigues présentera dans la Cour d’honneur autour de la figure d’Hécube.

 

L’établissement prendra également part à l’Olympiade culturelle qui se tiendra en amont des Jeux de Paris. Quatre événements labellisés par Paris 2024 seront ainsi organisés avec des théâtres à la table, des lectures de textes littéraires autour du sport ou mettant en présence des comédiens et des sportifs de haut niveau.

 

Enfin, l’année 2024 doit permettre de mener à bien la rénovation des ateliers de construction des décors à Sarcelles et, plus généralement, un vaste programme d’investissement visant l’amélioration de l’efficacité énergétique et la modernisation du théâtre.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

26 510

26 510

27 160

27 160

Subvention pour charges de service public

25 954

25 954

26 454

26 454

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

556

556

706

706

Total

26 510

26 510

27 160

27 160


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 26 454 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +500 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public.

 

La dotation relative aux investissements est quant à elle rehaussée de +150 k€ pour atteindre 706 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

399

399

  – sous plafond

399

399

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 399 ETPT.


OPÉRATEUR

Ensemble intercontemporain

 

Missions

 

Créé en 1976 par Pierre Boulez, l’Ensemble intercontemporain (EIC) est un ensemble constitué en association loi 1901 qui a pour objet de se consacrer à la diffusion de la musique des XXe et XXIe siècles, tant en France qu’à l’étranger.

 

A cet effet, l’Ensemble intercontemporain a pour mission de :

  • rechercher de nouvelles formes de manifestations musicales, permettant une meilleure diffusion et compréhension de la musique des XXe et XXIe siècles ;

  • participer à la formation du public ;

  • contribuer selon des modalités appropriées, à la formation des jeunes instrumentistes ;

  • développer une dimension expérimentale, notamment dans l’exploration des nouvelles techniques de jeu instrumental.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Olivier Leymarie a été nommé directeur général de l’association en décembre 2017. La présidence de l’association a quant à elle été confiée à Emma Lavigne, nommée en mai 2022.

 

Le quatrième contrat de performance de l’ensemble a été signé le 3 juin 2019 et couvre la période 2019-2022. Le cinquième contrat est en cours d’élaboration.

 

Perspectives 2024

 

Avec une cinquantaine de dates, 2024 marquera la première saison signée par Pierre Bleuse, nouveau directeur musical de l’ensemble.

Elle met à l’honneur des compositeurs du répertoire (Ligeti, Grisey, Varèse, Dufourt, Reich, Riley), des célébrités de la musique contemporaine (Levinas, Saariaho) ainsi que des jeunes créateurs et créatrices (Korsun, Avramidou). Des chefs d’orchestres illustres, qui entretiennent un lien fort avec l’Ensemble seront invités, à l’image de Peter Eötvös, ancien directeur musical de l’EIC, et des propositions plus décalées seront proposées comme celle de Patricia Kopatchinskaja, artiste de théâtre. Il s’agira également de proposer une écologie de la création, en favorisant la reprise d’œuvres au sein de plusieurs programmes, à l’instar de L’Ébranlement de Lévinas, créé en septembre 2023 à Musica et repris plusieurs fois en 2024.

Sur les actions culturelles et artistiques, les solistes de l’EIC assureront une forte présence auprès de la jeune génération d’interprètes et de créateurs (programme « side by side »), en lien avec ses partenaires historiques que sont le Conservatoire national de musique et de danse de Paris (CNSMDP), l’Ircam, et le Conservatoire à rayonnement régional de Paris. La mise-en-œuvre de « l’Artist diploma - création interprétation » avec le CNSMDP permettra notamment à 12 étudiants recrutés pour former l’ensemble Next de bénéficier de l’expertise des solistes de l’EIC sur l’interprétation des œuvres.

Enfin, il est à noter que 2024 constituera une année charnière pour la préparation des commémorations autour de Pierre Boulez, fondateur de l’Ensemble né en 1925.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

4 070

4 070

4 370

4 370

Subvention pour charges de service public

4 070

4 070

4 370

4 370

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

0

0

0

0

Total

4 070

4 070

4 370

4 370


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 4 370 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +300 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 100 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 200 k€ au titre d’une mesure nouvelle visant à sécuriser le développement du projet de l’établissement, notamment dans le contexte de hausse des prix.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

46

46

  – sous plafond

46

46

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 46 ETPT.


