$@FwLOVariable(annee#2024)

$@FwLOVariable(numProg#334)

$@FwLOVariable(libelleProg#Livre et industries culturelles)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre#Objectifs et indicateurs de performance)

 

Objectifs et indicateurs de performance


OBJECTIF     mission

1 – Favoriser l'accès du public aux bibliothèques et le développement de la lecture

 

L’accès du public aux bibliothèques et le développement de la lecture constituent un enjeu de politique publique majeur dans la mesure où ils contribuent à l’épanouissement personnel des citoyens et au développement culturel et économique de la collectivité.

 

Cet objectif peut se mesurer à travers deux indicateurs :

 

  • Le premier mesure la fréquentation physique, d’une part, des deux grandes bibliothèques nationales dont l’État a la charge directe – la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la Bibliothèque publique d’information (Bpi) – et, d’autre part, des bibliothèques municipales et intercommunales, que l’État soutient à travers différents dispositifs techniques et financiers et dont il assure l’évaluation de l’activité, dans le cadre du contrôle technique de l’État prévu au code du patrimoine ;

 

  • Le second évalue les conditions de l’accès en ligne au patrimoine culturel de la bibliothèque numérique Gallica de la BnF.


INDICATEUR    mission    

1.1 – Fréquentation des bibliothèques

     (du point de vue du citoyen)

 

Unité

2021

2022

2023
(Cible PAP 2023)

2024
(Cible)

2025
(Cible)

2026
(Cible)

BnF (salles de lecture)

Nb

379 495

784 930

860 000

960 000

1 090 000

1 150 000

Bpi

Nb

666 458

1 081 812

1 100 000

1 200 000

500 000

850 000

Bibliothèques municipales

Nb

11 218 848

11 408 515

10 000 000

12 500 000

12 500 000

12 500 000

 

Précisions méthodologiques

Le sous-indicateur relatif à la BnF comptabilise le nombre total de lecteurs sur le site Tolbiac (Haut-de-jardin et Rez-de-jardin) ainsi que sur les sites de l’Arsenal, de Richelieu et de l’Opéra. Il intègre également l’estimation de l’usage des espaces de travail en accès libre dans le Haut-de-jardin.

 

Le calcul de la fréquentation des bibliothèques municipales se heurte à une difficulté majeure. D’une part, leur accès est libre et ne donne pas lieu à émission d’un titre d’accès ; d’autre part, nombre de bibliothèques ne disposent pas d’outils, ni de méthodes de comptage, qui garantissent une remontée de données fiables. L’estimation qui figure ici comptabilise les fréquentants, c’est-à-dire les personnes étant venus à la bibliothèque au moins une fois dans l’année, et non la fréquentation, c’est-à-dire le nombre des visites, comme pour la BnF et la Bpi. Les données concernant les bibliothèques municipales ne peuvent être comparées à celles mentionnées par la BnF et la Bpi.

Le calcul des fréquentants des bibliothèques municipales est évalué à partir du nombre d’inscrits, mesuré à l’issue d’une enquête annuelle menée auprès d’un échantillon représentatif de bibliothèques municipales. Le formulaire mis en place en 2010 et l’élargissement progressif (de 4 000 à 16 000) de l’assiette des bibliothèques interrogées contribuent à renforcer la base scientifique de cette enquête. Un coefficient correctif est appliqué au nombre d’inscrits ainsi constaté afin de rendre compte de la pratique d’une fréquentation sans inscription, pratique en fort développement depuis environ une décennie. Ce coefficient est établi sur la base des chiffres de l’enquête « pratiques culturelles des Français » publiée en novembre 2009. La valeur de ce sous-indicateur est disponible avec un décalage de deux années ; ainsi, la valeur mentionnée dans la colonne « Réalisation 2021 » correspond à la valeur calculée à partir des données réelles pour 2019.

 

Sources de données :

‑1re ligne : système d’information de la BnF.

‑2e ligne : compteur d’entrées et de sorties du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou.

‑3e ligne : rapports annuels des bibliothèques municipales traités dans la base de données du service du livre et de la lecture du ministère de la culture.

 

 

Justification des cibles

L’année 2023 devrait marquer pour les bibliothèques le retour à la fréquentation d’avant la crise sanitaire. Pour renforcer ce mouvement de reconquête des publics, le ministère de la Culture organise, en septembre 2023, une campagne nationale de communication sur les bibliothèques.

