$@FwLOVariable(annee#2024)

$@FwLOVariable(numProg#350)

$@FwLOVariable(libelleProg#Jeux olympiques et paralympiques 2024)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre#Objectifs et indicateurs de performance)

 

Objectifs et indicateurs de performance


OBJECTIF    

1 – Garantir la livraison des ouvrages olympiques dans les délais requis tout en maîtrisant les coûts associés

 

Déterminer un objectif valable sur l’ensemble du cycle de vie de la SOLIDEO (2018-2026) et un indicateur associé semble difficile, au vu des différentes phases d’activité de l’établissement qui se succéderont au cours du temps : études, achat de foncier, puis financement de travaux de construction ou de rénovation, et enfin de reconfiguration des équipements après les Jeux.


Les conventions passées entre l’EPIC et les maîtres d’ouvrages pour chaque opération avaient été retenues comme le premier instrument de suivi des délais.

Ces conventions sont de deux ordres :

  • les conventions d’études qui prévoient le financement des études préalables nécessaires à l’évaluation de la programmation, des coûts et des délais de chaque opération ;

  • et les conventions d’objectifs qui établissent ces trois paramètres cités.

Pour 2018 et 2019, avaient été proposés deux indicateurs de performance mesurant le taux de signatures de ces deux types de conventions. Compte tenu de l’achèvement en 2020 de la phase de validation de ces conventions par le conseil d’administration de la SOLIDEO, il a été décidé de modifier l’indicateur.


Pour 2020 et les années suivantes, qui voient le lancement des chantiers de travaux, deux autres jalons ont été choisis pour évaluer le respect des délais de livraison des ouvrages olympiques :

  • la notification des marchés ou contrats principaux, qu’il s’agisse des opérations sous maîtrise d’ouvrage directe de la SOLIDEO (village des athlètes, village des médias) ou celles sous la responsabilité d’autres maîtres d’ouvrage (Ville de Paris, Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, etc) ;

  • le lancement des travaux (hors phase Héritage postérieure aux compétitions olympiques et paralympiques).


À partir de 2022, soit deux ans avant l’organisation des Jeux, il est intéressant d’ajouter un nouveau sous-indicateur, mesurant le niveau de réalisation d’un autre jalon : la livraison de l’ouvrage.


INDICATEUR        

1.1 – Taux d'opérations ayant atteint un jalon essentiel dans le processus de livraison des ouvrages olympiques

     (du point de vue du citoyen)

 

Unité

2021

2022

2023
(Cible PAP 2023)

2024
(Cible)

2025
(Cible)

2026
(Cible)

Taux d’opérations ayant atteint le jalon de notification du marché (cas des marchés globaux) ou de validation de l’avant-projet détaillé (loi MOP)

%

72,6

90,6

100

100

100

100

Taux d’opérations ayant atteint le jalon de lancement des travaux

%

38,7

79,7

100

100

100

100

Taux d’opérations ayant atteint le jalon de livraison de l’ouvrage

%

Sans objet

Sans objet

Sans objet

100

100

100

 

Précisions méthodologiques

Source des données : SOLIDEO

Mode de calcul : pourcentages calculés à partir du nombre de marchés notifiés (cas des marchés globaux) ou d’avant-projets détaillés validés (loi relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée (MOP)) et du nombre de chantiers où les travaux ont été lancés rapporté aux nombres correspondants de marchés à notifier, d’avant-projets détaillés à valider ou de travaux à lancer.

Justification des cibles

La construction du village des athlètes (Saint-Ouen, Saint-Denis, L’Île-Saint-Denis) est devenue dès la fin de l’année 2021 le premier chantier mono-site de France, puisqu’il a mobilisé au printemps et à l’été 2022 jusqu’à 3 000 salariés et 40 grues. Avant même la fin des travaux de gros œuvre, les travaux de second œuvre (menuiserie, plomberie, électricité, revêtements des sols) ont débuté à la fin de l’année 2022, alors que la livraison du village est toujours prévue au 31 décembre 2023.


En fin d’année 2021, 37 % des chantiers avaient été lancés sous la maîtrise d’ouvrage ou la supervision de la SOLIDEO, dont celui de l’échangeur A86 / A1 qui desservira le village olympique et paralympique ainsi que ceux qui concernent les deux sites sportifs à construire : le centre aquatique olympique à Saint-Denis et l’Arena à Paris, près de la Porte de la Chapelle.


En 2022 ont débuté les travaux relatifs au franchissement de l’A1 au Bourget, à la construction de la base de la préfecture de police dans le secteur du village olympique, aux cheminements piétons de Marville et du Bourget ainsi qu’à la rénovation de la plupart des sites d’entraînement.


Au premier semestre 2023 ont commencé le dragage du petit bras de la Seine à la hauteur de l’Île-Saint-Denis, les travaux de climatisation de l’Accor Arena de Bercy, l’aménagement de la colline d’Élancourt ou encore la rénovation de la piscine Maurice Thorez de Montreuil (site d’entraînement).


S’agissant des travaux achevés mesurés par le 3e sous-indicateur, une autre piscine d’entraînement, le centre aquatique d’Aulnay-sous-Bois, a été le premier ouvrage olympique livré et ouvert au public dès juillet 2021.


Seuls trois autres ouvrages auront été livrés à la fin de l’année 2022, mais un an plus tard, 50 % des équipements auront été réceptionnés, dont les plus importants seront l’Arena Porte de La Chapelle, le Stade de France rénové, le stade Yves du Manoir et la Marina de Marseille.