OPÉRATEUR

EPCCSL - Etablissement public Cité de la céramique - Sèvres et Limoges

 

Missions

 

La Cité de la Céramique - Sèvres et Limoges est un établissement public national à caractère administratif créé par le décret n° 2009-1643 du 24 décembre 2009. Il regroupe la Manufacture nationale de Sèvres et le Musée national de la céramique à Sèvres et, depuis le 1er mai 2012, le musée national Adrien Dubouché à Limoges. La réunion des trois institutions vise notamment à créer un pôle international de la céramique. L’établissement est polyvalent dans la mesure où il comprend à la fois une activité de production, de pérennisation de savoir-faire remarquables et deux musées nationaux.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

A l’issue du départ de Romane Sarfati en septembre 2022, l’établissement a été placé sous la direction intérimaire d’Irène Basilis. La présidence du conseil d’administration reste assurée par Catherine Mayenobe, renouvelée pour un second mandat le 6 mai 2022.

 

Le précédent contrat d’objectifs et de performance de l’établissement avait été validé par le conseil d’administration du 14 décembre 2018 et couvrait la période 2019-2021. Un avenant a été adopté en l’attente de la prise de fonction d’une nouvelle direction.

 

Perspectives 2024

 

En 2024, la Manufacture de Sèvres signera un projet pour les Jeux olympiques en partenariat avec l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSBA). Les deux établissements nationaux se proposent de travailler sur une nouvelle interprétation des trophées, qui sont destinés aux médaillés or français des Jeux. Des étudiants de dernière année ou de jeunes diplômés de l’ENSBA seront ainsi sollicités pour proposer une peinture sur le modèle du Vase de Blois, qui donnera lieu à une cuisson exceptionnelle, au sein de l’un des fours à bois de la Manufacture de Sèvres.

 

Pour la section commerciale de la manufacture, deux évènements sont attendus : une exposition autour de la collaboration de l’établissement avec Xavier Veilhant et une réédition de pièces phares des 30 ans de collaboration de la manufacture avec Éttore Sottsass.

 

Concernant l’École de Sèvres formant des apprentis de la manufacture, 4 postes ont été ouverts pour la promotion 2022-2024 et 6 pour la promotion 2023-2025. Cette action doit s’inscrire dans une dynamique plus globale de valorisation des métiers d’art initiée en mai 2023 par la stratégie nationale en faveur des métiers d’art. Portée conjointement par le ministère chargé de la culture et le ministère chargé de l’économie, ce plan vise à renforcer le soutien des pouvoirs publics autour de cinq grands axes : la jeunesse, la formation, les territoires, l’innovation et l’international.

 

Enfin, s’agissant des enjeux immobiliers, le ministère de la culture a conventionné l’OPPIC pour la conception de la nouvelle réserve abritant les moules en plâtre de la manufacture dit le « magot ». Un concours d’architecte doit être lancé fin 2023, avec désignation du lauréat au 1er semestre 2024.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

5 984

5 984

6 514

6 514

Subvention pour charges de service public

5 574

5 574

5 904

5 904

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

410

410

610

610

Total

5 984

5 984

6 514

6 514


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 5 904 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +330 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 130 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 200 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle rehaussée de +200 k€ pour atteindre 610 k€.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

45

45

  – sous plafond

45

45

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

194

194

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

194

194

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 45 ETPT. Il en va de même des emplois rémunérés par l’État qui s’établissent à 194 ETPT.


OPÉRATEUR

EPCMPP - Etablissement public de la Cité de la musique - Philharmonie de Paris

 

Missions

 

L’établissement public de la Cité de la musique – Philharmonie de Paris est un établissement public national à caractère industriel et commercial créé par fusion de l’association de préfiguration de la Philharmonie de Paris et de la Cité de la musique par décret n° 2015-1178 du 24 septembre 2015, modifié le 8 décembre 2020 suite à l’intégration de l’Orchestre de Paris.

 

L’établissement dans son projet global contribue au développement de la vie et de la pratique musicale et à la connaissance de la musique et de son patrimoine. Il œuvre, par une offre plurielle de manifestations musicales, à l’élargissement du public et à son renouvellement. Il soutient, dans leur diversité, les formations musicales qu’il accueille. Il concourt à l’information et à la formation musicale du public. Il participe aux échanges nationaux et internationaux dans le domaine de la musique.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Par décret du président de la République en date du 27 octobre 2021, Olivier Mantei a été nommé directeur général de l’établissement public. Un contrat d’objectifs et de performance couvrant la période 2023-2026, aligné sur le nouveau mandat d’Olivier Mantei et sur sa lettre de mission, a été présenté au conseil d’administration de juin 2023 et doit être signé à l’automne de la même année.

 

Présidente depuis 2016, Patricia Barbizet a été renouvelée pour un second mandat de personnalité qualifiée le 29 septembre 2021. Ayant dépassé la limite d’âge légal, elle assure l’intérim de ses propres fonctions.

