$@FwLOVariable(libelleProg#Jeux olympiques et paralympiques 2024)

$@FwLOVariable(annee#2024)

$@FwLOVariable(numProg#350)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre#Présentation stratégique)

 

Présentation stratégique du projet annuel de performances

Fabienne BOURDAIS

Directrice des sports

Responsable du programme n° 350 : Jeux olympiques et paralympiques 2024


Après l’attribution de l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de 2024 à Paris par le Comité international olympique (CIO) le 13 septembre 2017, deux structures ont été créées pour la préparation des Jeux :


  • Le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (COJOP), association sous le régime de la loi de 1901, a pour rôle principal de planifier, d’organiser et de livrer les JOP ainsi que de financer les dépenses organisationnelles et toutes les installations provisoires ;

  • La Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO), établissement public sous la tutelle de l’État, a pour mission de livrer les équipements pérennes nécessaires à l’organisation des JOP, puis de les reconfigurer pour l’usage du grand public après ces compétitions.


Le budget du COJOP est assuré à 96 % par des financements privés constitués principalement :

  • des versements du Comité International Olympique (CIO) : droits télévisuels et partenaires du CIO ;

  • des recettes de billetterie et d’hospitalités ;

  • des partenaires nationaux du COJOP.


Les contributions publiques apportées au COJOP (État et collectivités) portent strictement sur l’organisation des Jeux paralympiques.


À l’inverse, la SOLIDEO bénéficie de contributions publiques importantes, justifiées par le fait que les investissements qu’elle porte constitueront un héritage structurant pour les territoires concernés.


Ces contributions publiques, pour la construction des ouvrages olympiques, s’élèvent à un montant total prévisionnel sur 2018-2025 de 1 716,1 M€ (dont 1 157,3 M€ par l’État et 558,8 M€ par les autres collectivités publiques).


En conséquence, les crédits du programme 350 sont constitués à près de 90 % par les subventions de l’État à la SOLIDEO sur l’ensemble de la période 2018-2025. Leur cadencement épouse le rythme des chantiers et par conséquent les dépenses de l’établissement, qui connaissent un pic en 2022 et 2023, avant une décrue forte en 2024, et en 2025 durant la phase dite « d’héritage » (travaux de reconfiguration).


Le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (COJOP)


Au cours de l’année 2023, le COJOP finalise la sécurisation des modalités opérationnelles de livraison des Jeux (locations des sites de compétition et contractualisation sur leur configuration en vue des Jeux), les concepts créatifs des cérémonies et les détails du parcours de la flamme.


Les signatures de partenariats privés se sont poursuivies en 2023, en particulier avec un sixième partenaire « premium » en juillet avec LVMH. Le nombre de partenaires de second rang dits « officiels » a fortement progressé, passant de 7 à la fin de l’année 2022 à 14 à la fin juillet 2023. Ainsi, l’objectif d’atteindre 92 % de la cible finale de recettes de partenariats avant la fin de l’année 2023 est d’ores et déjà atteint.


Les ventes de billets ont commencé en février 2023 pour les Jeux olympiques et débutent en octobre pour les Jeux paralympiques.


Dès la fin de l’année 2023 et jusqu’au printemps 2024, la SOLIDEO et les gestionnaires de sites mettront progressivement à disposition du COJOP le Village olympique et paralympique, le village des médias et les équipements de compétition et d’entraînement. L’ensemble de ces sites seront configurés en vue de l’organisation des épreuves sportives pendant les Jeux et le cas échéant feront l’objet au préalable d’épreuves tests, qui ont commencé dès l’été 2023.


Enfin, l’organisation interne du COJOP sera peu à peu transformée et les missions de la plupart de ses salariés seront adaptées aux besoins opérationnels liés à la période des Jeux.


Sur le plan budgétaire, la révision budgétaire menée en 2022 a constitué l’exercice le plus structurant en la matière dans la vie du projet (2017-2025) car intervenant à un moment charnière où le niveau d’avancement de l’organisation permettait une bonne connaissance de ses incidences financières, tout en étant encore situé suffisamment en amont pour effectuer des choix importants.


L’exercice de recensement exhaustif des besoins du COJOP, dans un contexte inflationniste inédit, a conduit à une augmentation de +400 M€ (+10 %) pour atteindre 4,38 Md€.


Ce rehaussement du budget du COJOP s’explique par une pluralité de facteurs, parfois liés entre eux : inflation dont la dynamique ne pouvait être prévue en 2017, nouvelles exigences en matière de sécurité, ambition renforcée du projet (exemple de la cérémonie d’ouverture sur la Seine), imprévus inéluctables dans l’organisation d’un tel événement, mais aussi révélation de la complexité du projet au fur et à mesure de sa mise en œuvre opérationnelle.


Le nouveau budget respecte toujours l’équilibre financier prévisionnel du COJOP grâce notamment à une implication forte de l’État dans le processus décisionnel ayant conduit à l’élaboration de la révision budgétaire, en conjuguant d’importants efforts de recherches d’économies et d’optimisations, un rehaussement volontariste mais crédible des principales recettes commerciales (billetterie et sponsoring) et une implication financière accrue des collectivités publiques avec un accroissement de +71 M€ de la contribution initiale de 100 M€ pour le financement des Jeux paralympiques, dont +44,5 M€ pour l’État.


La contribution totale de l’État au financement du COJOP est ainsi passée de 80 M€ (dont 50 M€ déjà financés en 2022 et 2023 et 30 M€ prévus au PLF 2024) à 124,5 M€.