A la fin de l’année 2023, près de 40 % des ouvrages olympiques auront été réceptionnés. Le calendrier des principaux équipements qui restent à livrer est le suivant :

  • décembre 2023 : rénovation du stade Yves du Manoir (Colombes) et échangeur A1/A86 entre le Stade de France ;

  • janvier 2024 : Arena Porte de La Chapelle ;

  • février 2024 : réception des travaux du Grand Palais ;

  • mars 2024 : centre aquatique olympique (Saint-Denis), village des médias (Dugny, Le Bourget), marina de Marseille et PRISME (Pôle de référence inclusif et sportif métropolitain, principal site d’entraînement paralympique, à Bobigny) ;

  • mai 2024 : réception des travaux au Stade de France.


En outre, après la fin des Jeux Paralympiques en septembre 2024, la SOLIDEO assurera la maîtrise d’ouvrage ou la supervision d’un certain nombre de chantiers tels que :

  • la reconfiguration du village olympique et paralympique en logements et bureaux ;

  • celle des principaux sites de compétitions et d’entraînement en vue de leur usage par le grand public ;

  • et enfin la conduite de quelques chantiers dits « d’héritage », non nécessaires au déroulement des Jeux mais répondant à une utilité sociale postérieurement aux Jeux (construction ou reconstruction de groupes scolaires, contribution au programme d’héritage aquatique du Département de la Seine-Saint-Denis).


Tous les chantiers respectent les standards environnementaux les plus élevés, en privilégiant l’utilisation de béton bas carbone et ultra-bas carbone, de charpentes ou de toitures en bois, l’utilisation de matériaux recyclés et, s’agissant des déchets non recyclables issus du chantier du village olympique, leur évacuation sur péniche par la Seine, pour éviter leur transport par poids lourds. 

 

INDICATEUR        

1.2 – Nombre d’ouvrages financés par le programme 350 dont l’équilibre budgétaire est préservé

     (du point de vue du contribuable)

 

Unité

2021

2022

2023
(Cible PAP 2023)

2024
(Cible)

2025
(Cible)

2026
(Cible)

Part d’ouvrages financés ou co-financés par le programme 350 n’ayant pas nécessité de financements additionnels de ce programme par rapport à la maquette avec coûts en euros constants (valeur 2016) par ouvrage présentée au CA de la SOLIDEO du 13 juillet 2021

%

Sans objet

100

Sans objet

100

100

100

Le cas échéant, parmi les ouvrages ayant nécessité un financement complémentaire du programme 350, nombre d’ouvrages avec un dépassement allant au-delà de 10 % du financement envisagé initialement pour ce qui concerne la contribution du programme 350 à cet ouvrage

Nb

Sans objet

0

Sans objet

0

0

0

 

Précisions méthodologiques

Source des données : SOLIDEO

Mode de calcul : pourcentage calculé à partir du nombre total des ouvrages olympiques, qui nécessiteraient un abondement additionnel au budget de la SOLIDEO et, le cas échéant, nombre d’entre eux pour lesquels cet abondement dépasserait de 10 % le financement initialement envisagé.

Justification des cibles

La SOLIDEO a mis en place une architecture complète de pilotage et de suivi de l’avancement des opérations qui lui ont été confiées, assortie de mécanismes de contrôles stricts permettant d’identifier rapidement toute dérive des coûts et d’y faire face sans délais :

  • un reporting opérationnel mensuel avec chaque maître d’ouvrage pour vérifier le respect des délais et des coûts ;

  • des comités des programmes hebdomadaires et des comités de sites trimestriels à une échelle locale avec toutes les parties prenantes, présidés par le préfet de département ;

  • une alerte du conseil d’administration qui peut prendre des mesures correctrices au cas où elles n’auraient pas pu l’être aux deux niveaux précédents.

A compter de 2022, un nouvel indicateur de suivi budgétaire a été mis en place.

Il vise à contrôler les éventuelles dérives de coûts des ouvrages olympiques indépendamment des effets de l’inflation, qui s’imposent à tous les acteurs économiques et qui doivent être isolés pour pouvoir se focaliser sur le seul critère de la gestion de ces ouvrages. C’est pourquoi sont retenus pour les deux sous-indicateurs présentés ci-dessus des coûts en euros constants (valeur de 2016, année de référence de la première maquette budgétaire de la SOLIDEO).

Depuis le début de l’année 2022, la SOLIDEO a connu trois révisions budgétaires, l’une pour accroître les crédits de fonctionnement de l’établissement (mars 2022), une autre pour tirer les conséquences de l’inflation sur l’année écoulée (actualisation de décembre 2022) et la dernière pour prévoir le financement de l’un des quatre ouvrages olympiques nouveaux ajoutés à la maquette (juillet 2023).

En conséquence, aucun des ouvrages olympiques supervisés par la SOLIDEO ou placés sous sa maîtrise d’ouvrage n’a nécessité de financements additionnels à coûts constants en 2022.

Toutefois, une dizaine de ces ouvrages ont connu une augmentation de leur budget en euros constants depuis début 2022, mais l’ensemble de ces besoins complémentaires ont été financés par redéploiements au sein du budget de la SOLIDEO en utilisant les crédits de la réserve pour compléments de programme ou des réserves spécifiques (réserves propres aux voies olympiques ou aux sites d’entraînement).