 

Perspectives 2024

 

La première saison d’Olivier Mantei sera constituée de 430 levers de rideaux, notamment de nouveaux formats et des concerts dits « augmentés ». Elle inaugurera aussi une programmation dans les espaces publics non spécialisés, conformément au projet de la direction générale de faire de la Philharmonie un « nouveau lieu de vie » ouvert à tous les publics : projets en accès libre, vidéos projetées dans la Grotte, projet numérique d’oiseau créé à partir de téléphone portable, nouvelles déambulations, etc. Elle verra également le retour des grandes phalanges internationales : Concertgebouw d’Amsterdam, Philharmonie de Berlin, orchestres américains, etc.

La Philharmonie poursuit aussi ses actions éducatives au travers notamment du dispositif « Démos », qui atteindra une nouvelle phase de maturité : partage d’outils, de contenus pédagogiques, mise en œuvre de services d’ingénierie au profit des collectivités territoriales, etc. Le projet « Symfolia », initié et soutenu par l’association présidée par Kylian Mbappé, consistant en la construction d’un arbre monumental composé d’objets recyclés par 20 000 enfants, sera exposé à l’occasion des Jeux olympiques.

Le musée de la musique présentera une exposition sur le métal d’avril à septembre et entreprendra une rénovation de l’espace des musiques du monde pour créer davantage de transversalité avec les musiques occidentales.

La Philharmonie sera enfin pleinement engagée dans les enjeux sociétaux et environnementaux, avec la mise en place d’un bilan carbone pour mesurer l’empreinte de la saison artistique 2023/24 et envisager une adaptation de son activité.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

45 519

45 519

46 219

46 219

Subvention pour charges de service public

43 069

43 069

43 769

43 769

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

2 450

2 450

2 450

2 450

Total

45 519

45 519

46 219

46 219


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 43 769 k€ en AE=CP hors mise en réserve, soit une progression de +700 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle reconduite à hauteur de 2 450 k€ en AE=CP.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

489

506

  – sous plafond

489

506

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, le nombre d’emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’élève à 506 ETPT, soit +17 ETPT afin de permettre le maintien des équipes du projet Démos.


OPÉRATEUR

EPPGHV - Etablissement public du parc et de la grande halle de la Villette

 

Missions

 

L’établissement public du parc et de la grande halle de la Villette (EPPGHV) a pour mission d’animer, d’exploiter et de promouvoir l’ensemble culturel du parc de la Villette (décret modifié n° 93-96 du 25 janvier 1993). Établissement public national à caractère industriel et commercial, l’EPPGHV développe des activités artistiques dans tous les domaines de la création, culturelles, éducatives et sociales, ouvertes sur la ville. Il développe, en cohérence avec son action artistique, une activité commerciale en accueillant des événements à vocation éducative, culturelle et de loisirs.

 

Il gère et exploite un parc de 55 hectares, en relation avec les autres institutions publiques et privées qui y sont implantées. Il endosse à cet effet le rôle de « syndicat de copropriété » avec la prise en charge de dépenses associées qui sont refacturées à chaque exploitant du parc. Il assure également le rôle de « propriétaire » en réalisant les réparations lourdes des infrastructures et des réseaux. Par ailleurs, l’établissement gère des contrats de concession dont il assure la négociation et le suivi (Cabaret sauvage et Zénith notamment).

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Didier Fusillier a été renouvelé pour un second mandat de président le 3 août 2020. Il dispose d’une lettre de mission signée le 16 février 2021. Un nouveau contrat d’objectifs et de performance couvrant la période 2020-2024 a été élaboré et approuvé par le conseil d’administration du 2 décembre 2020.

 

Perspectives 2024

 

Avec plus de 80 événements, payants ou gratuits, en intérieur ou en extérieur et pour tous les publics, la programmation de la Villette sera de nouveau résolument pluridisciplinaire et ouverte. Elle sera marquée par la présence de grandes figures de la création contemporaine française et internationale : Lucinda Childs, Bob Wilson, Bartabas et le Cadre Noir de Saumur, la Batsheva Dance Company, Philippe Decouflé, Anne Teresa De Keersmaeker, Angelin Preljocaj, Blanca Li, Christophe Honoré, Benjamin Millepied, etc. Seront également prévus deux opéras performances : Sun & Sea et Einstein on the Beach en partenariat avec la Philharmonie. La Villette inaugurera un partenariat avec la Bourse du Commerce pour « The Place London ». Les propositions pour la jeunesse continueront et Little Villette fêtera son 7e anniversaire entre des ateliers, temps forts et week-end thématiques.

 

Du 1er juillet au 15 août et du 19 août au 11 septembre 2024, le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) a choisi d’installer son Club France à La Villette, seule « fan zone » dédiée à l’équipe de France, avec une programmation gratuite et grand public. Les différentes fédérations sportives prendront place dans les Folies de B. Tschumi et les Archi-Folies, pavillons éphémères réalisés pour l’évènement par les écoles nationales supérieures d’architecture. Le musée numérique des Micro-Folies accueillera quant à lui une collection dédiée au sport élaborée avec les musées de Nice et de Lausanne et les Micro-Festivals feront la part belle à des propositions associant art, culture et valeurs de l’olympisme.

