$@FwLOVariable(libelleProg#Cohésion)

$@FwLOVariable(annee#2024)

$@FwLOVariable(numProg#364)

$@FwLOVariable(enteteSousTitre#Présentation stratégique)

 

Présentation stratégique du projet annuel de performances

Marie CHANCHOLE

Sous-directrice à la direction du budget

Responsable du programme n° 364 : Cohésion


Par ses effets sur l’économie française, la crise inédite de la COVID‑19 a entraîné de lourdes conséquences sur la sphère sociale dans l’ensemble des territoires. Dans le prolongement des mesures d’urgence décidées par le Gouvernement dès la survenance de cette crise, en particulier pour protéger les revenus des ménages et l’emploi par la mise en œuvre du dispositif de l’activité partielle, le programme « Cohésion » vise à soutenir la cohésion sociale, l’emploi des jeunes et l’équité entre les territoires, en garantissant en particulier un soutien d’ampleur à l’ensemble des salariés et des personnes en recherche d’emploi, avec une attention particulière portée aux publics les plus fragilisés et aux zones les plus touchées par la crise.

A ce titre, la sauvegarde de l’emploi (action n° 1) a constitué un enjeu central pour le programme. La crise sanitaire et économique a nécessité la mise en place rapide de dispositifs de soutien à l’emploi, déployés via la mission « urgence » dès mars 2020, Cet objectif de soutien aux entreprises et à l’emploi se poursuit sur ce programme, par la prise en charge du dispositif d’activité partielle de longue durée à partir du 1er janvier 2021, ainsi que par la formation continue des salariés placés en activité partielle, grâce au Fonds national de l’emploi (FNE-Formation),

Des mesures sont également déployées dans le cadre du « Plan Jeunes » (action n° 2), Ce plan a prévu un grand nombre d’aides à la formation, à l’insertion et à l’emploi des jeunes  : aide à l’embauche pour une insertion immédiate sur le marché du travail, aides au développement de l’alternance, hausse des missions de service civique, aide au recrutement de jeunes dans les TPE et PME sur des métiers centrés autour de la transformation écologique et aide renforcée au recrutement des jeunes en quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Le Plan jeune prévoit en outre des aides à la création d’entreprises, une augmentation des contrats aidés, ainsi que le renforcement des parcours contractualisés d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA) et de la garantie jeunes. Des dispositifs spécifiques d’aide aux néo-bacheliers sont par ailleurs renforcés, tandis qu’un soutien aux internats d’excellence ou encore au soutien au secteur sportif (aides aux associations) est déployé.

En complément, l’action n° 3 « Handicap » porte, en lien avec les mesures du programme 157 « Handicap et dépendance », deux mesures visant à favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap : l’aide à l’embauche des travailleurs handicapés et le renforcement du dispositif d’emploi accompagné.

Des actions supplémentaires de formation professionnelle (action n° 4) ont été financées afin de renforcer les compétences des demandeurs d’emplois et des salariés.


Par ailleurs, le soutien aux personnes précaires est renforcé, par l’intermédiaire d’un soutien exceptionnel aux associations, des centres d’hébergement et du développement de nouvelles solutions de logement.

Au-delà de la cohésion sociale, un objectif de cohésion territoriale (action n° 7) est poursuivi. Le développement de tous les territoires constitue une priorité et s’articule autour de plusieurs mesures :

  • un investissement exceptionnel en faveur de l’inclusion numérique, notamment à travers la modernisation des espaces France services et la généralisation du très haut débit ;

  • un soutien aux actions de développement local, en contractualisant avec les collectivités locales pour soutenir des projets et créer de l’activité dans les territoires, en particulier dans les domaines de la santé, de l’emploi et de la formation et de la transition écologique ;

  • une aide au tourisme durable, notamment dans les territoires ruraux, par le biais d’appels à projets ;

  • la modernisation du réseau routier national et le renforcement des ponts ;

Enfin, des efforts sont également consentis en faveur de la recherche (action n° 5) et de la coopération sanitaire (action n° 8) : des crédits additionnels à la trajectoire de la loi de programmation pour la recherche sont prévus dans le cadre du plan de relance au sein de ce programme pour accélérer la montée en charge des interventions de l’Agence nationale de la recherche ; des actions de soutien à des projets dans le secteur de la sécurité sanitaire et pour l’accès à un vaccin seront mises en place dans les pays en développement.



Récapitulation des objectifs et des indicateurs de performance

Objectif 1 : Assurer la mise en œuvre rapide du volet Cohésion du plan de relance

Indicateur 1.1 : Taux de consommation des crédits

Objectif 2 : Contribuer à la sauvegarde de l'emploi dans les secteurs affectés

Indicateur 2.1 : Nombre d’entreprises bénéficiaires d’une allocation d’activité partielle

Indicateur 2.2 : Nombre de salariés concernés par l’activité partielle

Indicateur 2.3 : Nombre d’heures chômées financées par l’activité partielle

Objectif 3 : Offrir une solution à tous les jeunes

Indicateur 3.1 : Faciliter l'insertion dans l'emploi des jeunes