Les 44,5 M€ supplémentaires seront inscrits au plus tard en loi de finances rectificative fin 2023.


La Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO)


La SOLIDEO est en charge de la livraison de 68 ouvrages olympiques dont elle est soit directement maître d’ouvrage (notamment pour le village olympique et paralympique ou le village des médias), soit en supervision des maîtres d’ouvrage tiers, qui sont pour l’essentiel les collectivités locales associées à sa gouvernance et co-financeurs de l’établissement public.


Un point d’étape sur les procédures et les chantiers de travaux relatifs aux ouvrages olympiques est effectué lors de chaque conseil d’administration de l’établissement.


Ces équipements relèvent de trois grandes catégories :

  • des infrastructures sportives à construire ou à rénover, sites de compétition ou sites d’entraînement

  • le village Olympique et Paralympique, ainsi que le village des médias

  • d’autres équipements et aménagements, notamment de transport (aménagement des abords du canal Saint-Denis, passerelle piétonne au-dessus de l’autoroute A1, aménagement des « voies olympiques », etc…).


Les délais des chantiers supervisés par la SOLIDEO sont pleinement tenus


Près de 40 % des ouvrages olympiques auront été réceptionnés avant la fin de l’année 2023. Le calendrier prévisionnel des principaux équipements qui restent à livrer est le suivant :

  • décembre 2023 : rénovation du stade Yves du Manoir (Colombes) et échangeur A1/A86 entre le Stade de France et le village des athlètes ;

  • janvier 2024 : Arena Porte de La Chapelle ;

  • février 2024 : réception des travaux du Grand Palais ;

  • mars 2024 : centre aquatique olympique (Saint-Denis), village des médias (Dugny, Le Bourget), marina de Marseille et PRISME (Pôle de référence inclusif et sportif métropolitain, principal site d’entraînement paralympique, à Bobigny) ;

  • mai 2024 : réception des travaux au Stade de France.


En outre, après la fin des Jeux paralympiques en septembre 2024, la SOLIDEO assurera la maîtrise d’ouvrage ou la supervision d’un certain nombre de chantiers tels que :

  • la reconfiguration du village olympique et paralympique en logements et bureaux ;

  • celle des principaux sites de compétitions et d’entraînement en vue de leur usage par le grand public ;

  • la conduite de quelques chantiers dits « d’héritage », non nécessaires au déroulement des Jeux mais répondant à une utilité sociale après l’événement (construction ou reconstruction de groupes scolaires, contribution au programme d’héritage aquatique du Département de la Seine-Saint-Denis).


Les objectifs ambitieux des chantiers en termes de contribution au développement d’un tissu économique diversifié et d’insertion dans l’emploi sont également tenus


À mi-septembre 2023 :

  • 2,42 millions d’heures d’insertion déjà réalisées par rapport à la cible de 2,5 millions, soit près de 98 % de l’objectif déjà atteint (plus de 75 % des bénéficiaires sont au niveau CAP ou moins) ;

  • 738 M€ de marchés TPE/PME/ESS, soit 38 % des montants engagés par rapport à l’objectif de 25 % déjà largement dépassé


Sur le plan budgétaire, la construction des ouvrages olympiques est également pleinement maîtrisée : aucun surcoût hors inflation par rapport à la trajectoire prévue initialement


Sur le coût des ouvrages, la trajectoire prévisionnelle hors inflation de financement de la SOLIDEO est respectée. En effet, l’augmentation des besoins sur certains ouvrages ou la prise en charge d’objets nouveaux a été intégralement compensée par des économies de même ampleur.


Seuls les moyens de fonctionnement de la SOLIDEO ont dû être ajustés à la hausse pour un montant de 14,4 M€, pour renforcer les ressources humaines, en particulier en matière de supervision, comme le préconisait la Cour des Comptes.


Au global, le financement total de l’État au profit de la SOLIDEO hors inflation reste pleinement conforme à la maquette initiale (947,2 M€ vs 932,8 M€ prévus initialement).


L’inflation a été prise en compte dans le cadre prévu initialement, puisque le protocole financier liant l’État et les collectivités contributrices au budget de la SOLIDEO prévoyait en effet une clause de revoyure pour ajuster les montants de la trajectoire en euros constants en tenant compte des besoins liés à l’inflation prévisionnelle sur la période.


En juillet 2021, puis en décembre 2022, deux phases d’actualisation du budget de la SOLIDEO ont ainsi été approuvées par son CA pour un montant total respectivement de 111 M€, puis de 94,1 M€ à la charge de l’État.


Une contribution supplémentaire au budget de la SOLIDEO au titre des voies olympiques a été également été ajoutée en 2023 pour un montant de 5 M€ (pris en charge par le ministère chargé des transports).


Au global, la contribution totale de l’État au budget de la SOLIDEO s’élève donc sur l’ensemble de la période à 1 157,3 M€ (947,2 M€ + 111 M€ + 94,1 M€ + 5 M€).


En PLF 2024, la dotation apportée par lÉtat à la SOLIDEO s’élève par conséquent à 42,76 M en AE et de 103,5 M en CP.



Récapitulation des objectifs et des indicateurs de performance

Objectif 1 : Garantir la livraison des ouvrages olympiques dans les délais requis tout en maîtrisant les coûts associés

Indicateur 1.1 : Taux d'opérations ayant atteint un jalon essentiel dans le processus de livraison des ouvrages olympiques

Indicateur 1.2 : Nombre d’ouvrages financés par le programme 350 dont l’équilibre budgétaire est préservé