 

Enfin, 2024 marquera l’arrivée à maturité du vaste programme d’investissements pour le maintien à niveau et l’accessibilité du parc entamé par l’EPPGHV, notamment en perspective des Jeux. Un nouveau programme doit s’établir afin d’intégrer la gestion de cet « héritage », la sécurisation urgente des bétons de la Halle aux Cuirs et l’installation d’une zone dédiée à la biodiversité.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

26 698

26 698

27 198

27 198

Subvention pour charges de service public

21 698

21 698

22 198

22 198

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

5 000

5 000

5 000

5 000

Total

26 698

26 698

27 198

27 198


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 22 198 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +500 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 300 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 200 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle reconduite à hauteur de 5 000 k€ en AE=CP.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

206

221

  – sous plafond

206

215

  – hors plafond

 

6

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

6

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, le nombre d’emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’élève à hauteur de 215 ETPT, soit +9 ETPT visant à asseoir le développement du projet Micro-Folies.


OPÉRATEUR

Etablissement public du Mobilier National

 

Missions

 

Le Mobilier national est devenu un établissement public administratif par le décret n° 2021-1890 du 29 décembre 2021. Il concourt à la connaissance, à la valorisation et à la préservation des métiers d’art, à la transmission des savoirs et des savoir-faire français et au soutien à la création dans le domaine du design textile et du mobilier.

 

Il a notamment pour mission de :

  • Assurer le décor et l’ameublement des dépositaires définis par le code du patrimoine ;

  • Créer pour le compte de l’État des œuvres textiles et du mobilier ;

  • Assurer l’entretien, la restauration, l’inventaire, l’enrichissement, la mise en valeur et l’inspection des meubles et objets relevant des collections dont il assure la garde pour le compte de l’État ;

  • Perpétuer, transmettre et développer les techniques traditionnelles des métiers d’art, des savoirs et des savoir-faire liés à la restauration, à la fabrication, à la création contemporaine et au design ;

  • Procéder, sur ses ressources et au nom de l’État, aux acquisitions à titre onéreux ou gratuit des biens mobiliers et des objets d’art ainsi que des cartons, dessins et modèles ;

  • Mettre en œuvre toute action permettant la mise en valeur de son patrimoine, notamment par une politique de médiation, d’exposition, de prêt, d’édition de mobilier et d’ouvrages.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Sur proposition du conseil d’administration, Hervé Lemoine a été nommé président de l’établissement par décret du 21 mars 2022. Son action s’inscrira dans les orientations d’une lettre de mission, d’un contrat d’objectifs et de performance voté au conseil d’administration de mars 2023.

 

Perspectives 2024

 

2024 constitue une année de fort rayonnement pour le Mobilier national. Année du soixantenaire de l’Atelier de Recherche et de Création (ARC), elle sera également marquée par la tombée de métier de la tapisserie des Jeux Olympiques sur une œuvre originale de Marjane Satrapi, et par la tenue de deux expositions qui mettront en valeur les tableaux « Mays » restaurés de la cathédrale Notre-Dame de Paris et l’œuvre du créateur Richard Peduzzi. Elle permettra aussi la montée en puissance du « Petit Mob », nouveau dispositif d’EAC à destination du jeune public, du public scolaire et des enseignants.

 

Concernant la politique de restauration, d’entretien, de préservation, d’inspection et de publication, l’établissement déploiera une nouvelle base de gestion des données de gestion « Museum Plus ». L’objectif est d’enrichir cette base avec 20 000 fiches d’objets complétées ou nouvellement créées en 2024. Des chantiers de récolement sont menés en continu dans les réserves du Mobilier national et chez ses dépositaires avec près de 15 000 objets de collections récolés en 2024.

 

Concernant les formations dispensées au sein de l’établissement, 54 apprentis seront accueillis au sein de l’école des Arts textiles du Mobilier national. Cette démarche s’inscrit dans une dynamique plus globale de valorisation des métiers d’art initiée en mai 2023 par la stratégie nationale en faveur des métiers d’art. Celle-ci est portée conjointement par le ministère chargé de la Culture et le ministère en charge de l’Économie afin de renforcer le soutien des pouvoirs publics autour de cinq grands axes : la jeunesse, la formation, les territoires, l’innovation et l’international.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

30 873

30 873

32 156

32 156

Subvention pour charges de service public

28 456

28 456

29 489

29 489

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

2 417

2 417

2 667

2 667

Total

30 873

30 873

32 156

32 156


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 29 489 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +1 033 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023. Cette hausse est consécutive au transfert de la gestion des personnels en 2023.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle rehaussée de +250 k€ pour atteindre 2 667 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

348

419

  – sous plafond

348

352

  – hors plafond

 

67

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

67

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’établissent à 352 ETPT, soit une progression de +4 ETPT au titre de la mise en œuvre du plan métiers d’art.