 

 

  • Concernant la BnF, les prévisions ont été établies en cohérence avec le Contrat d’objectifs et de performance 2022-2026. A périmètre égal, la BnF s’est donnée pour objectif pluriannuel de faire revenir les lecteurs des salles de recherche comme des salles de lecture publique, et plus largement les visiteurs de ses sites physiques, à un niveau de fréquentation comparable à celui de 2019. Avec la réouverture complète du site Richelieu après 12 ans de travaux, la BnF réaffirme l’une de ses vocations majeures : permettre à tous l’accès au savoir et à la culture. Lecteurs, chercheurs et visiteurs peuvent profiter d’espaces de travail dédiés et d’une offre culturelle renouvelée. Ses salles de recherche, toutes rénovées, bénéficient d’un accueil renforcé, de services modernisés et d’une amplitude d’ouverture élargie. Au global, l’année 2022 a marqué la poursuite de la remontée de fréquentation pour l’ensemble des activités sur place et un maintien d’une audience en ligne élevée. Plus d’1 million de visites sur les deux sites de la BnF (résultat de 26 % supérieur à la cible du COP) ont été comptabilisées, avec un accroissement de la fréquentation pour toutes les activités et le succès public depuis la réouverture de Richelieu.

  • Concernant la Bpi, les prévisions de fréquentation pour les années 2023 et 2024 sont actualisées, dans la continuité des chiffres de fréquentation constatés en 2022, pour tenir compte du retour progressif des usagers depuis la fin de la crise sanitaire. Les travaux d’entretien et de maintenance réalisés en 2022, dans le cadre du retour des usagers de la bibliothèque à l’entrée commune sur la piazza, s’inscrivent dans l’objectif de reconquête des publics après cette période de baisse de fréquentation. Les prévisions d’entrées pour les années 2025 et 2026 anticipent, d’une part, la période de fermeture de la Bpi, courant 2025 pendant son déménagement et jusqu’à sa réouverture dans le site temporaire de l’immeuble « le Lumière », dans le 12e arrondissement, et, d’autre part, le défi que constitue l’ouverture d’un équipement provisoire en dehors d’un bâtiment aussi central que le Centre Pompidou.

  • Concernant les bibliothèques municipales, avec les limites qu’induisent des remontées hétérogènes des données des bibliothèques, il est prévu un retour à la fin 2023 à environ 12 millions de fréquentants, soit le niveau atteint en 2019. On considère que 2024 pourrait réamorcer une progression, avec une fréquentation estimée à 12,5 millions d’usagers.

 

INDICATEUR        

1.2 – Amélioration de l'accès au document écrit

     (du point de vue de l'usager)

 

Unité

2021

2022

2023
(Cible PAP 2023)

2024
(Cible)

2025
(Cible)

2026
(Cible)

Nombre de monographies en ligne dans Gallica (BnF)

Nb

> 600 000

621 594

650 000

670 000

690 000

700 000

 

Précisions méthodologiques

L’indicateur comptabilise le nombre de monographies présentes à 100 % dans la bibliothèque numérique Gallica et dans Gallica intramuros au 31 décembre de chaque année. S’il exclut les monographies simplement référencées dans Gallica sans accès direct et complet au texte (documents des éditeurs et documents moissonnés des bibliothèques partenaires), il tient compte de la diversification des modes d’enrichissement de l’offre documentaire accessible à 100 % (marchés de numérisation de la BnF financés par le CNL, production interne de la BnF sur fonds propres, programme de numérisation des indisponibles, programmes partenariaux conduits par la filiale BnF-Partenariats). L’indicateur ne tient pas compte des nombreuses autres catégories de documents présents sur Gallica : la presse, les manuscrits, les vidéos, les objets, les partitions.

 

Sources des données :

- Système d’information de la BnF

 

 

Justification des cibles

La numérisation à la BnF a une visée à la fois de conservation et de diffusion du patrimoine à grande échelle, ainsi qu’en ont témoigné, en 2022, les plus de 18 millions de visites de Gallica et les 4,7 millions de visites de Retronews. Suivant des priorités fixées dans une charte pluriannuelle, régulièrement actualisée, la numérisation concerne tous les types de documents, imprimés, musicaux, graphiques et audiovisuels, très majoritairement dans le domaine public : elle tient compte de leur intérêt patrimonial (qualité esthétique, valeur historique, provenance, rareté), de leur intérêt documentaire (en fonction des attentes connues des chercheurs) et des exigences de leur préservation (documents fragiles, voire en péril). En menant de nombreux projets de coopération numérique (numérisation concertée, moissonnage, création de bibliothèque numérique en marque blanche), Gallica est devenue au fil du temps, à l’échelle nationale, une véritable bibliothèque numérique collective.

 

A l’occasion de ses 25 ans, Gallica a franchi en 2023 le cap des 10 millions de documents numérisés consultables en ligne.

 

 

OBJECTIF    

2 – Soutenir la création et la diffusion du livre

 

La diversité, la vitalité, l’exigence et la plus large diffusion possible de la création constituant les principales finalités de la politique culturelle de l’économie du livre, deux indicateurs complémentaires peuvent en assurer l’évaluation :

 

  • D’une part, il convient de mesurer l’état de la création éditoriale à l’aune des aides publiques et de leur répercussion sur les statistiques de production : c’est l’objet de l’indicateur 2.1. Son premier volet vise à contrôler le concours public à la prise de risque en matière de nouveauté éditoriale tandis que son second volet rend compte de la santé d’un pan essentiel de la création française dont la rentabilité immédiate n’est pas assurée ;

 

  • D’autre part, compte tenu du rôle largement reconnu de la librairie indépendante dans la viabilité économique des projets éditoriaux les plus novateurs, une surveillance étroite de sa part de marché est nécessaire au pilotage des politiques publiques du secteur.