OPÉRATEUR

Opéra comique

 

Missions

 

Établissement public à caractère industriel et commercial, le Théâtre national de l’Opéra-Comique (TNOC) est régi par le décret n° 2004-1232 du 20 novembre 2004. Celui-ci lui a assigné une double mission :

  • la production et la diffusion d’œuvres lyriques et de spectacles, en direction du public le plus large ;

  • la mise en valeur de la diversité des expressions, de l’opéra baroque à la création contemporaine, et du patrimoine du Théâtre national de l’Opéra-Comique.

 

Pour l’accomplissement de ces missions, le Théâtre national de l’Opéra-Comique assure la gestion artistique et financière de la salle Favart. Il poursuit une politique de collaboration avec les autres structures lyriques et musicales en France ou à l’étranger et présente également des spectacles en tournées.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

L’établissement est placé sous la direction de Louis Langrée depuis le 1er novembre 2021. Il dispose d’une lettre de mission en date du 3 mars 2022.

 

Jean-Yves Larrouturou a quant à lui été nommé président de l’établissement public par décret du 24 juin 2020 et est amené à être reconduit dans ses fonctions.

 

Un premier contrat d’objectif et de performance est en cours de rédaction, en lien avec le projet de la nouvelle direction. Cet outil du dialogue de gestion devrait permettre de mieux appréhender le pilotage de l’établissement dans un contexte marqué par la crise structurelle du secteur lyrique.

 

Perspectives 2024

 

Première saison de Louis Langrée, 2023/2024 illustre « l’esprit Favart », un projet qui mêle grandes œuvres du répertoire et créations, en favorisant la rencontre du théâtre et de la musique. Elle comprend notamment L’Autre Voyage d’après Schubert dans une mise en scène de Silvia Costa, Pulcinella de Stravinski et L’Heure espagnole de Ravel dans une mise en scène de Guillaume Gallienne avec la danseuse étoile Clairemarie Osta pour la chorégraphie et Louis Langrée à la direction musicale.

 

Elle sera par ailleurs marquée par la mise en place de l’Académie, nouveau projet de transmission qui accompagnera de jeunes artistes pendant toute une saison (chanteurs, chefs de chant, chefs d’orchestre et metteurs en scène). Pôle d’excellence artistique autour du chant français, elle vise à proposer un espace de créativité et une possibilité d’immersion dans le processus de création de nouvelles productions d’opéra. Elle s’inscrit en complémentarité de la Maîtrise populaire.

 

L’Opéra-Comique poursuit le développement de ses projets sociétaux pour plus d’ouverture et d’inclusion. Il porte également un projet de théâtre inclusif avec 15 séances annuelles d’audiodescription et 8 séances inclusives Relax pour les publics handicapés.

 

L’Opéra-Comique réfléchit également à une économie du théâtre lyrique intégrant des enjeux environnementaux, solidaires et inclusifs, sans renoncer à l’exigence artistique et continuera ses actions pour un opéra « durable » : la rénovation énergétique autour du chauffage et l’isolation de ce bâtiment historique, le recyclage des costumes et des décors, l’utilisation de teinture naturelle pour les costumes et des colloques dédiés au défi climatique, etc.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

13 310

13 310

13 680

13 680

Subvention pour charges de service public

12 910

12 910

13 180

13 180

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

400

400

500

500

Total

13 310

13 310

13 680

13 680


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 13 180 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +270 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 120 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 150 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle rehaussée de +100 k€ pour atteindre 500 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

92

94

  – sous plafond

92

94

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, le nombre d’emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’élève à hauteur de 94 ETPT, soit +2 ETPT visant à sécuriser le fonctionnement de l’établissement.


OPÉRATEUR

Opéra national de Paris

 

Missions

 

Établissement public industriel et commercial régi par le décret n° 94-111 du 5 février 1994, l’Opéra national de Paris (ONP) est l’établissement de référence nationale et internationale pour sa politique lyrique, musicale et chorégraphique. Il est chargé des missions de service public suivantes :

  • Rendre accessibles au plus grand nombre les œuvres du patrimoine lyrique et chorégraphique ;

  • Favoriser la création et la représentation d’œuvres contemporaines et participer au développement de l’art lyrique et chorégraphique en France ;

  • Présenter des spectacles tant à Paris qu’en province ou à l’étranger, et s’attacher à diffuser ses productions tant par les moyens audiovisuels que les nouvelles possibilités offertes par le numérique.

 

Pour assurer ses missions, l’ONP dispose de deux salles, le Palais Garnier et l’Opéra Bastille, qui lui permettent de pratiquer l’alternance des spectacles et d’accroître le nombre annuel de représentations.

 

Par ailleurs, au titre de sa mission de formation et d’enseignement, l’ONP contribue à la formation, au perfectionnement et à la professionnalisation des artistes lyriques, des chefs de chant, ainsi que de jeunes chorégraphes et metteurs en scène d’opéras. Il assure l’excellence de la formation des danseurs du ballet par le biais de son école de danse située à Nanterre.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Directeur préfigurateur depuis juillet 2019, Alexander Neef a été nommé directeur général par décret présidentiel du 1er septembre 2020. Le conseil d’administration est présidé par Jean-Pierre Clamadieu, nommé pour cinq ans par un décret du président de la République en date du 24 juillet 2019.

 

Au regard du plan de réforme de l’Opéra, un contrat d’objectifs et de moyens est en cours de négociation et devrait être adopté lors du conseil d’administration de décembre 2023.

 

Perspectives 2024

 

L’ONP proposera 182 représentations d’opéra. Sept nouvelles productions lyriques seront présentées dont un Don Giovanni mis en scène par Claus Guth. La saison sera marquée en juin 2024 par la création d’un nouveau Don Quichotte de Jules Massenet dirigé par Mikhaïl Tatarnikov et mis en scène par Damiano Michieletto. L’opéra Garnier accueillera également, en mai 2024, la nouvelle production de Médée de Marc-Antoine Charpentier mis en scène par David McVicar et dirigé par William Christie.

 

Côté chorégraphique, dix ballets seront présentés dont deux créations. Les créations de Xie Xin et Marion Motin ouvriront la saison qui se poursuivra avec de grands classiques du répertoire dont Casse-Noisette et Don Quichotte de Rudolf Noureev qui seront repris en décembre 2023 et en mai 2024.

 

La formation de nouvelles générations de professionnels, la transmission au plus grand nombre des savoir-faire de l’Opéra et la création seront au cœur des enjeux de l’Opéra national de Paris. Incarnées et portées par l’Académie, ces missions contribuent à la nécessaire ouverture de l’Opéra aux enjeux de la société d’aujourd’hui. 


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

106 151

106 151

111 552

111 552

Subvention pour charges de service public

101 151

101 151

106 552

106 552

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

5 000

5 000

5 000

5 000

Total

106 151

106 151

111 552

111 552


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 106 552 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +5 401 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 1 000 k€ visant à accompagner la réforme de l’établissement ;

  • 2 301 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 2 100 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle reconduite à hauteur de 5 000 k€ en AE=CP.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

1 499

1 484

  – sous plafond

1 499

1 484

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’établissent à 1484 ETPT soit une baisse de ‑15 ETPT au titre de la contribution de l’établissement à la maîtrise de l’emploi public.


OPÉRATEUR

TNC - Théâtre national de la Colline

 

Missions

 

Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), le Théâtre national de la Colline est régi par le décret n° 72-460 du 31 mai 1972 qui lui fixait pour objet la présentation d’œuvres théâtrales appartenant au répertoire classique et moderne, français et étranger, ainsi que la création d’œuvres nouvelles enrichissant ce répertoire. Il est aujourd’hui uniquement consacré aux écritures d’auteurs vivants et à l’accompagnement de ces auteurs et s’affirme comme un partenaire incontournable en sa qualité de producteur ou de coproducteur de création en la matière.

 

Conformément au décret de 1972, son action tend à favoriser l’accès aux valeurs culturelles, transmises par le théâtre, du public le plus large et le plus diversifié, appartenant à toutes les catégories sociales de la population. La Colline entretient notamment un dialogue direct avec la jeunesse (37 % du public) en vue de mieux la comprendre et mieux la faire entendre.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

L’établissement est dirigé par Wajdi Mouawad depuis avril 2016.

 

Le contrat d’objectifs et de performance de la Colline a été présenté le 30 novembre 2021 et couvre la période 2021-2023. Un nouveau contrat 2024-2027 est en cours d’élaboration.

 

Perspectives 2024

 

Avec 2 productions déléguées, 4 coproductions et 3 accueils, 2024 illustrera, cette année encore, la volonté du théâtre de mettre la production au cœur de son projet. On peut citer à ce titre, Terrasses de Laurent Gaudé qui sera proposé au printemps, et Racine carrée du verbe être de Wajdi Mouawad qui sera repris à l’automne pour une longue série.

 

La programmation verra par ailleurs la présence de différentes femmes artistes (Isabelle Lafon, Danai Épithymiadi, Pauline Haudepin, Séverine Chavrier, Judith Rosmair), dans la continuité de la politique volontariste que la Colline a engagée en faveur de l’égalité femmes-hommes.