INDICATEUR        

2.1 – Renouvellement de la création éditoriale

     (du point de vue du citoyen)

 

Unité

2021

2022

2023
(Cible PAP 2023)

2024
(Cible)

2025
(Cible)

2026
(Cible)

Part des auteurs et des traducteurs bénéficiant pour la 1ère fois des aides à la création (CNL)

%

45,3

54

47

50

50

50

Nombre de nouveaux titres publiés dans les secteurs de la littérature et des sciences humaines (vente lente)

Nb

21698

21 448

20 000

21 000

21 000

21 000

 

Précisions méthodologiques

 Sources des données :

‑1re ligne : CNL - dossiers d’attribution des aides aux auteurs et traducteurs et bilan des aides.

‑2de ligne : base bibliographique Électre. La classification Dewey, utilisée par la base bibliographique Électre, qui recense tous les ouvrages commercialisés en France, permet de cerner finement les secteurs considérés comme relevant de la vente lente : art et bibliophilie, littérature classique, littérature étrangère, littérature scientifique et technique, philosophie, sciences humaines et sociales, poésie et théâtre.

 

Justification des cibles

 

  • S’agissant de la part des auteurs et traducteurs aidés pour la première fois par le Centre national du livre (CNL), les résultats constatés sont par essence variables. Ils dépendent en effet, en amont, de la typologie des demandes d’aides adressées chaque année au CNL, du nombre total des dossiers reçus et, en leur sein, du nombre des primo-demandes, lequel connaît des fluctuations difficiles à anticiper d’une année sur l’autre. En outre, les critères de sélection sont prioritairement axés sur la qualité des œuvres et des projets présentés, le caractère de primo-demandeur n’intervenant que subsidiairement. Néanmoins, le déploiement de nouveaux dispositifs de résidences pour les auteurs et l’assouplissement de certains critères d’éligibilité, ainsi que la mise en place d’une communication très régulière avec les acteurs concernés, notamment par le biais de webinaires d’information, ont permis une augmentation conséquente du nombre des primo-demandeurs soutenus depuis 2022. Aussi, les cibles 2024/2026 sont-elles ajustées à 50 % contre 47 % précédemment.

  • Le nombre de nouveautés dans les secteurs dits de « vente lente » ne devrait pas fortement varier en 2024 par rapport au nombre observé en 2022. S’il se confirme, le ralentissement de l’inflation observé depuis mi‑2023 devrait tendre à réduire la pression sur la production des éditeurs.

 

 

 

INDICATEUR        

2.2 – Part de marché des librairies indépendantes

     (du point de vue du citoyen)

 

Unité

2021

2022

2023
(Cible PAP 2023)

2024
(Cible)

2025
(Cible)

2026
(Cible)

Part de marché des librairies indépendantes

%

19,5

19,5

19

20

20

20

 

Précisions méthodologiques

Le périmètre des librairies indépendantes retenu pour cet indicateur correspond au circuit « librairies » (grandes librairies et librairies spécialisées) selon baromètre Kantar Sofres (ex-TNS Sofres) sur les achats de livres, hors ventes dans les points de vente du 2e et 3e niveau (circuit « maisons de la presse, librairies-papeteries, kiosques, gares, aéroports ») et hors vente en ligne.

 

Les autres circuits distingués par l’enquête sont : les grandes surfaces culturelles ; les grandes surfaces non spécialisées (yc Espaces culturels Leclerc), les ventes par internet (tous réseaux confondus), les ventes directes (VPC, club et courtage) et un circuit « autres » (soldeurs, écoles, marchés, salons, jardineries etc.).

 

Sources des données :

- Baromètre « Achats de livres Kantar Sofres », enquête sur panel représentatif de 3 000 individus de 15 ans et plus, interrogé trimestriellement par voie postale sur le cumul de leurs achats de livres. La ventilation par circuits porte sur les achats de livres imprimés neufs.

 

Justification des cibles

En 2024, la part de marché des librairies indépendantes pourrait connaître une légère augmentation par rapport à la part observée en 2022. Plusieurs arguments justifient cette prévision :

  • Les projets de modernisation des librairies soutenus durant la crise sanitaire sont en voie d’achèvement de réalisation en 2023 pour les derniers d’entre eux, renforçant durablement l’attractivité de ces lieux de vente ;

  • Les dispositifs dédiés à la jeunesse, « Jeunes en librairie » et le Pass Culture, pourraient continuer de monter en puissance en 2024, soutenant les achats à court et long terme des jeunes dans ces magasins ;

  • La régulation des frais de livraison doit entrer en vigueur en octobre 2023 ; parmi les effets anticipés, elle pourrait inciter les clients en ligne à préférer désormais l’achat en magasin, notamment en librairie, plutôt que l’achat en ligne livré à domicile.