 

Capitalisant sur la notoriété de son directeur, l’établissement poursuivra par ailleurs son effort de rayonnement hors de Paris. Ainsi, les spectacles Seuls, Sœurs et Mère, seront à nouveau proposés en France (la Rochelle, Martigues, Noisiel) et à l’étranger (Suisse, Portugal, Royaume-Uni, Italie, Chine), tandis que la nouvelle création du directeur sera présentée à Beyrouth au printemps, avant de retrouver la Colline en 2025.

 

Enfin, 2024 constituera une année de préparation des travaux de rénovation des espaces d’accueil du théâtre, dont la réalisation est prévue autour de l’été 2025.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

10 740

10 740

11 140

11 140

Subvention pour charges de service public

10 180

10 180

10 580

10 580

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

560

560

560

560

Total

10 740

10 740

11 140

11 140


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 10 580 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +400 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 200 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 200 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La dotation relative aux investissements est quant à elle reconduite à hauteur de 560 k€.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

95

95

  – sous plafond

95

95

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 95 ETPT.


OPÉRATEUR

TNO - Théâtre national de l'Odéon

 

Missions

 

Établissement public à caractère industriel et commercial régi par le décret n° 68-905 du 21 octobre 1968, le théâtre national de l’Odéon oriente son action vers la création et la recherche afin de favoriser le progrès de l’esthétique théâtrale nationale et mondiale. Selon l’arrêté du 16 juin 1983 portant sur la création du Théâtre de l’Europe, « Le Théâtre de l’Europe est un carrefour vivant de la création théâtrale européenne ; il a pour mission de favoriser le travail en commun des metteurs en scène, des comédiens, des écrivains et des autres praticiens de l’art dramatique, en vue de créer des œuvres nouvelles et de vivifier le patrimoine dramatique de l’Europe ». L’ouverture à la création européenne est un axe essentiel de la mission de ce théâtre.

 

Il organise en outre des manifestations artistiques et culturelles diverses (concerts, conférences, projections cinématographiques, etc.) et est très actif en matière d’émancipation par les arts et la culture.

 

Pour assurer ses missions, l’Odéon dispose en permanence de deux lieux : la salle de l’Odéon (Paris 6e) et les ateliers Berthier (Paris 17e).

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Depuis 2016, Stéphane Braunschweig dirige le Théâtre national de l’Odéon. Par décret du 8 janvier 2021, il a été renouvelé à compter du 15 janvier 2021 pour un nouveau mandat de trois ans.

 

Il inscrit son action dans le cadre d’une lettre de mission signée le 1er juillet 2021 et dispose d’un contrat d’objectifs et de performance 2021-2023 approuvé au conseil d’administration du 21 mai 2021.

 

Perspectives 2024

 

L’Odéon prévoit une saison artistique ouverte sur le monde et ses questionnements, à l’image du spectacle La réponse des Hommes de Tiphaine Raffier qui inaugurera l’année 2024. Résolument contemporaine, la programmation sera nourrie par les créations des artistes associés (Sylvain Creuzevault, Alexander Zeldin et Christiane Jatahy) et permettra la découverte d’artistes inédits en France (Lukas Twarkowski) ou la redécouverte d’œuvres peu jouées, à l’instar des Paravents de Genet qui fera son retour dans une mise en scène d’Arthur Nauzyciel, 60 ans après sa création à l’Odéon.

 

La dimension européenne, au cœur du projet du théâtre, se concrétisera par la présentation de textes ou d’artistes venus de Pologne, d’Allemagne, d’Angleterre, de Norvège, et de Suède. Elle se traduira également par une stratégie de diffusion orientée vers l’Europe : Andromaque à la Comédie de Genève et à Monaco, Hamlet au Wiener Festwochen, au Holland Festival, et au De Singel d’Anvers, etc.

 

La nouvelle saison sera aussi, pour la première fois, complètement paritaire, et les deux scènes de l’Odéon accueilleront des artistes émergentes comme Noëmie Ksicova ou des talents confirmés comme Macha Makeieff et Célie Pauthe.

 

En matière d’éducation artistique et culturelle, l’Odéon entend poursuivre ses deux programmes phares que sont Fabrik’Odéon et Adolescence et Territoire(s).


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

13 375

13 375

13 785

13 785

Subvention pour charges de service public

12 930

12 930

13 240

13 240

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

445

445

545

545

Total

13 375

13 375

13 785

13 785


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 13 240 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +310 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 160 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 150 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La subvention pour charges d’investissement est quant à elle rehaussée de +100 k€ pour atteindre 545 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

131

131

  – sous plafond

131

131

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, les emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur sont reconduits à hauteur de 131 ETPT.


OPÉRATEUR

TNS - Théâtre national de Strasbourg

 

Missions

 

Établissement public industriel et commercial régi par le décret n° 72-461 du 31 mai 1972, le Théâtre national de Strasbourg (TNS) est le seul théâtre national implanté en région. Il a non seulement pour mission de présenter des œuvres théâtrales, aujourd’hui principalement issues des écritures contemporaines, mais également de former aux différents métiers du spectacle.

 

Le théâtre abrite en effet en son sein l’École supérieure d’art dramatique du TNS. Elle a pour objectif de former simultanément des comédiens, des scénographes, des régisseurs, mais aussi des metteurs en scène et des dramaturges, réunis dans une même promotion. Outre un enseignement spécifique pour chaque section, les élèves participent ensemble, tout au long de leur scolarité de trois années, à différents projets artistiques qui leur donnent l’occasion d’expérimenter ce que sera leur place dans la création de spectacle. La pluralité des métiers enseignés, doublée d’une approche collective du travail théâtral, est la marque de fabrique de l’École du TNS et ce qui fait sa singularité.

 

Pour assurer ses missions, le TNS dispose de quatre salles de spectacles : la salle Koltès proposant une jauge de 600 places, la salle Gignoux disposant d’une jauge de 203 places, l’espace Grüber – modulable – avec 262 places dans le hall et le Studio Jean-Pierre Vincent avec 144 places.

 

Gouvernance et pilotage stratégique

 

Caroline Giuela Nguyen a succédé à Stanislas Nordey le 1er septembre 2023. Sa lettre de mission est en cours de rédaction.

 

Le précédent contrat d’objectifs et de performance est arrivé à échéance en 2021. Dans l’attente d’un nouveau projet de direction, un document synthétique visant à assurer un suivi des objectifs stratégiques assignés au théâtre a été élaboré en lien avec la tutelle.

 

Perspectives 2024

 

L’année 2024 marquera le déploiement du projet de Caroline Guiela Nguyen articulé autour des récits, des habitants, du lieu de vie que constitue le théâtre, et de son École.

 

Dès janvier 2024, la directrice proposera 13 spectacles reflétant une démarche artistique qui fait raisonner les langues et les histoires individuelles dans toute leur singularité. Elle trouvera son point d’orgue dans la présentation, à Strasbourg puis à Avignon, de Lacrima, œuvre chorale présentant les parcours d’une trentaine d’hommes et de femmes de l’ombre, incarnés par des comédiens et des amateurs de tous âges et venant de tous horizons professionnels.

 

Cette attention à faire du TNS un théâtre représentatif de la société dans toute sa diversité se traduira par ailleurs par un effort sans précédent en faveur des écritures féminines, avec 9 productions confiées à des femmes, dont certaines signeront leurs premiers projets avec un théâtre national (Hatice Özer, Sultan Ulutas Alopé, Éva Doumbia, etc.).

 

Cette démarche tirera sa vitalité d’un repositionnement et d’une refonte de l’École du TNS. A l’appui d’une diversification des promotions et d’une ouverture des enseignements vers le cinéma et l’audiovisuel, l’École assumera une place plus importante au sein du projet du théâtre, qu’il s’agisse de prendre part à la programmation ou au dialogue avec les habitants du territoire.


   Financement apporté à l’opérateur par le budget de l’État

(en milliers d'euros)

 

LFI 2023

PLF 2024

Programme financeur
Nature de la dépense
 

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

Autorisations
d’engagement

Crédits
de paiement

P131 Création

10 730

10 730

11 190

11 190

Subvention pour charges de service public

10 330

10 330

10 690

10 690

Transferts

0

0

0

0

Dotations en fonds propres

0

0

0

0

Subvention pour charges d'investissement

400

400

500

500

Total

10 730

10 730

11 190

11 190


Le montant de la subvention pour charges de service public s’élève à 10 690 k€ hors mise en réserve, soit une progression de +360 k€ par rapport aux montants votés en LFI 2023 dont :

  • 160 k€ au titre de la revalorisation des rémunérations dans le secteur public ;

  • 200 k€ au titre du contexte de hausse des prix, en particulier de tensions sur les prix de l’énergie.

 

La dotation relative aux investissements est quant à elle rehaussée de +100 k€ pour atteindre 500 k€ : cette progression tient notamment compte de la hausse des prix de la construction.


 

Consolidation des emplois de l'opérateur

(en ETPT)

 

LFI 2023

(1)

PLF 2024

Emplois rémunérés par l'opérateur :

97

99

  – sous plafond

97

99

  – hors plafond

 

 

        dont contrats aidés

 

 

        dont apprentis

 

 

Autres emplois en fonction dans l’opérateur :

 

 

  – rémunérés par l'État par ce programme

 

 

  – rémunérés par l'État par d’autres programmes

 

 

  – rémunérés par d'autres collectivités ou organismes

 

 


(1) LFI et LFR le cas échéant


Au PLF 2024, le nombre d’emplois sous plafond rémunérés par l’opérateur s’élève à hauteur de 99 ETPT, soit +2 ETPT visant à asseoir le fonctionnement de l’établissement.